Culture

Evénement

Plus d’été sans Jazz en Ré !

Bazar & Bémols, l’énergie à la française
Publié le 28/06/2021

Evidemment, il avait lui aussi « sauté » en 2020. De retour sur le port de Saint-Martin, le Festival Jazz en Ré est la promesse d’une fin d’été pleine de peps

L’Ile de Ré estivale, c’est celle de la musique et des Festivals, de Ré Majeure à Musique en Ré en passant par la guitare et bien sûr le jazz. Bouquet final d’un mois d’août commencé de l’autre côté de l’île avec Jazz au Phare, le Festival martinais Jazz en Ré fait vibrer le port de Saint-Martin dans la dernière ligne droite du mois d’août.

Open Jazz pour tous

Daniel Lagarde le reconnaît volontiers : « ça a été dur de s’y remettre ». Impacté par un deuil personnel et une année de crise sanitaire, le fondateur du Festival de Jazz martinais avoue avoir eu quelques appréhensions. « Mais Patrice Déchelette m’a poussé à fond, alors je suis reparti », explique Daniel Lagarde. Rien d’étonnant à cela quand on connaît la passion du Maire de Saint-Martin pour le jazz.

Pour la vingt-troisième édition de son Festival, Daniel Lagarde reste bien sûr dans la ligne qui a fait son succès : gratuit et éclectique, Jazz en Ré s’adresse à tous les publics du plus averti au plus néophyte. « Un open Jazz » qui correspond également au lieu, rappelle Daniel Lagarde évoquant l’espace ouvert du parking de la Courtine où la scène prend place. Et cette année encore comme il le fait depuis quatre ans, Daniel Lagarde a distillé dans sa programmation un peu de ce blues qu’il affectionne particulièrement.

Alors c’est parti pour un Festival Jazz (& Blues) en Ré !

Vendredi 20 août : blues, rock etc.

C’est justement lui, le Blues (pimenté de rock’n’roll) qui ouvrira le bal avec le One Rusty Band. Un duo musical, des instruments atypiques et une danseuse de claquettes composent un ensemble à l’énergie contagieuse. Le rythme est puissant, la voix rugueuse, les figures acrobatiques. Un premier concert qui déménage et nous donne des fourmis dans les jambes.

Place ensuite au trio de Bazar & Bémols. Ils ont commencé dans le métro mais c’est déjà bien loin ! Avec plus de 600 concerts à leur actif et trois albums salués, les trois musiciens chanteurs jouent avec tous les rythmes et mêlent leurs voix sur des textes subtils, dignes représentants d’une chanson française inventive.

Samedi 21 août : séquence émotion frissons

Autre jour, autre atmosphère. Des grands parents passionnés d’opéra, une mère chanteuse dans l’orchestre de Ray Ventura… la musique coule dans les veines de Patricia Bonner et le jazz est son univers, où elle évolue avec la grâce d’une voix chaloupée. Un jazz élégant et authentique au rythme caressant qui nous emporte. Emotion garantie dans la lumière dorée du soir. On s’y voit déjà.

Alors que la nuit tombe sur le port, plus d’espace ni de temps. Avec Saxman (alias Shannon Murray), c’est le style « West Coast Jazz » qui triomphe. Direction Los Angeles, San Francisco ou New York avec ce quartet d’exception, saxo, piano basse et batterie, qui rend un vibrant hommage Jazz au genre cinématographique qui fait les années 40 et 50, le film noir.

Dimanche 22 août : ça balance fort !

C’est déjà le dernier soir et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. En première partie, un duo rétais au charme subtil et entêtant. Avec leurs mini-concerts devant leur porte, Charles et Lilou ont illuminé nos vies de confinés et tracent aujourd’hui leur route. Jazz, Bossa, Swing, balades… Charles à la guitare et Lilou au chant n’ont de limites que celles qu’ils veulent se donner. Sur tous les rythmes et dans toutes les langues, Loverdose duo est chatoyant comme un morceau de taffetas.

Apothéose du rythme avec Cissy Street, figure emblématique du jazz funk français. Crée en 2015 par le guitariste compositeur Francis Larue, bientôt rejoint par quatre complices, Cissy Street est une porte ouverte sur une création libre pétrie d’influences diverses. Une musique métissée dont les ondes irradient le corps. Bouillonnante et un brin sauvage, elle résonnera encore sur le port de Saint-Martin après s’être tue.

Et voilà, ce sera fini pour cette saison 2021 qui ne manquera pas de nous faire danser. Mais la bonne nouvelle c’est qu’elle n’est pas encore commencée et que nous avons tout l’été pour nous entraîner !

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires