Services

Infrastructures départementales

Des travaux de sécurisation de voierie tout azimut en ce printemps rétais

Publié le 09/04/2019
Noter cet article

Le budget du Département pour les travaux de voirie atteint cette année la somme de 48 millions d’euros, contre 30 millions d’euros en début de mandat, traduisant l’effort conséquent engagé sur les 6300 km de routes de Charente-Maritime. Et 2019 constitue une forte année pour l’île de Ré, avec plus de 2,5 millions d’euros de travaux, soit un million de plus qu’en 2018. Revue de détail des chantiers rétais avec Lionel Quillet, premier vice-président du Département et Gisèle Vergnon, conseillère départementale…

La longue phase des études techniques, environnementales et d’ingénierie étant achevée pour plusieurs projets, sans oublier la période de nichage des oiseaux, de nombreux chantiers vont démarrer en ce mois d’avril et jusque fin juillet. Le Département aide les communes de moins de cinq mille habitants dans la requalification de leur centre-bourg, avec des subventions pouvant atteindre 15 à 20% du budget, voire 25% quand il y a création de commerce. Une compétence optionnelle dont s’est emparé le Département de Charente-Maritime. Les trois nouvelles casernes du SDIS à Ars, Saint-Martin et Sainte-Marie, constitueront aussi un investissement départemental conséquent sur l’île de Ré.

De nombreux chantiers au Nord de l’île de Ré

Aux Portes-en-Ré, l’aménagement en cours du carrefour des Salines, à hauteur des rues de Hurlevent et des Bossettes, permettra de sécuriser ces entrées de village via la route départementale 101, pour un coût de 150 000 euros. Prioritaire, ce chantier devrait être terminé au mois de juin 2019.

A Saint-Clément des Baleines, plusieurs chantiers sont programmés. La dernière partie de l’aménagement de l’allée du Phare des Baleines – à la fois communal et départemental – démarrera à l’automne 2019 : le parking est en place, l’accès au Phare également, reste à aménager l’allée des commerçants. La « plateforme multimodale, entendez par là l’arrêt de bus et la rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite » tempère Lionel Quillet, sera réalisée en mai/juin pour être opérationnelle pour la haute saison. Vital compte-tenu de la dangerosité de l’actuel « plat de nouilles », le giratoire du Batardeau, projet très difficile à finaliser l’emprise étant la même qu’actuellement, a été validé par la Commission des Sites. Les travaux devraient débuter cette première quinzaine d’avril 2019, s’étaler sur mai et juin, pour marquer une pause en été et terminer l’aménagement à l’automne.

Le projet d’aménagement du Port de Loix, lancé fin mars, devrait être fini avril. Le refus de son extension est un choix délibéré des élus municipaux qui souhaitent maintenir sa capacité d’accueil de quarante bateaux. « Il faudrait cent-cinquante bateaux pour rentabiliser le port, on ne souhaite pas le dénaturer, avec son Moulin à Marée et son authenticité ». Ainsi l’aménagement du port a été pensé au regard des enjeux d’usages et des qualités du Site ; il vise à répartir les usages et les flux, en incitant les usagers à aller vers des lieux qui leur sont plus préférentiellement destinés au travers des revêtements de sols ou par des équipements mis à disposition. Et en préservant les traces de l’Histoire comme par exemple la pesée à sel, fort symbole. Camping-cars et voitures ne pourront plus se garer sur le port, piétons et cyclistes s’y déploieront dans une plus grande quiétude. Seuls les usagers du port pourront accéder à la cale.

A La Couarde, les travaux du grand parking du Boutillon vont démarrer en avril pour s’achever en juin. Représentant un budget de 560 000 euros, il comprend aussi des aménagements paysagers, de réception et d’évacuation des eaux, qui seront eux réalisés à l’automne 2019.

Des sites très accidentogènes

Pour Saint-Martin, des travaux de voirie sur la route départementale seront réalisés à la fin 2019, pour un budget de 115 000 euros.

Au Bois-Plage, de gros travaux sont en cours, visant à améliorer la sécurité d’accès depuis la RD 201 au centre du village, via la création d’un carrefour à hauteur du marché. Ils vont s’étaler sur l’automne 2019 et jusqu’en 2020.

Le recalibrage à six mètres de l’actuelle RD La Flotte Bel Air – La Noue Crapaudière qui ne fait actuellement que quatre mètres et demi devrait être réalisé en 2020, ainsi que le prolongement de la piste cyclable qui longe la route puis passe dans les bois.

La route du Paradis, tellement dangereuse et décriée, sur laquelle ont été enregistrées des vitesses de pointe à près de 180 km/h, sera sécurisée fin 2019 pour un budget de 250 000 euros. Si des considérations environnementales ont longtemps prévalu de la part de l’Etat, la fameuse bande de béton sur les deux côtés sera remplacée par de l’enrobé et la signalisation améliorée, notamment en ce qui concerne les accès à la piste cyclable qui la longe.

Autre site très accidentogène, les travaux de création du rond-point du Défend, à Rivedoux, ont débuté : une première phase d’avril à juin concerne le rond-point en luimême, pour un budget de 260 000 euros, ainsi que la réalisation de la piste cyclable entre Rivedoux et Sainte-Marie (4 km), avant l’été. Côté corniche de Rivedoux, une reprise de niveau est en cours.

« Tout cela lancé, le dernier gros chantier de l’île de Ré concerna la route d’Ars, depuis le rondpoint du Crédit Agricole jusqu’au Boutillon (qui a vu deux accidents mortels de cyclistes durant la saison 2018 NDLR). L’étude a été lancée, elle est complexe du fait des innombrables traversées : passage des Prises, rond-point de la Passe, sortie du camping de l’Océan, etc. Il faut revoir la sécurisation sur tout l’axe. Nous espérons des travaux pour 2020, qui comprendront des aménagements en cours d’étude tels des îlots, passages par-dessous, ralentisseurs… », explique Lionel Quillet.

« La Loi des +1,2% », une aberration !

S’il se montre très volontariste, « le Département se trouve confronté à une vraie difficulté : depuis deux ans maintenant les collectivités territoriales de plus de cent mille habitants ne sont plus légalement autorisées à augmenter leurs dépenses de fonctionnement au-delà de + 1,2 % par an. Avec une inflation à 2,3 % et les nombreux investissements engagés, mécaniquement nos dépenses de fonctionnement augmentent. Nous ne pouvons recruter d’ingénieurs, alors que notre capacité d’investissement génère forcément des besoins. Les finances bien gérées du Département, il est vrai largement abondées par les droits de mutation de près de un milliard d’euros par an, nous donnent des possibilités d’actions qui risquent d’être entravées par cette obligation légale… ». Encore une aberration bien française !

En ce printemps, sur les routes de l’île de Ré, entre vacances, ponts fériés et travaux sur les principaux axes, il va falloir s’armer de patience et anticiper des temps de trajets allongés, pour être à l’heure… même en intégrant « le quart d’heure charentais »…

 

Fermeture du Pont en avril et en mai
Le câble rompu ayant été remplacé, deux et peut être trois autres câbles défectueux (mais non rompus) seront remplacés à titre préventif. Deux d’entre eux devaient l’être
début et fin mars.
D’intempéries en contretemps, ces remplacements ont été reportés, sans qu’il ne soit possible de connaître la date à laquelle ces câbles seront volontairement et brutalement
rompus, avant d’être remplacés.
Le pont de l’île de Ré devra être fermé entre 23h et 3h du matin (sauf urgences), au moment où ces câbles seront rompus : l’un entre le 15 et le 30 avril, le second courant
mai. Le troisième est toujours en cours d’expertise. Ensuite les quatre autres viaducs vont être surveillés.
Suivez notre Facebook Ré à la Hune et notre Site realahune.fr, sur lesquels nous annoncerons les dates dès qu’elles seront connues.

 

 

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires