Vie politique

Conseil municipal de mai 2023

Sainte-Marie : des mesures pour la jeunesse

Une seule modification a été apportée au règlement du restaurant scolaire de Sainte-Marie
Publié le 13/06/2023

Le Conseil municipal du mois de mai fut court.

Christelle Etienne, déléguée aux Affaires sociales, a présenté le nouveau règlement du restaurant scolaire qui n’a subi en fait qu’une seule modification. Cette innovation a été introduite dans le but d’améliorer l’organisation et aussi d’éviter tout gaspillage. Désormais, en cas d’absence non annoncée au restaurant scolaire, l’enfant devra fournir un certificat médical.

Christelle Etienne a continué son propos en proposant, pour faire face à l’inflation, une augmentation de 15 centimes du prix du repas à la cantine à partir de la rentrée de septembre, rappelant que la collation de la matinée (généralement un fruit) était offerte. Le Groupe Autrement est intervenu pour proposer de laisser les tarifs inchangés pour les deux premières tranches du quotient familial, c’est-à-dire inférieures à 800€, afin d’éviter aux familles disposant de faibles ressources de subir une augmentation de la restauration scolaire. L’augmentation de 15 ct a été entérinée, en revanche, il n’y aura pas d’augmentation du tarif du goûter de l’ALSH (Accueil de Loisirs Sans Hébergement). A propos des familles en difficulté, Gisèle Vergnon recommanda à Didier Guyon qui en rencontre un certain nombre de les adresser à la mairie où l’on étudiera tous les moyens de les aider.

Toujours dans le registre de l’enfance, le stationnement des manèges sur le sol communal ne sera pas augmenté. Des minicamps seront proposés pour les vacances 2023. Deux séjours avec activités variées auront lieu en juillet : l’un en Charente- Maritime à Crazannes (du 17 au 21 juillet), l’autre dans les Deux-Sèvres à La Couarde. La municipalité a souhaité rendre ces séjours accessibles au plus grand nombre d’enfants et les tarifs proposés sont en lien avec les quotients familiaux.

Par ailleurs un emprunt de 425 000€ pour l’acquisition d’une parcelle située 2, rue des Alouettes a été décidé, et l’opposition a soulevé le problème de l’installation de panneaux d’affichage, actuellement interdits, dans la commune. Cette opération nécessite une demande de dérogation. La législation est complexe à ce sujet et il n’est pas encore possible d’indiquer l’issue de cette demande

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires