Vie politique

Conseil municipal de Saint-Clément des Baleines du 25 octobre 2021

Saint-Clément : Gildas Jacquot élu 4ème Adjoint

© Nathalie Vauchez - Lina Besnier, Maire, Jean-Pierre Picot, 1er Adjoint, Laurence Plaire, 2ème Adjointe, Gildas Jacquot, 4ème Adjoint (Christophe Penot, 3ème Adjoint, était absent)
Publié le 16/11/2021

A la suite de la « démission volontaire » du premier adjoint, qui reste toutefois conseiller municipal, la Maire, Lina Besnier a évoqué deux possibilités : soit que le nombre d’adjoints soit réduit à trois, soit qu’un nouvel adjoint soit élu.

Elle a également rappelé la délibération du 23 mai 2020 actant la création de quatre postes d’adjoints. Le Conseil municipal a validé à la majorité (deux abstentions) le maintien de quatre adjoints. Autre alternative s’offrant au Conseil : soit élire directement un premier adjoint, soit remonter tous les adjoints d’un rang, faisant ainsi du nouvel adjoint le quatrième adjoint. C’est cette dernière option qui a été retenue, à deux abstentions près. Il convenait donc d’élire le quatrième adjoint. Le seul candidat, Gildas Jacquot, a été élu avec onze voix favorables et deux votes blancs. Ses délégations concernent les associations, l’aire de loisirs et le sport. Il a remercié le conseil municipal de sa confiance.

Si l’indemnité de fonction de la Maire a été maintenue, le montant des indemnités des adjoints a été redéfini.

Transformation de la crèche en logement

Après quelques lots infructueux, les entreprises ayant été choisies, les travaux de transformation du local de la crèche en logement, ainsi que ceux de rénovation d’un commerce et d’un logement place de l’église, vont pouvoir démarrer.

Le conseil a validé la signature d’une nouvelle convention 2021-2023 avec Citeos pour la mise à disposition, le stockage, la pose et la maintenance des illuminations des fêtes de fin d’année, pour un montant de 13 233 € HT par an. « On aurait pu partir sur l’achat des illuminations par la commune et les faire poser » a expliqué Lina Besnier, « on est partis cette fois-ci sur cette convention, le coût est astronomique, Citeos est seul sur le marché, nous pourrons revoir cela dans trois ans, en nous y prenant à l’avance ».

Les Statuts du Syndicat intercommunal à vocation scolaire (SIVOS) Saint-Clément- Les Portes-en-Ré ont été mis à jour, plusieurs articles ayant été clarifiés comme l’a expliqué Laurence Plaire, 2ème Adjointe.

Lina Besnier a commenté le rapport de la Chambre régionale des comptes au sujet de la gestion des ordures ménagères, « qui a fait débat pendant la campagne des élections départementales » : « La Chambre ne relève pas d’irrégularités, elle fait des petites recommandations intéressantes, il y a des points d’amélioration. »

Les rapports annuels sur le prix et la qualité des services d’eau potable et d’assainissement sont disponibles sur le site www.eau17.fr ou consultables en mairie.

Le stockage du matériel de la Java des Baleines sur 130 m2, à la salle du Godinand, entre octobre et avril, pour un tarif de 2400 € par trimestre a donné lieu à quelques commentaires sur la surface réellement occupée.

Dîner dansant, soirée des aînés, modernisation de l’éclairage

Laurence Plaire a évoqué le dîner dansant du 27 novembre (lire notre article dans cette édition), et le choix du traiteur, Daniel Tassigny souhaiterait que la Commune fasse travailler en priorité les entreprises de l’île de Ré : « Il faut faire vivre les gens du pays ». Manuel Martineau a précisé la vocation des Cyclab’Box (lire notre article dans Ré à la Hune 232 et sur realahune.fr) qui constitue « un dernier recours pour un objet que vous voudriez jeter, les associations et autres initiatives solidaires devant être privilégiées. Le principe est celui de la gratuité. Il s’agit de donner une seconde vie à l’objet, avec un aspect social. Sur l’île de Ré, beaucoup de gens jettent de la déco et des meubles en très bon état. Seuls les agents de la déchèterie sélectionnent les objets pouvant être déposés dans la Cyclab’Box. »

Concernant l’aire de loisirs, ouverte pendant les vacances de la Toussaint, la municipalité attend la fin de l’année pour avoir le le bilan financier de l’année et décider quelle mesure elle entend prendre.

Parmi les animations de la commune, Laurence Plaire a évoqué – outre le dîner dansant du 27 novembre – le repas des aînés prévu le 18 décembre à la salle polyvalente, qui prendra soit la forme d’une soirée assise en musique, soit d’une soirée dansante. 140 Villageois sont dans la tranche d’âge concernée et sont susceptibles d’y participer.

Jean-Pierre Picot a rappelé qu’en matière de modernisation de l’éclairage, une première tranche a concerné le remplacement de 51 luminaires au Gillieux et que la seconde tranche, préparée pour 2022 concernera la fin du Gillieux et le démarrage d’un autre village. Cette modernisation se déclinera suivant un plan à cinq ans.

Les jours de marché modifiés

– Pendant toutes les vacances scolaires, non estivales : tous les jours de 8h à 13h

– En janvier : fermé

– Hors vacances scolaires : les mardi, jeudi et samedi de 8h à 13h

– Vacances d’été : tous les jours de 7h30 à 13h30

 

Communiqué de Lina Besnier

En fin de Conseil municipal, Madame le Maire a tenu à faire une déclaration, qui n’a suscité aucun commentaire : « Au conseil communautaire du jeudi 21 octobre, P. Raffarin et des élus de son groupe d’opposition n’ont pas voté la confiance aux membres de la commission d’appel d’offres qui s’étaient prononcés le 11 octobre sur l’attribution du marché des déchets. Je rappelle que seule la commission est habilitée à attribuer le marché et que le vote au Conseil Communautaire portait uniquement sur l’autorisation accordée au président de la CdC à signer cette convention. Je rappelle que P. Raffarin, convoqué le 11 octobre à la commission, n’est pas venu. L’argumentaire de P. Raffarin pour étayer son vote, traduisait une défiance vis-à-vis des membres de la commission. Je constate qu’après avoir traité les Maires de lâches, P. Raffarin met en doute l’intégrité des maires. C’est inadmissible. Le rôle d’un élu départemental est de défendre les intérêts de son territoire et de porter nos projets et non pas de fragiliser l’institution en cherchant à déstabiliser la CdC. En agissant de la sorte P. Raffarin ne défend pas les intérêts de l’île de Ré mais cherche juste à régler des comptes personnels. Devant cet état de fait, j’ai décidé de rompre tout lien avec P. Raffarin et de m’adresser directement à Madame Marcilly, la Présidente du Département, pour toute demande concernant les projets de Saint-Clément des Baleines. Je serai attentive à ce que P. Raffarin n’intervienne pas pour bloquer nos projets. »

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires