Culture

Festival

Sarah Nemtanu (sous l’arbre), musicienne, avant les premiers concerts du festival Musique en Ré

Musique en Ré : la qualité n’est jamais un hasard

Sarah Nemtanu (sous l’arbre) entourée de quelques solistes la veille du lancement des premiers concerts
Publié le 19/07/2016

Le festival lancé le 14 juillet cache un feu d’artifice de talents.

Ils sont tous arrivés sur l’île le 9 juillet pour pouvoir répéter avant les premières représentations. Une centaine de musiciens, mélange de grands noms et d’élèves issus des meilleures promotions des conservatoires de France et d’Europe. Chaque jour la salle Vauban de la place de la République à Saint-Martin s’anime au rythme des répétitions partielles ou générales. Six heures d’entraînement quotidien qui bien qu’assidu prend des airs de vacances pour ces talents de demain rompus à la rigueur de la mesure.

La pause déjeuner est l’occasion d’un moment de détente bien mérité. Lorsque le temps le permet les tables s’improvisent dans la cour dans un joyeux brouhaha. Autour des petits plats bios mijotés par Carole Donny (la cuisinière attitrée du festival) les conversations et fous rires vont bon train entre ces jeunes, habitués à un parcours solitaire et les solistes que des carrières exemplaires amènent à se produire un peu partout dans le monde.

Rencontre avec l’une des plus grandes violonistes du moment

Parmi eux, Sarah Nemtanu profite de ce moment pour dorloter son bébé de cinq mois qui sans doute a déjà l’oreille musicale. La jeune femme déploie un CV impressionnant depuis qu’elle a été médaillée d’or au conservatoire de Bordeaux à l’âge de quinze ans en 1996. Elle est premier violon (en alternance avec Luc Hery) de l’Orchestre National de France depuis quinze ans, a reçu les victoires de la musique classique en 2007, et notamment joué pour le film Le Concert dont elle est la « vraie » violoniste et coaché Dany Boon pour Radin ! qui sortira en septembre.

Cela fait quatre ans que Sarah Nemtanu est fidèle au festival dont elle dit qu’il est unique en son genre car très complet. « Il me permet d’exercer tous les métiers : mon métier de soliste avec les concerts du soir, la pédagogie et la transmission avec les master-class… Et puis la richesse de la programmation ! » s’enthousiasme t-elle, avant d’ajouter qu’elle constate que le niveau des élèves monte d’année en année, tant la réputation de cette académie éphémère « made in Ré » est devenue grande.

Sarah Nemtanu donnera cinq concerts, dont celui de clôture, jeudi 28 juillet, consacré à Beethoven.

 

Voir le précédent article consacré à Musique en Ré

et celui pour 2017 ici

 

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires