Social

Portrait - Association

Le Dressing de Sainte-Marie, une belle histoire d’altruisme avec Françoise Boucard

© Yao Iceberg - Françoise Boucard : l’altruisme chevillé au corps… et au coeur
Publié le 05/11/2021

Le don de soi, l’amour des autres… sourire et bienveillance comme armes de développement pour Françoise Boucard, co-fondatrice et trésorière de l’association « Le Dressing » à Sainte-Marie de Ré.

Françoise Boucard, née à Pornic, est originaire du pays de Retz et non de Ré. Avec un Bac en poche à 16 ans, elle fait la fac de lettres à Nantes. Trop petite pour être hôtesse de l’air, pas envie d’aller à Paris, elle devient professeur de Français à l’âge de 18 ans. Un peu hippie, jolie femme, cheveux longs jusqu’au bas du dos, pantalon patte d’éléphant vert pomme, chemise à fleur… le jour de la rentrée, elle se fait prendre pour une élève et peine à se faire indiquer la salle des professeurs. Elle fera ensuite sa carrière entre l’ille-et-Vilaine et Nantes où elle donnera naissance à trois filles.

Une étape marquante dans sa vie

Son premier mari étant de Sarajevo, Françoise se sent concernée par la guerre en Bosnie qui éclate en 1992. Elle prend l’avion pour aller chercher ses filles là-bas et se souvient du retour à travers les barricades en voiture. C’est le déclencheur de son changement de vie, elle crée une association avec notamment Jean- Marc Ayrault, maire de Nantes, et ils font venir 50 bébés bosniaques et leurs mamans qu’ils placent dans des familles d’accueil pendant deux ans.

Elle s’occupe de leurs papiers, de la protection sociale, de leur trouver du travail… Mais aussi elle organise des collectes de savon, de café, de vêtements, met en place des convois avec ses filles pour livrer les denrées en Bosnie. C’est une étape marquante dans sa vie.

En 1994, à 40 ans, elle vient passer le week-end de l’Ascension à l’île de Ré avec ses filles et c’est le « coup de coeur ». Quelques jours plus tard, sa fille devient saisonnière à Saint-Martin et Françoise laisse tomber Nantes et sa vie professionnelle pour s’offrir une année sabbatique à Rivedoux. Un an plus tard, elle devient co-responsable de la crèche « Les Petits drôles » à Sainte-Marie et trois ans après s’achète une maison avec son mari au Bois-Plage.

Le début d’une grande aventure

Suite à la fermeture de l’association « Le Vestiaire » de Sainte-Marie qui fait du recyclage de vêtements, elle crée en 2014 avec deux collègues de la crèche, Estelle et Ella, l’association « Le Dressing » dans des petits locaux prêtés par la mairie. C’est le début de la grande aventure !

Françoise a toujours aimé les brocantes, le recyclage, la seconde vie des objets. Elle se souvient de l’association « le Vestiaire » à Sainte-Marie ou « les Coeurs antiques » à Angoulins où elle aimait aller chiner. Déjà quand elle travaillait à la crèche, elle était spécialiste du système D, bourse aux vêtements, récupération en tous genres, utilisation de ressources naturelles pour les ateliers créatifs….

Dès le début, « Le Dressing » offre à cette bande de copines l’occasion d’exprimer leur altruisme naturel. Il y a ce médecin à la retraite de La Couarde avec qui elles s’engagent pour un orphelinat en Haïti. Chaque année avec une partie des fonds générés par Le Dressing, elles parrainent la scolarité de certains enfants. Mais Le Dressing c’est aussi aider les gens qui sont dans le besoin à proximité, notamment par le biais du CCAS mais aussi au cas par cas. Françoise discute avec les gens, s’intéresse, elle n’hésite pas à prendre sa voiture pour livrer du mobilier à un jeune qui s’installe, livre des paniers de légumes et paye l’électricité à un retraité dans le besoin, soutient le projet d’Ecole Buissonnière de Sainte-Marie en participant à l’achat de la roulotte, donne à l’APAR et « la Côtochats » pour aider les chiens et les chats de l’île de Ré… Bien sûr, tout ceci ne serait possible sans la générosité de nombreux Rétais qui soutiennent « Le Dressing ».

« Je fais quelque chose, je le fais à fond »

Les locaux de la crèche n’étant plus aux normes, la CdC décide de la déplacer en 2017 et c’est ainsi que « Le Dressing » prend sa place dans les anciens locaux de la crèche. Françoise, qui avait quitté son poste pour prendre sa retraite en 2016, réintègre les mêmes lieux pour continuer ce projet bien différent.

Très peu nombreuses au début, c’est maintenant une belle équipe de bénévoles qui s’est développée, une douzaine de personnes soudées, joyeuses et tellement généreuses. Un petit concert de Charlilou, une virée à la Java… C’est aussi dans la convivialité que leur motivation s’épanouit. Et elles en ont bien besoin quand il s’agit d’aller vider des maisons, récupérer des meubles ou trier des objets en tous genres.

Quand on lui demande ce qu’elle fait de son temps libre, elle explique nettoyer la forêt avec son mari, se battre pour protéger l’environnement, pister ceux qui font de la décharge sauvage pour les sensibiliser. Le nouveau garde champêtre du Bois fut bien surpris de se faire suivre et finalement ravi de la démarche de Françoise ! Et « ce sera jusqu’à mon dernier souffle ! », nous livre-t-elle avec entrain.

Pour le futur, elle aimerait seulement que ce projet puisse perdurer, et peutêtre finira-t-elle par prendre du temps pour elle et accepter de faire quelques virées en Van avec son mari !

8 tonnes de papier : en 2019, pour aider une école, les copines du dressing récupère du papier sur l’ile qu’elles revendent pour financer des activités.

3800 paires de chaussures : c’est le record de dons pour la collecte de chaussure qu’elles font chaque année au profit des enfants atteints du cancer soigné sur les CHU de Nantes ou d’Angers. Non contentes de voir les dons livrés dans des sacs plastique, les bénévoles du dressing font des sacs en tissu et sont félicités par les organisateurs.

800 kg de ferraille : c’est ce qu’elles peuvent récupérer pour revendre en une année.

Jonathan Odet

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires