Culture

Stratégie et programmation culturelles Octobre-Décembre 2019

.RÉ Domaine Culturel, La Maline : première !

Un nouveau logo et une charte qui positionnent bien La Maline au sein de .Ré Domaine culturel.
Publié le 18/09/2019
.RÉ Domaine Culturel, La Maline : première !
5 (100%) 1 vote[s]

Le président de la Communauté de Communes a présenté aux acteurs culturels de l’île de Ré le nouveau projet, au sein duquel La Maline désormais gérée en direct par la collectivité*, s’intègre comme outil majeur mais en interrelation étroite avec les autres évènements culturels. Annabelle Bariteau a quant à elle dévoilé la programmation culturelle du dernier trimestre 2019.

Lionel Quillet a chaleureusement remercié Paul Neveur, qui a assuré la présidence de L’ARDC, association gestionnaire de La Maline, jusqu’au bout et plus encore a porté à l’origine la création de cet équipement structurant, premier symbole fort de l’intercommunalité rétaise.

Un dossier lourd et compliqué – 2010 à 2021

Après moult péripéties – rachat du restaurant jouxtant La Maline en 2010, dossier bloqué dans le cadre du PPRL en 2013, quatre précontentieux à gérer, retards répétés dans le démarrage des travaux, avec notamment la rupture d’un câble du Pont ayant empêché la grue d’arriver sur place – le président a annoncé une livraison de la nouvelle Maline pour 2021. La CdC récupérant la gestion de l’équipement culturel dès ce 1er octobre, cela fait des mois que ses équipes travaillent sur ce dossier.

Avec un budget de plus d’un million d’euros, une équipe de dix à quinze personnes, la gestion serait devenue trop lourde pour une association. Dès lors, deux choix s’offraient à la CdC : confier la gestion à une délégation privée, comme c’est le cas pour AquaRé, ou assurer une gestion publique. C’est cette option qui a été retenue, le sujet culturel étant stratégique, sachant que la programmation ne sera en aucun cas assurée par les élus.

Après la présentation par Lionel Quillet de la politique
culturelle de l’île, Annabelle Bariteau a présenté la
programmation culturelle du dernier trimestre 2019.

Recrutement d’un « programmateur culturel » pour La Maline

Le choix délibéré de la collectivité est même de confier la programmation à un « programmateur » dont cela sera l’unique tâche, l’ensemble de la gestion étant assurée par ailleurs. Exit le directeur ou la directrice de La Maline, devant assurer sur tous les fronts. Ainsi sous la responsabilité de la directrice générale des services et de la directrice des affaires sociales et culturelles de la CdC, Annabelle Bariteau, médiatrice culturelle a en charge la politique culturelle et La Maline, structurée en trois pôles : un pôle public et animations, un pôle administratif et un pôle technique, le futur programmateur culturel (en cours de recrutement) ayant les mains et l’esprit libres pour se consacrer exclusivement à son métier, sans avoir de contraintes d’équilibrage financier du spectacle vivant.

« La Maline est le projet le plus construit depuis le début, a estimé Lionel Quillet, mais aussi le plus lourd et compliqué à monter. On a investi, on sera au fonctionnement, avec la volonté de s’ouvrir à de nouveaux publics, de continuer à travailler en concertation avec tous les acteurs culturels et les bénévoles, sans lesquels le projet n’aurait pas tout son sens ».

Les enjeux de La Maline

Annabelle Bariteau a présente ensuite la programmation culturelle et ses enjeux. « Conquérir de nouveaux publics : adultes actifs, enfants, jeunes familles, publics éloignés de la culture ; Mettre en oeuvre une programmation audacieuse et qualitative, tant côté cinéma que spectacle ; renforcer les concertations et interrelations avec les acteurs et évènements culturels du territoire », constituent les trois objectifs immédiats. Si le « Hors les Murs » mis en place avec succès par l’équipe de La Maline va de facto continuer jusqu’à la livraison de la nouvelle Maline, la CdC entend bien le maintenir au-delà, afin d’amener la culture dans les villages, au plus près d’habitants qui ne se déplacent pas forcément, même si l’emplacement de La Maline à La Couarde, au centre de l’île, est un atout indéniable.

Une belle programmation, les partenariats maintenus

Pour ce dernier trimestre de l’année 2019, trois spectacles sont programmés : ouverture de la saison culturelle sous l’égide de la CdC avec le concert d’Ella / Foy, vendredi 18 octobre à 20h30 salle Vauban à Saint-Martin. Puis la « conférence spectaculaire » et désopilante de la Cie Martingale intitulée « Pourquoi les poules préfèrent être élevées en batterie » sera donnée le vendredi 22 novembre à 20h30 dans la grande salle du conseil communautaire de Saint-Martin. Samedi 14 décembre à 19 heures, place au spectacle de danse électro – Beatbox loop – Arts numériques intitulé « Métamorphone » de la Cie Sine qua non art, précédée le matin à 10h30 d’un atelier d’initiation à la danse électro, qui se déroulera dans une salle de La Flotte.

Bien entendu le partenariat avec le festival Ré Majeure et La Coursive sera maintenu (du 1er au 3 novembre), Ré à la Hune aura l’occasion d’y revenir. Les actions culturelles « Ecole et cinéma » et « Collège au cinéma » se dérouleront du 13 au 15 novembre, suivies des « P’tits rendez-vous du livre », en collaboration avec les bibliothèques, la médiathèque et les partenaires du livre, du 18 au 22 novembre dans l’ensemble des classes élémentaires de l’île de Ré, sur le thème « Tous héros ».

Les actions menées avec Cinéphiles de Ré, les Restos du Coeur, la Maison Centrale, le Lions Club et les écoles et collège seront maintenues, tandis que des partenariats seront noués avec les acteurs culturels rochelais : le Carré Amelot, La Coursive, le CCN, ou encore La Sirène.

Ella Foy sera donné le vendredi 18 octobre

La programmation pluridisciplinaire du spectacle vivant du premier semestre 2020 est en cours d’élaboration, autour de spectacles de cirque, théâtre, danse, arts de la rue, sans oublier le festival « les p’tits se réveillent ». A partir de septembre 2020, la programmation sera annualisée.

Côté cinéma, des projections seront proposées alternativement dans les dix communes rétaises, avec là aussi une ambition qualitative et la volonté d’attirer des avant-premières prestigieuses.

L’enjeu de l’intégration de La Maline dans sa politique culturelle est triple pour la Communauté de Communes : maîtriser sa gestion, enrichir sa programmation, élargir l’accès à la culture à tous les publics.

*A partir du 1er octobre 2019

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires