Commerce

Portrait

Mille vies en une : le parcours incroyable de Julien Roche

Les bières artisanales bio Les Petites Réthaises, brassées par Julien Roche, ont immédiatement conquis le palais des amateurs
Publié le 08/04/2021

De DJ à travers l’Europe, à brasseur pour sa nouvelle marque de bières les Petites Réthaises, en passant par guide et moniteur de plongée sur des bateaux en Indonésie, le Rétais Julien Roche a vu du pays et nous embarque avec lui dans ses épopées fantastiques…

Né d’une maman issue d’une très ancienne famille rétaise et d’un papa bordelais, le jeune Julien a passé son enfance entre Bordeaux où il allait à l’école, et l’île de Ré où il passait toutes ses vacances pour garder le lien avec sa vie d’insulaire et ses racines…

Si sa famille est installée à Rivedoux- Plage depuis ses arrières grands-parents, du plus loin qu’ils aient pu remonter, leurs ancêtres habitaient Sainte-Marie de Ré.

Le goût de l’aventure

C’est dans la pure tradition rétaise que le jeune Julien a été élevé, et notamment dans le monde ostréicole puisque son grand-père maternel possédait de nombreux parcs à huîtres dans le village de Rivedoux. Après avoir fait plusieurs saisons dans l’île, il obtient un bac professionnel et écume les missions d’intérim sans trop de convictions, avant de se trouver une passion pour la musique électronique. Il devient ainsi compositeur et disc jockey de musiques électroniques, principalement sur Bordeaux puis en Europe où il fréquente le monde de la nuit à travers plusieurs pays. C’est lors d’un festival de musique belge qu’il rencontre sa femme, Cinthia, qui fait des études en naturopathie et s’apprête à partir en Indonésie pour y faire son mémoire sur une plante médicinale appelée armoise.

A 27 ans, Julien décide de tout plaquer pour l’aventure et par amour. Ils partent vivre sur une petite île indonésienne, où Cinthia écrit son mémoire et Julien intègre une ONG (organisation non gouvernementale) appelée Acroporis qui aide à la protection des récifs coralliens notamment en plantant des mangroves là où n’y en a plus. Un an plus tard, avec l’envie de continuer l’aventure indonésienne, ils quittent leur petite île pour Bali où Julien passe tous ses brevets de plongée afin de devenir instructeur. Un jour, il remplace son professeur de plongée qui travaille pour la compagnie de croisières d’aventure la plus célèbre là-bas. Il devait rester quelques jours, il y restera trois ans pendant lesquels il sera guide et même directeur de croisière à bord d’un énorme bateau en bois, une goélette de trente mètres de long à deux mâts.

Fort de cette expérience, il rachète le bateau et crée sa propre agence de tourisme d’aventures, pour emmener les gens là où personne ne va, en Papouasie et dans les endroits les plus beaux et les plus secrets d’Indonésie. Ainsi, en partenariat avec les agences de tourisme d’aventure françaises, il emmène ses clients dans les plus beaux endroits. “On faisait des croisières de surf ou des sessions plongée pour explorer les fonds sous-marins. La nuit, le bateau servait d’hôtel quand on ne dormait pas dans des villages après avoir randonné à la découverte des volcans”, nous raconte-t-il avec passion. Au fil des années, Julien se spécialise dans des expéditions plus atypiques, puisqu’il fait naviguer de grands scientifiques et anthropologues qui souhaitent effectuer des missions de recherche. Il sera aussi amené à faire de l’accompagnement pour des émissions de télé. C’est là que Julien perfectionnera ses techniques de photographe, une autre de ses passions.

Dans l’une de ses précédentes vies, Julien a emmené des voyageurs dans les endroits les plus secrets d’Indonésie, à bord de sa goélette de trente mètres de long à deux mâts

Le retour aux sources

Filant le parfait amour, Cinthia et Julien le concrétisent par un mariage et la naissance de leur petite fille qui voit le jour en 2015. A ce moment-là, des questions sur leur éventuel retour en métropole se posent. “Quand nous sommes rentrés sur l’île de Ré pour présenter notre fille à la famille, nous nous sommes demandés si ça n’était pas le meilleur endroit pour la voir grandir. Le cadre de vie y est sans doute plus sain que celui des plages indonésiennes jonchées de déchets et de ses villes traversées par des fils électriques… parce que oui c’est la réalité en Indonésie. Quand nous sommes arrivés on trouvait encore des endroits préservés et paradisiaques, maintenant les seules plages où l’on peut se baigner sans tomber sur un déchet sont celles des stations balnéaires où les hôtels de luxe montrent aux touristes un cadre idyllique ”, nous explique Julien. En 2017, au bout de onze ans d’aventure indonésienne, Cinthia et Julien reviennent sur l’île qui a vu grandir le jeune homme. Avec l’idée de faire un métier qu’il admire, Julien fait une saison en tant que saunier en 2018. Mais ne trouvant pas de marais disponible pour se mettre à son compte, il ne continuera pas dans cette voie.

Cette même saison, après une longue discussion avec une amie de sa femme qui fabrique de la bière artisanale, il se dit pourquoi pas moi ? Il nous explique avec humour : “ Avec cette amie on a parlé de son métier et j’ai tout de suite accroché, après quelques bières je me suis dit je vais faire ça… et le lendemain matin je me suis réveillé encore en me disant que je voulais faire ça ! ” Ni une ni deux, son amie le forme, l’aide à faire ses premières recettes, ainsi qu’à trouver les matières premières. Il enclenche les démarches administratives et achète le matériel. Enfin il part se former au métier de brasseur au Château de la bière à Caen.

Une nouvelle aventure à travers les Petites Réthaises

Avec son slogan “ Pense global, picole local ”, il commence la commercialisation de ses premières bières artisanales bio en août 2019 dans des petites marmites en restaurant, dans des épiceries ou sur les marchés. Succès immédiat puisqu’il est en rupture de stock rapidement. Il enclenche sa deuxième saison après le confinement et peut, cette fois-ci, mettre ses bières en bouteille grâce à son embouteilleuse. En Août 2020, il en vend dix mille en une semaine et n’arrivera pas à satisfaire toutes les demandes des points de vente. Julien a donc dû revoir ses périodes et son rythme de production pour essayer de répondre aux besoins. On peut désormais trouver plus facilement sa gamme de cinq bières dans les points de vente habituels, mais aussi dans les moyennes et grandes surfaces, les campings et les hôtels.

N’ayant pas envie de s’arrêter en si bon chemin, Julien déborde de projets. En partenariat avec des groupes de musique locaux, il lance la bière musicale. L’idée ? Savourez une bonne bière Les Petites Réthaises, prenez votre smartphone, et flashez le code présent sur la bouteille, détendez-vous en écoutant les titres d’artistes tels que Charlilou ou Les Nouveaux dossiers. D’ailleurs, si vous êtes un artiste rétais et que vous souhaitez faire connaitre vos chansons, n’hésitez pas à contacter Julien par mail ou sur les réseaux sociaux afin qu’il élargisse son offre musicale sur ses bières à travers des playlists. Le nouveau projet de Julien est de créer une bière sans alcool. Souhaitons lui le même succès avec cet enthousiasme et cette joie de vivre qui le caractérise !

N’hésitez pas à contacter
Julien Roche par mail :
lespetitesrethaises@gmail.com

Stessy Bourreau

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires