Culture

Festival musique classique

« Musique en Ré » : trois dates à retenir

Anne Gastinel obtient son premier prix au Conservatoire national supérieur de Lyon à l’âge de onze ans.
Publié le 03/04/2019
Noter cet article

L’incontournable festival d’été réunira les plus grands solistes au service des plus belles oeuvres symphoniques. Focus sur les concerts à ne manquer sous aucun prétexte !

Parenthèse enchantée qui chaque année voit l’île se transformer en capitale des mélomanes, ce ce ne sont pas moins de seize soirées exceptionnelles qui seront proposées dans les églises et sur les places des différents villages. Pour cette 32ème édition, artistes de renommée internationale et talents en devenir partageront sur la scène leur enthousiasme d’interpréter la quintessence du répertoire classique. Car c’est cela la magie de Musique en Ré ! Des virtuoses convoités aux quatre coins du monde qui portent la ferveur d’étudiants sélectionnés parmi les meilleurs des conservatoires réunis en une académie éphémère.

Mozart à l’honneur

Génie précoce, à la destinée aussi prodigieuse que brève, Mozart alors miséreux et malade compose à 35 ans deux de ses œuvres majeures : « La Flûte enchantée » et le fameux « Requiem », véritable testament laissé inachevé tandis que « par une belle et douce nuit d’automne » dira l’annonce officielle, la mort le cueille en 1791. Mélodie-confidence aux accents tantôt terrifiants, tantôt mélancoliques, cette messe funeste écrite pour quatre solistes (soprano, alto, ténor et basse), un chœur et un orchestre symphonique, sera servie par l’excellent ensemble vocal de l’Abbaye aux Dames et dirigée par le généreux Nicolas Simon. Fidèle du festival dont la baguette porte à chaque fois la magie de toutes les émotions, le chef officiera aussi pour un concert gratuit et en plein air, hommage encore au compositeur pour une oeuvre composée cette fois dans la paix d’un humble chalet, où la voisine présence joyeuse de l’équipe théâtrale de son ami Schikaneder l’inspire. Inépuisable opéra universel, la légèreté faussement naïve de « La Flûte enchantée » porte pourtant un message profond, voire philosophique.

Anne Gastinel, invitée d’honneur

Voici des années que Kamiar Kian la convoite sans succès, tant son talent est plébiscité partout dans le monde. La persévérance de l’organisateur du festival a finalement été récompensée ! La « Reine des solistes » comme il l’appelle, sera présente pour une soirée exceptionnelle, dédiée à Offenbach dont on fêtera le bicentenaire en juin. Immanquablement couronnée de premiers prix ou Victoires de la musique, Anne Gastinel et son instrument apprivoisé dès l’âge de 4 ans (elle joue actuellement sur un violoncelle Carlo Giuseppe Testore de 1690) a choisi, imposé pourrait-on dire, Roberto Forés Veses : « Un poète des sons qui sculpte la sonorité de l’orchestre » à la direction de ce concerto militaire créé pour son propre usage (l’oeuvre est réputée injouable en son temps) par un romantique sans égal, trop souvent associé au comique désuet de l’opéra- bouffe.

La 32ème édition du Festival Musique en Ré (http://vps22456.ovh.net) aura lieu du 16 juillet au 1er août (16 concerts dont 7 gratuits en plein air)
Les « Save the date » :
– Requiem de Mozart à 21h30 le 22 juillet en l’Église de Saint-Martin
– Rendez-vous pour « La Flûte enchantée » le 25, même heure, Place de la République et toujours à Saint-Martin (concert gratuit)
– Anne Gastinel vient pour la première fois sur l’île le 28 juillet

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires