Tourisme

Tourisme

Tourisme : Une belle saison 2019, une arrière-saison déterminante

Publié le 16/10/2019

Pour avoir un aperçu le plus diversifié possible du bilan de la saison touristique 2019, une bonne partie de la Rédaction de Ré à la Hune s’est mobilisée sur le terrain afin de recueillir les réactions des professionnels du tourisme.

A Ars-en-Ré, une saison 2019 plutôt satisfaisante dans l’ensemble

 

Ars est un village particulièrement attractif quand on est en vacances. Entre le port si plaisant et ses terrasses, le marché d’été, point de passage incontournable du matin et les nombreuses petites enseignes originales disséminées dans le village, le tourisme s’y porte bien.

Sur le grand marché près du port, ouvert de Pâques à fin septembre, la fréquentation cet été, fut maximale, certainement favorisée par le beau temps soutenu. Jour après jour, les commerçants comme les clients furent assidus, créant bien souvent des embouteillages de piétons et de vélos aux alentours et ce, jusqu’au 29 septembre, car le 30, dernier jour d’ouverture, il pleuvait.

Côté bars et restaurants

Pour le Café du Port, qui ouvre tôt pour les commerçants du marché et ferme tard le soir, la saison s’est avérée être équivalente en termes de fréquentation et de chiffre d’affaire à la précédente. Toutefois Frédérika et Didier, les responsables de l’établissement ont noté une baisse d’intensité pendant les week-end de mai et de juin. Cet été, ont-ils observé, les flux étaient plus étalés et plus fluides qu’en 2018, entraînant moins de « coups de jus » intenses et éprouvants pour les saisonniers. L’autre variante de la saison a été une tendance à la retenue en soirées, même si les clients était là en nombre, l’ambiance était moins à la fête que les années passées !

Au Café du Commerce, devenu au fil des années une halte symbolique et obligatoire dans le village, on ne compte plus le nombre des saisons et celle qui se termine a porté ses fruits tout comme les autres. Toutefois, le personnel, rompu à l’accueil et au service, déplore le manque de civisme galopant.

De l’autre côté du village, aux Frères de la Côte, la saison 2019 équivaut, là aussi, à la précédente. Il faut dire que ce café-restaurant est un des rares spots de l’île à offrir une terrasse avec vue mer, ce qui constitue un atout de poids quand il s’agit de choisir une table. Pour Fabien, le responsable des Frères, la saison a été longue à démarrer avec un mois de juillet un peu mou. Mais comme l’établissement reste ouvert onze mois sur douze, la saison, ici, n’est qu’un éternel recommencement !

Véronique Hugerot

Tour d’horizon sur Saint-Martin

A Saint-Martin, pas de saison sans une foule bigarrée sur le port et dans les venelles. A pied ou en vélo, entre amis ou en tribu familiale, on vient faire le marché, du shopping, rêver sur les remparts devant la mer et bien sûr flâner en terrasse. Alors cette saison 2019 ?

Côté commerces

En plein centre, le petit carrefour entre les rues de Citeaux et Sully est un triangle d’or incontournable pour les inconditionnels du shopping. A contrario de (quasi) tous les commerçants, pour Sylvie Vosnié et « La Chapellerie de Sully », le mois de juillet a été top… Grâce à la canicule. Et oui, qui dit chaleur extrême dit besoin de se protéger la tête. Panamas et chapeaux anti UV ont trouvé leur public. Du coup, le mois d’août un peu gris a été plus moyen. Mais Sylvie est contente de sa saison et se félicite de sa belle clientèle étrangère, italiens, espagnols, irlandais, allemands, les anglais toujours et… Des russes ! Egalement présente sur le marché d’Ars, Sylvie y trouve en revanche le travail plus difficile. En cause, une concurrence accrue et une clientèle qui n’hésite pas à marchander. Pour Faye Jane, créatrice de la boutique « Jules & Jeanne « en 2018, c’était la seconde saison. Et elle avoue avoir eu un peu peur au mois de juillet, un mois « dur », préciset- elle. Mais août et septembre sont depuis passés par là et le bilan est positif. De l’autre côté de la rue de Sully, seconde saison aussi pour Emma et sa boutique « Les copines d’abord ». Une belle avant-saison qui s’est prolongée jusque fin juillet, un bon mois septembre, Emma est contente.

Côté restaurant

« Juillet n’est plus un bon mois, on le sait tous alors… » Pour Philippe Stanislas, patron du Restaurant Le Tout du Cru et d’Incognito Photo, l’affaire est entendue. Ce qui n’empêche pas la saison d’avoir été belle. Pour lui, le mois d’août a commencé le 28 juillet pour s’arrêter le 28 septembre. Et le mois de mai est le troisième plus important de la saison. Côté clientèle, autant d’étrangers que d’habitude avec peut-être un peu moins d’anglais. En bref, meilleure saison que 2018 pour Le Tout du Cru et identique pour Incognito.

Côté Hébergement

Emblématique, La Baronnie Hôtel & Spa**** est une adresse de référence… Et les statistiques très précises. « Avril, mai, juin… Tous les voyants étaient au vert » explique Joachim Fiaudrin, adjoint de la Direction. « Il y a eu un trou d’air en juillet » continue-t-il, « mais le mois d’août a fait mieux que tenir ses promesses et septembre est égal à l’année dernière ». Et si une légère érosion de la clientèle anglaise se fait sentir (instabilité du Brexit ?), « la venue de clients fidélisés en très haute saison est une vraie satisfaction ». Pour expliquer un mois de juillet un peu en retard, Joachim évoque le brevet repoussé pour cause de chaleur, les grèves lors des résultats du bac et la canicule : « Quand il fait beau partout, les gens sont peut-être moins pressés de partir ». A noter aussi selon lui, la concurrence de destinations comme la Turquie ou la Grèce, très attractives côté prix. En tous cas, du côté des activités annexes Spa et bar, là-aussi, les résultats 2019 sont bien meilleurs.

Pauline Leriche Rouard

Trois questions à trois professionnels des Portes, Saint-Clément et Ars

Olivier Palvadeau, gérant de Go Bike Île de Ré, aux Portes-en-Ré

« Très satisfait de ma deuxième saison » Quel bilan tirez-vous de cette saison 2019 ? Je suis vraiment satisfait de ma deuxième saison, le magasin a encore mieux tourné que l’année dernière (Go Bike Île de Ré a ouvert ses portes en avril 2018, NDLR). Nous avons eu davantage de monde et donc encore plus de vélos en location cette année, je n’ai pas à me plaindre !

Et en comparaison avec l’année dernière ? Nous avons eu plus de monde qu’en 2018. Avec la coupe du monde de football l’été dernier, nombreux sont les commerçants qui avaient noté une baisse de fréquentation, au moins 30% de clients en moins. En 2019, j’ai eu notamment des habitués, absents l’année dernière, qui sont revenus. La saison a été bonne donc, et nous comptons sur l’arrière saison, surtout sur les vacances de la Toussaint, mais c’est la météo qui en décidera.

Qui étaient vos principaux clients cette année ? Entre la fin juin et la fin septembre, nous avons eu beaucoup d’étrangers, qui ont représenté au minimum 50% de la clientèle. En majorité des Anglais, mais aussi des Allemands, des Belges, des Hollandais. Pour la première fois aux Portes-en-Ré, nous avons également accueilli des nouveaux clients des pays de l’Est : Polonais, Roumains, Tchèques. Enfin en ce qui concerne la clientèle française, ce sont souvent des Français qui vivent à l’étranger.

Bastien Trouvé, gérant du camping des Baleines, à Saint-Clément-des-Baleines « Une année exceptionnelle »

Quel bilan tirez-vous de cette saison 2019 ? Le bilan de cette saison est très positif, nous avons eu une année exceptionnelle en termes de fréquentation.

Et en comparaison avec l’année dernière ? Nous sommes sur des chiffres similaires, cette saison 2019 est quasi identique à l’année passée.

Qui étaient vos principaux clients cette année ? En développant le concept de tourisme durable, nous sommes sur un marché de niche. Aussi, nous avons de plus en plus de clients sensibles au respect de l’environnement, et le phénomène s’accentue chaque année. Nous pouvons dire de notre clientèle que ce sont des « bobos écolos », mais des écolos sincères !

Hortense Dourville, réceptionniste, hôtel Le Sénéchal, à Ars-en-Ré« Le mois de septembre a bien rattrapé la saison »

Quel bilan tirez-vous de cette saison 2019 ? Le bilan est bon, nous avons eu peur en début d’été, car il y a eu moins de monde en juillet. Mais heureusement le mois de septembre a bien rattrapé la saison. Par ailleurs, nous accueillons beaucoup de séminaires après l’été, ce qui remplit bien l’hôtel en cette période creuse.

Et en comparaison avec l’année dernière ? C’est une saison comparable à celle de 2018, avec un peu plus de nuités donc un meilleur chiffre d’affaires.

Qui étaient vos principaux clients cette année ? Toujours une clientèle très sympathique, des habitués qui reviennent chaque année. Et bien sûr une clientèle étrangère très agréable : anglaise, belge, hollandaise, suédoise mais aussi, et ce de plus en plus, des Espagnols, des Italiens et pour la première fois, quelques Américains.

Aurélie Cornec

Du côté des hébergeurs à La Flotte

Alexandre Druet, gérant de la société Artémis location qui gère plus de 60 biens en location saisonnière

La saison a-t-elle tenu ses promesses ? Oui dans l’ensemble. Cependant, nous nous sommes aperçus d’un changement de comportement. En effet nous avons constaté une perte de clients étrangers notamment anglais et allemands sur le mois de juillet que nous avons en partie récupéré sur le mois de septembre là où nous ne les attendions pas. La durée des séjours est en moyenne de 8 à 9 jours sur la saison et d’une quinzaine de jours l’été. Jusqu’au 14 juillet c’est une clientèle différente qui recherche le bon produit au bon tarif. Nous, Artémis location, nous sommes l’interface entre les locataires et les propriétaires et notre rôle est de leur faire comprendre que pour bien louer leur bien sur cette période, y compris le mois de septembre, ils doivent être raisonnables sur les tarifs proposés. Notre rôle de conseil est alors primordial pour que l’offre soit en phase avec la demande.

Parmi la fréquentation, quelle est la part de clientèle française et étrangère ? En majorité, notre clientèle est française. Mais nous avons de plus en plus une grosse clientèle anglaise et irlandaise ainsi que belge et allemande. De manière générale, la saison a été exceptionnelle au niveau météo hormis la semaine du 15 août mais très bizarre dans l’activité. Les Ponts du mois de mai, 1er et 8 mai ont été très calmes contrairement à celui de l’Ascension qui a été dément. Sur ces week-ends à très forte fréquentation nous nous adaptons complètement lors des entrées et sorties et nous faisons preuve de souplesse dans notre service pour coller au plus près au besoin et satisfaction de nos clients. C’est notre valeur ajoutée en tant que société de service.

Stella Nicolleau, Responsable du Camping Huttopia-les Chardons Bleus (235 emplacements)

La saison a-t-elle tenu ses promesses ? Oui et pour l’ensemble des Camping Huttopia d’ailleurs.

Parmi la fréquentation, quelle est la part de clientèle française et étrangère ? 80% de notre clientèle est étrangère. Nous avons constaté une augmentation de clients anglais et allemands sur la fin de saison, notre clientèle néerlandaise restant la part la plus importante de la fréquentation du camping. Sur l’ensemble de la saison la clientèle anglaise est en forte hausse par rapport à 2018. En moyenne nous sommes sur des séjours d’une durée de deux semaines.

Auriez-vous des points d’amélioration à formuler concernant la prochaine saison touristique ? Nous déplorons un accueil sur l’île en règle générale insuffisamment bilingue : que ce soit au niveau des panneaux de signalétiques, des brochures touristiques… Très peu de choses sont prévues en anglais et cela ne facilite pas l’accueil et la mobilité des touristes anglo saxons. Il faudrait se pencher davantage sur une traduction automatique et pourquoi pas la mise en place d’un call center.

Régis Hilaire, gérant de l’Hôtel la Galiote (capacité de 21 chambres)

La saison a-t-elle tenu ses promesses ? Pas tout à fait. Nous avons souffert de la problématique du Brexit, de la chute de la livre et constaté une baisse de la fréquentation de la clientèle anglaise qui réserve habituellement dès janvier ses billets d’avion et hôtel, pour les mois de juin et juillet. Ce manque à gagner a été en partie compensé par la venue de clients finlandais, suédois et une nette tendance en croissance de Danois.

Quelles actions pourraient contribuer à enrayer cette baisse de fréquentation ? Un « fédéralisme » de l’île de Ré au niveau tourisme est à revoir. Il faut se doter d’outils informatiques pour développer à notre propre niveau la vente en ligne. Dès le mois de janvier le site booking.com nous a avertis d’une baisse des ventes concernant la clientèle anglaise. Ils sont dotés d’outils statistiques très performants qui leur permettent de réagir avec des prix attractifs auprès d’une autre clientèle étrangère en forte demande comme les Danois. Or sur notre propre site web nous ne sommes pas en mesure de proposer un tarif d’appel par type de clientèle. Mon constat est que Destination Ile de Ré n’est pas un facilitateur pour nous les acteurs du tourisme sur l’île. Nous avons besoin de clarification au niveau de cette instance et de concertation. Sans cela nous ne serons pas à la hauteur de la concurrence et des enjeux de demain.

Florence Sabourin

Une belle saison à Loix

Le camping des Ilates a connu un « taux de remplissage » tout à fait exceptionnel, cet été. Rien que sur le mois d’août, on compte 20% de campeurs en plus, par rapport à l’année dernière. Le responsable nous confie qu’il s’agit de la meilleure saison depuis la création du camping (1992).

Sam et Damien, qui dirigent le bar-restaurant du camping, depuis trois ans, confirment cette tendance à la hausse.

Le restaurant « La Route du sel », après avoir connu un mois de juillet en mi-teinte, a tourné à plein régime en août, ainsi que les deux premières semaines de septembre. Les propriétaires de la brasserie « La Presqu’île », quant à eux, nous font part d’une saison pleinement réussie. Ils mettent en avant le succès remporté par les soirées à thème, notamment celles consacrées aux chansons françaises.

Jacques Buisson

D’autres témoignages de saison

Geoffrey, « Les fromages d’Harmony » sur le marché de La Flotte « Je suis très content de cette saison. Nous avons de plus en plus de clients et notre chiffre d’affaires augmente de façon régulière d’année en année. De manière générale, il y a davantage de monde sur les marchés, une clientèle variée composée de toutes les couches sociales. En revanche, le temps fort n’est plus concentré comme avant sur la période du 14 juillet au 15 août. C’est en tirant jusqu’à fin septembre, avec des visiteurs en majorité étrangers, avec un budget alloué à ce temps de vacances plus important qu’on trouve à améliorer nos résultats. »

Nathalie Pernes, restaurant « Bar à quai » à La Noue « Nos efforts, entre animations, concerts, qualité de la carte et de l’accueil paient. Nous avons fait une très belle saison, avec des locaux habitués à venir à l’année et des vacanciers devenus des fidèles. »

Marie, Boutique de vêtements « Sensei » à Saint-Martin « Une saison mitigée, brassée par une nette baisse en juillet que les très bons résultats de septembre ont compensé. Le mois d’août reste quant à lui sans grande variation d’une année l’autre. »

Aurélie Lagord, restaurant le « Beach Bar » au Bois-Plage « Notre 3ème saison est très satisfaisante. Nous avons gagné une clientèle fidèle avec des mois de juillet et août conformes à la fréquentation 2018 (malgré la coupe du monde qui grâce à l’écran géant avait été un gros succès). Septembre était moyen, mais nous avons décidé de pousser jusqu’au 11 novembre (contre La Toussaint l’année dernière) avec notamment la présentation en avant première du dernier album de Michael Paul Zemour et Lucie le 8. »

Sandrine Perchais, Institut de beauté « New éclat » au Bois-Plage « Une saison décalée, avec le 14 juillet qui tombait mal, et du coup une intensité de travail sur une courte période qui ne permet pas de fournir la qualité de service qu’on aimerait. Assujettie dans notre métier à la météo, je me suis sentie compressée tout le mois d’août. »

Marie-Victoire Vergnaud

Destination Ile de Ré fait un bilan de sa saison

Entre le 1er avril et le 30 septembre 2019, l’Office de Tourisme Destination Ile de Ré a reçu plus de 390 000 visiteurs dans ses Bureaux d’Accueil, soit une hausse de 2% de sa fréquentation par rapport à 2018.

Nouveauté 2019, plus de 6200 visiteurs ont été accueillis au nouveau point d’information de la Maison de la Mobilité ouvert en juillet et août à Sablanceaux.

Entre avril et septembre 2019, la part de touristes reçus dans les bureaux d’Accueil représente 62,5%, les excursionnistes 24,5%, la population locale 6,5% et les résidents secondaires 6,5%. Cette saison 2019 est marquée par une hausse de 11 points du pourcentage d’excursionnistes accueillis par rapport à 2018.

Une clientèle Française à hauteur de 81% (+0,5pt), Anglaise 6% (-1,5pts), Belge 4,5% (+0,5pt), Allemande 2,5% (-0,5%) et Espagnole 2,5% (+1pt), et autres 3,5%.

Les Bureaux d’accueil touristique ont connu un pic de fréquentation au 22 juillet. Les visiteurs ne se contentent plus de la plage, ils souhaitent pouvoir profiter d’un tourisme « apprenant » tourné vers les visites, découvertes du patrimoine et activités.

Plus de 1 100 équipes ont d’ailleurs profité du parcours de Géocaching Terra Aventura basé à Loix et lancé en juin 2019. Les joueurs y apprécient l’aspect découverte de la nature et des paysages.

Informations fournies par Destination Île de Ré

*Données de fréquentation extraites par comptage numérique de technologie PCPartner/Opteio.

*Données de qualification client collectées en accueil sur une base de plus de 22 000 visiteurs sondés.

Des passages du Pont stables en 2019 versus 2018

Avec 2 699 796 passages du Pont de janvier à fin septembre 2019, contre 2 664 399 passages sur les neuf premiers mois de 2018, la circulation sur le Pont a progressé de + 1,3 %, autrement dit elle reste quasi-stable. Il est intéressant de constater que cette année les passages d’août ont été équivalents à ceux de juillet (on pourrait s’attendre à une fréquentation plus soutenue en août). Septembre 2019 a vu la circulation du Pont régresser de – 4,1 %.

Informations fournies par le Conseil départemental

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires