Vie politique

Politique

Le Tour de France, exceptionnelle promotion de la carte postale « île de Ré »

© Nathalie Vauchez - Le Maire de Saint-Martin, Patrice Déchelette, et le Président de la CdC, Lionel Quillet attendent de pied ferme l’arrivée du Tour de France, à Saint-Martin le 8 septembre
Publié le 02/09/2020

Le Président de la CdC de l’île de Ré souhaite profiter de ce focus sur la Charente-Maritime et notre île pour valoriser ses principaux piliers identitaires : la préservation de l’Environnement, le Patrimoine et l’île au vélo, auprès des médias du monde entier

Très remonté contre les « esprits chagrin » qui s’approprient l’île de Ré et veulent en faire « une maison de retraite », sans jouer la carte de la solidarité départementale, Lionel Quillet a dit aux médias locaux – avant l’arrivée de la centaine de journalistes du monde entier – tout le bien qu’il pense de l’épreuve sportive reine : « C’est une grande première, le Tour de France traversera l’île de Ré pour la première fois de son histoire…. dix-sept ans après le dernier passage du Tour de France en Charente-Maritime… »

« Evidemment que la Charente-Maritime a besoin de cette belle exposition médiatique, et l’île de Ré aussi, l’arrivée va être magnifique, avec la découverte de l’île de Ré hors saison pour des spectateurs du monde entier, du Danemark à la Chine, en passant par la Hongrie… »

Avec une arrivée sur l’île estimée à 25 minutes, à laquelle il faut ajouter le podium d’arrivée et les commentaires, le président de la CdC estime que l’île va bénéficier d’un « zoom médiatique d’au moins 45 minutes, avec les plus belles images qui soient, celles du Tour et de France 2 »

La Communauté de Communes de l’île de Ré et la Ville d’arrivée d’étape, Saint- Martin de Ré, ont travaillé de concert pour accueillir « cet ouragan positif », en privilégiant la sécurité générale et sanitaire et la valorisation de l’île de Ré. Un écran géant est prévu à Saint- Martin dans la « mini fan zone » comme la qualifie le Maire, Patrice Déchelette, située face à l’ancienne gendarmerie, derrière les stations de bus, ainsi qu’à La Couarde (place du marché) et à Sainte- Marie (stade de foot). Les élus ont décrit brièvement les animations prévues à Saint-Martin, La Couarde, Sainte-Marie, Rivedoux et Saint-Clément (lire en page 20 de cette édition).

L’essentiel des informations pratiques est repris dans le cahier central de la CdC (lire pages 17 à 20), tandis que tous les Martinais ont eu en fin de semaine dernière dans leur boîte à lettres un dépliant de quatre pages précisant toutes les infos pratiques ayant trait à la circulation et au stationnement à Saint-Martin le jour J (mardi 8 septembre).

Pour Lionel Quillet et Patrice Déchelette, si l’évènement sportif n’aura que peu d’impact économique à très court terme, les retombées à moyen et long terme seront « extraordinaires ».

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Association environnementale
    Publié le 3 septembre 2020

    Avec le passage du Tour de France, grâce à Monsieur Quillet, L’Ile de Ré a vraiment touché le fond! Elle ne peut tomber plus bas!!!

    En quoi cette manifestation du Tour de France va t-elle « valoriser ses principaux piliers identitaires : la préservation de l’Environnement et le Patrimoine au vélo » ?… n’y a t-il pas assez de vélos qui circulent sur l’Ile? la circulation sur les pistes cyclables en devient impossible !
    « Promouvoir l’Ile de Ré »: mais, n’est-elle pas déjà suffisamment envahie ?!
    Quelle « préservation de l’environnement de l’Ile »? élargir les voies, bitumer tant et plus, et créer des infrastructures péri-urbaines pour 2 week-ends de printemps et 2 mois d’été L’Ile de Ré, son authenticité et son charme sont déjà défigurés irrémédiablement, et avec le Tour de France son calvaire continu!!!

    Dommage que ce petit territoire fragile qu’est l’Ile de Ré, subisse de tels assauts de la part de ses élus, notamment avec cet « ouragan nommé positif » !!!

    Avis d’une Association de défense des Paysages, des Sites et de l’Environnement :
    APSSC.

    Répondre