Culture

Salon du livre

Avant-Première : extraits choisis d’une Ile aux Livres prometteuse

Publié le 27/07/2018

Le Salon l’Ile aux Livres nous attend au coin du Bois (Plage), autrement dit dans la salle polyvalente, pour trois jours de fête. Parlons livres donc, parlons écriture et auteurs, parfums de papier et belles images…

 

livre-prevostTu ne sauras jamais combien je t’aime – Daniel Prévost

C’est une histoire d’amour et de perte, de souffrance et de renaissance. Un livre comme un roman mais autobiographique. Daniel Prévost, l’écrivain, raconte cet entredeux confus et fébrile entre l’inacceptable deuil et le retour dans « le grand mouvement de la vie » qui toujours (et heureusement) nous ramène à elle, après nous avoir purifié des souffrances les plus intimes et les plus anciennes. Une histoire vraie, universelle, la vie et la mort qui s’interpellent et se répondent. Avec au centre la conjugaison du verbe aimer.

 

 

Tu ne sauras jamais combien je t’aime

Editions Cherche-Midi

Prix public : 17€

Table Ronde samedi 21 juillet à 11h00

 

livre-blanchardL’Ile de RE enchantée – François Blanchard et Nina Sertie

Rythmé par des paroles du Grand Jacques Brel comme autant de mots doux posés sur les pages en une magnifique déclaration d’amour, l’Ile de Ré de François Blanchard semble tout droit sortie d’un rêve. Jeux de miroirs et d’eau, brumes ensommeillées, mousse d’écume et venelles alanguies n’en finissent pas de nous fasciner. Les couleurs explosent, rouge, bleu, vert, ou se tamisent de mauve, rose et gris. On referme ce livre émerveillé devant la beauté incandescente et douce d’une Ile au parfum d’éternité.

PLR

 

L’Ile de RE enchantée

Editions Historic’one

Bilingue – Prix public : 20€

Table Ronde vendredi 20 juillet à 11h00

 

livre-patrimoineRegards sur le patrimoine de l’île de Ré – Patrick Ollivier-Elliot

Patrick Ollivier-Elliott vient de publier un ouvrage sur le patrimoine rétais(1). Après avoir écrit et illustré, depuis 1980, une vingtaine de titres sur la Provence, le Dauphiné, les Alpes, l’auteur nous propose, dans une collection qu’il a baptisée « Carnet d’un voyageur attentif », un ouvrage sur l’île de Ré.

Passionné d’histoire et d’archéologie, Patrick Ollivier- Elliott se définit, lui-même comme un auteur-illustrateur. Tous ses ouvrages émanent de coups de coeur qu’il a eus en découvrant des petites contrées exceptionnelles en France.

Une démarche personnelle et originale

Avec ce volume, entièrement dédié au patrimoine, l’auteur nous invite à découvrir, ou redécouvrir les dix petits villages de l’île. Les textes expriment, avant tout, une extrême précision dans la recherche de tous les sites et des curiosités de chaque commune, dressant pour chacune d’entre elle, un inventaire systématique et méticuleux. C’est une narration vivante qui nous est proposée. Tous les textes sont accompagnés de dessins réalisés à la plume (il y en a 297 en tout). Des illustrations d’églises, de maisons typiques, de moulins, rien n’est oublié. Les moindres détails observés tout au long des balades dans les rues ou les ruelles sont relevés par l’auteur : sculptures de portes, descriptions des puits, des cadrans solaires, d’inscriptions sur les murs. Un ouvrage passionnant pour tous les amoureux de notre île. L’ensemble des notices concernant les dix communes, est précédé d’une introduction présentant l’histoire, les grandes évolutions agricoles et paysagères qu’a traversées l’île. Enfin, un « petit précis de saintologie » sera très précieux au lecteur pour l’inciter à visiter les églises.

Patrick Ollivier-Elliott sera présent au salon « L’île aux livres ».

 

Regards sur le patrimoine de l’île de Ré

(1) Publié chez « édisud », 208 pages, en vente dans toutes les presses de l’île, au prix de 22€

 

livre-bonheurLe bonheur arrive toujours sur la pointe des pieds – Tiphaine Hadet

L’amour, l’amour toujours recommencé…

Camille, une jeune femme indépendante, part pour le sud de la France, afin de participer à l’incontournable réunion familiale annuelle. Malgré les mises en garde de sa concierge, elle choisit un moyen de locomotion moderne : le co-voiturage.

Abandonnée sur une aire d’autoroute, elle va faire la rencontre de Julien. Un éclair les a frappés ce jour-là… Après une suite de péripéties, Camille parviendra-t-elle à saisir le bonheur, même s’il arrive sur la pointe des pieds ? Toujours est-il qu’elle va devenir l’héroïne involontaire d’une comédie sentimentale, où les histoires d’amour, passées ou naissantes, s’entremêlent.

L’auteure, Tiphaine Hadet, diplômée d’art théâtral et de psychologie, se définit comme une « boulimique de l’écriture ». L’élégance de son style fait vibrer le lecteur, l’invitant à visiter une fiction qui ne s’éloigne que très peu de la réalité quotidienne. Un roman passionnant.

Jacques Buisson

 

Le bonheur arrive toujours sur la pointe des pieds

Editions « Roman City », 234 pages – Table Ronde vendredi 20 juillet à 15h00

 

livre-chambreLa chambre des merveilles – Julien Sandrel

Une vie qui bascule en une minute voire en une seconde : 10h32 un samedi 7 janvier… Son fils Louis 12 ans se fait renverser par un camion à quelques mètres de sa mère Thelma sans qu’elle n’ait rien vu… tellement absorbée par un coup de téléphone professionnel avec son boss à propos de la préparation d’une importante réunion prévue le lundi… La culpabilité, les hurlements de douleur d’une mère telle une louve, la violence du geste et des mots qui font place à l’injustice de la vie et du drame qui s’abat sur soi… Louis est dans le coma avec un pronostic vital engagé. Thelma se dit qu’elle va se noyer dans le travail comme à son habitude pour tenir le coup. Mais rien ne se passera comme elle l’avait prévu. Cet événement est un électrochoc et va constituer une totale remise en question sur sa vie et ses priorités. Tout un chacun peut s’identifier à cette maman. Nous culpabilisons tous et toutes de ne pas accorder assez de temps à nos enfants, tellement nous sommes happés par nos vies professionnelles et le quotidien. Une magnifique leçon de bonheur puisque pour aider son fils à survivre elle va décider de réaliser et d’accomplir les « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado quand on a presque 40 ans…

Un livre sublime écrit par un homme Julien Sandrel qui se « met » dans la peau de cette maman en exprimant tellement bien la réalité de ses sentiments, ce qu’elle ressent et tout l’espoir qui se dégage même dans une situation des plus critiques.

Florence Sabourin

 

La chambre des merveilles

Edition Calmann Lévy – roman 17,90 €

Table ronde samedi 21 juillet à 15h

 

livre-lucasCe jour-là c’était la nuit – Stève Lucas

Passionné de voyages, Stève Lucas réalise depuis plus de trente ans des reportages sur ses pérégrinations aux quatre coins du globe, des épopées sportives, aventureuses donc et en tous cas très en marge des circuits détente ou autres séjours balnéaires proposés par les agences pour découvrir le lointain.

En 2000, il entame un tour du monde à vélo, occasion d’un premier récit paru l’année suivante « Plus loin que l’horizon » et début d’un périple qui s’étalera en pointillés sur une décennie. Viendront ensuite l’Islande et l’Amérique centrale en rollers, et la rencontre avec Mirjam au Guatemala, baroudeuse ascendant intrépide comme lui. Ensemble ils parcourent 13 000 km à travers l’Europe et l’Asie jusqu’au Japon toujours à vélo.

Le rideau tombe comme un couperet de guillotine en une fraction de seconde. Une mauvaise chute sur la mauvaise vertèbre et l’annonce quasi immédiate du deuil à faire de ces jambes qui ont porté tant d’avidité, d’enthousiasme et d’aisance à comprendre et trouver l’Autre où qu’il se cache sur la planète.

« J’ai tellement aimé ma vie. Je l’ai vécue comme un garnement affranchi de toute gratitude, car le bonheur rend insolent et arrogant. On le goûte d’abord, on le déguste ensuite puis on s’en repaît dans les volutes frelatées d’une ivresse qui nous mène à la certitude malsaine qu’on le possède pour l’éternité ».

Ses propres jambes, désormais brutalement incarnation de la gêne, la honte, l’assistance obligatoire en toutes circonstances lui qui s’était prémuni de tous cadres de principe. Ce qui fut d’abord une nuit, prend les allures d’un nouveau jour depuis la parution en juin du témoignage de Stève Lucas.

Avec les proches, sa compagne Mirjam à l’amour indéfectible, ses amis fidèles, son frère Patrick qui préfère les gestes aux mots en délicatesse, l’oncle figure de parrain et tous ceux nombreux qui croit en lui, une expédition folle s’est tramée sous les instances de l’infatigable dévoreur de vie résolu à renaître à peine sorti de rééducation.

Un vélo à mains spécialement conçu pour traverser la France à l’horizontale de la Suisse à l’Atlantique : l’histoire de cette aventure en réparation est compilée dans un livre poignant et un dvd propre à saisir la bulle d’air entre imagination et réalité. L’auteur lui, est à rencontrer absolument sur le salon pour un souffle d’air sorti des entrailles.

Marie-Victoire Vergnaud

 

Ce jour-là c’était la nuit…

Stève Lucas

Rencontres dimanche 22 juillet à 11h

 

livre-kangourouLa Mélancolie du Kangourou – Laure Manel

Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté à un drame terrible : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer un lien avec son bébé, jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme, pleine de vie, pour s’occuper de Lou. Un attachement très fort se crée entre le bébé et sa nounou, qui essaie aussi d’éveiller chez Antoine son sentiment paternel. Etonnante de maturité pour son jeune âge, Rose ne cesse d’étonner le père de famille de 14 ans son aîné. Sa capacité à sourire à la vie, à profiter du moment présent, à apprécier le moindre petit bonheur quotidien fait réfléchir Antoine, qui progressivement remet en question sa vie d’ « avant » basée sur la recherche de l’ « Avoir » plutôt que sur celle de l’ « Être ». Qui est-il vraiment ? Il s’est perdu.

Il fait seul avec sa fille ce long chemin vers lui-même, se trompe, se libère et place sa fille au centre de sa vie. Antoine réalise le premier que ce qui le lie à Rose ressemble bien plus à des sentiments amoureux qu’amicaux, ce qui lui redonne sérénité et sourire…

Un roman tout en délicatesse, dans lequel la foi de la vie prend le dessus sur l’autodestruction, parce qu’il n’est jamais trop tard pour (ré)apprendre à aimer. « Une histoire de résilience, comment l’on peut se relever d’un drame, comment on peut aimer la vie malgré tout ce qu’elle peut nous prendre, combien une rencontre peut apporter… Parce que je crois en tout cela » explique Laure Manel.

NV

 

La Mélancolie du Kangourou

Laure Manel

aux éditions Michel Lafon 352 pages

Rencontres vendredi 20 juillet à 15 h

 

L’Ile au Livres… pour tous les publics. Et bien d’autres choses encore

La littérature jeunesse dès l’âge de trois ans avec une belle sélection d’ouvrages de qualité. Car il n’est jamais trop tôt pour tomber amoureux des livres.

Des tables rondes et des lectures comme autant de moments privilégiés à partager autour de nombreux sujets : société et politique, poésie de la nature, voyages lointains mais aussi intérieurs… Immersion dans les soubresauts tumultueux du monde autant que dans l’amour inconditionnel, du terrorisme à la poésie, de la chute à la résilience, les rencontres 2018 seront irrésistiblement humaines. A savourer sans modération.

PLR

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires