Territoire

Révision du PPRL

Une stratégie payante, l’île de Ré est entendue

Le Président de la CdC et les Maires de l'île de Ré ont choisi "la méthode forte"
Publié le 28/08/2013

Dans le cadre de la révision du PPRL et des cartes de niveaux d’eau que les Rétais contestent vigoureusement, le Président de la Communauté de Communes de l’île de Ré nous a confirmé qu’une première séance de travail avec le Cabinet du Ministre du Développement Durable et les Experts du Ministère est fixée au 13 septembre. Ce qui satisfait pleinement Lionel Quillet, puisque cette première rencontre devrait permettre d’aborder le dossier sur le fond, et de proposer des avancées concrètes avant une éventuelle rencontre avec le Ministre Philippe Martin.

Les Maires et élus au pied de la digue Goisil, luttent pour une évolution sur le dossier PPRL

Les Maires et élus au pied de la « Digue des Rétais » construite en 3 jours au Goisil

Il semblerait également que la finalisation des cartes d’aléas, qui devaient être présentées aux élus par les services de l’État le 6 septembre, soit reportée de facto.

La pétition « PPRL : Sauvons l’île de Ré » a, quant à elle, dépassé les 10 000 signatures, qui était l’objectif fixé par Lionel Quillet à la fin août.

Par ailleurs, le dossier complet sur la démarche et l’argumentation des élus rétais, qui avait été envoyé à tous les élus du littoral en début d’été, par le Président de la CdC de l’île de Ré suscite déjà nombre de réactions des Maires de communes également concernées par la circulaire de 2011 et l’élaboration ou la révision de leur PPRL, qui se sont rapprochés de la CdC de l’île de Ré pour témoigner de leurs difficultés et envisager une démarche commune auprès des services de l’Etat.

Le Président et les Maires, qui se sont fortement mobilisés depuis le 11 juin dernier, date à laquelle les cartes de niveaux d’eau leur ont été présentées par la Préfète Béatrice Abollivier, sont ainsi satisfaits de la tournure que prennent les évènements, estimant qu’elle confirme a posteriori que leur stratégie d’opposition « légaliste mais frontale » est la bonne.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires