Élection

Elections départementales - Canton île de Ré - EELV

Préservation environnementale, mobilités et logement au coeur des réflexions du binôme EELV

Luc Clément-Colas et Judith Hébert (EELV) sont très bien accueillis par les Rétais qu’ils rencontrent et qui nourrissent leur programme électoral
Publié le 11/06/2021

Depuis le début de la campagne électorale et afin de tenir compte des restrictions de regroupement liés à la crise sanitaire, Judith Hébert et Luc Clément-Colas, ont délibérément choisi de venir à la rencontre des Rétais lors de réunions en petit comité, en milieu ouvert ou en extérieur, dans le respect des gestes barrières, ou en porte-à-porte

Les candidats et leurs remplaçants continueront jusqu’au dernier soir de la campagne officielle, le 18 juin 2021, à venir à la rencontre des électeurs et des électrices*.

Un regard croisé insulaire Ré/Oléron

Le 7 juin les candidats du collectif « Charente-Maritime, cap vers un avenir écologique et solidaire » dans les cantons des îles d’Oléron (Anny Desreumaux et Grégory Gendre) et Ré (Judith Hébert et Luc Clément-Colas), ont présenté à la presse le bilan des échanges qu’ils ont eus dans la journée avec des acteurs de la vie rétaise dans les domaines de la préservation de l’environnement, les mobilités et le logement.

« Lors de cette première étape rétaise, les acteurs engagés dans la préservation de l’environnement ont appelé l’attention sur les conséquences, notamment dans le perthuis d’Antioche, du développement du Grand Port Maritime de La Rochelle : déroctage, stockage de matières chimiques dangereuses (engrais, produits pétroliers…). L’attention des candidats a été portée sur l’impact majeur du développement de l’activité industrielle de la plateforme portuaire sur l’écosystème fragile des perthuis et la vie et l’économie des îles (villages, ports et activité touristique insulaires…). Les difficultés de logement des insulaires, liés en particulier à la rareté et la cherté du foncier, ont trouvé une réponse encore insatisfaisante mais pourtant massive sur l’île de Ré. Des logements sociaux y sont ainsi construits depuis les années 1980 à La Flotte avant de l’être dans toute l’île. Ces choix politiques volontaristes confortent les propositions du collectif avec la création d’un opérateur foncier départemental visant à coordonner les acquisitions foncières du département avec pour missions la préservation de l’environnement et de la vie permanente locale, la proposition de bail emphytéotique pour les primo-accédants, sans condition d’âge et le développement du parc de logements sociaux. »

« Les acteurs des mobilités sur l’île de Ré ont exposé leurs actions pour défendre des aménagements adaptés à la pratique cycliste quotidienne, sécurisée et à promouvoir le vélo comme moyen de transport quotidien. Le collectif propose de construire, sur la base des axes routiers départementaux et des tronçons cyclistes existants, un véritable réseau interconnecté, cohérent, dont le centre serait le collège. Cela permettrait, dans une première phase, aux collégiens d’être les acteurs d’un changement de comportement positif de leurs ainés, avec des actions de formation et de sensibilisation. »

Ces rencontres ont pour but d’initier, de favoriser les échanges d’expertise et de nourrir un regard croisé insulaire sur des thématiques communes. Le 15 juin 2021, le binôme rétais se rendra à son tour sur l’île d’Oléron pour rencontrer des acteurs de la vie oléronaise dans les domaines de l’agriculture et de la gestion du trait de côte notamment.

Concernant les mobilités, le binôme EELV rétais souhaite aussi améliorer la ligne 3 saturée en augmentant sa fréquence, favoriser la multimodalité avec le vélo, envisager un service public de bateau bus. « La compétence transport que la CdC n’a pas voulu et assurée par la Région, le Département pourrait en prendre une partie. » « Les enjeux du Pont et de la mobilité, dont Rivedoux est le noeud, sont essentiels pour l’île de Ré ; ils sont stérilisés par des luttes inutiles entre les élus. » Le binôme précise « On souhaite des visiteurs, pas des véhicules. Près de 40 % du trafic est lié à des visites à la journée. Mettre un feu à la sortie et ouvrir momentanément deux voies dans un sens (comme dans certains tunnels de montagne) permettrait de désengorger le trafic lors des bouchons des grands WE et haute saison. Il faut aussi agir sur les flux entrants, en mettant des quotas de voitures à l’heure ouverts aux visiteurs avec une réservation en ligne pour un créneau horaire donné. Evidemment, les résidents permanents, secondaires et ceux qui travaillent ne seraient pas concernés par ces quotas qui seraient mis en place environ 50 jours par an. Il faudrait aussi imaginer une offre de bus de plages. Nous sommes favorables au maintien de l’écotaxe… »

Eoliennes et projet alternatif

Au sujet du projet de parcs éoliens offshore, le binôme affiche une position claire : il y est opposé. « L’annonce six mois avant les élections départementales et régionales par le Premier Ministre de ce projet de parcs éoliens visait à savonner les planches d’EELV en Nouvelle-Aquitaine. Le débat public est annoncé en plein été, en pleine saison touristique, il est juste consultatif, sans votation. Nous sommes pour la sobriété énergétique, la mixité énergétique et estimons que la production d’énergies renouvelables ne doit pas se faire à n’importe quel prix et n’importe où. Il ne faut pas passer d’un gigantisme à un autre. On ne veut plus artificialiser les sols : là il s’agirait d’artificialiser plusieurs centaines de km2 de sous-sols marins, en pleine zone protégée. Nous sommes favorables à des micro-éoliennes sur les bâtiments publics ou professionnels, tout comme au solaire, ou sur les habitats de particuliers. Nous souhaitons qu’il y ait une votation avec un projet alternatif. »

« Sur tous ces sujets, Il faut sortir d’une pensée fermée », concluent les deux candidats.

Contacts pour les rencontrer :
07 83 60 19 81 ou 06 08 11 39 81
Réunion publique :
Mercredi 16 juin au Bois-Plage
de 19h00 à 21h30

Propos recueillis par Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires