Vie politique

Conseil municipal

Le Bois-Plage : une gestion réaliste, non exempte de projets

Salle du Conseil.
Publié le 27/03/2019

Jean-Pierre Gaillard et l’équipe municipale ont tenu Conseil le 12 mars. A l’ordre du jour : le bilan 2018, la présentation du budget 2019 pour validation officielle, et une idée pour l’avenir…

Bon bilan et beau budget

Il n’y a guère à dire sur la situation du Bois-Plage si ce n’est que la commune va bien. Et en ces temps de baisses de subventions de l’Etat (33 507 € entre 2017 et 2018), la chose n’est pas anodine. Il faut dire que le Bois a connu une hausse de ses recettes en 2018, à hauteur de 481 476 € supplémentaires. Mais comme le précise Jean-Pierre Gaillard, il faut dans ce chiffre, tenir compte de rentrées sans garantie de pérennité, issues de la taxe des droits de mutation (706 290 € en 2018). Tout cela amortit sans souci une augmentation des dépenses générales dues aux travaux de voirie entrepris, surtout quand on y ajoute la stabilisation des charges courantes de gestion et la baisse des remboursements des intérêts d’emprunt. Le bilan est donc largement positif et le budget 2019 conséquent. Résultat d’une gestion pragmatique, le ciel du Bois est dégagé.

Quoi de neuf en 2019 ?

En situation confortable pour une commune de 2 500 habitants, le Bois- Plage peut se permettre d’avoir des projets. Ils visent à conforter l’existant, améliorer la vie quotidienne et même lancer des pistes pour l’avenir. Citons par exemple la poursuite de l’installation de la vidéo surveillance jusqu’à l’entrée de l’école ou encore celle de la sécurisation du côté du marché et de l’avenue de la Plage. Débutés cet hiver, ces travaux de voirie reprendront à partir du 15 octobre prochain. Ils représentent un budget important, même si 63% du montant est pris en charge par le Département.

Autre opération à venir, l’agrandissement de la cour de la maternelle, passant par la réduction de sa surface sablée. Objectif : contrer les chenilles processionnaires en évitant d’abattre les pins. Le combat n’est pas gagné et le possible abattage des arbres suscite quelques échanges au Conseil Municipal. M. le Maire tranche : il faut tenter ce qui est possible pour éviter l’abattage des arbres, d’autant que celui-ci ne règlerait pas le problème, d’autres pins étant à proximité immédiate.

Une grosse dépense s’annonce sur l’incontournable salle polyvalente, rendez-vous de nombreux évènements rétais. 480 000 € devront être investis pour refaire vitrages et toitures, sans oublier le désamiantage nécessaire de la structure. Reste à déterminer le temps et la périodicité des travaux.

Enfin, 3 369 000 € seront consacrés à l’achat de terrain en vue d’augmenter l’offre de stationnements pour une commune on le sait très fréquentée en saison. Mais « sans faire n’importe quoi », précise M. le Maire.

Une idée à creuser

Souvent, en période pré-électorale, les élus tendent à marquer le pas, se contentant de gérer plutôt que d’initier. Mais Jean-Pierre Gaillard pense qu’au contraire, semer une petite graine peut être profitable. Charge au nouveau Conseil Municipal qui se constituera en 2020, de la faire grandir ou pas.

Alors à la dernière ligne du tableau des crédits ouverts, est notée une dépense de 30 000 €. En face est écrit Maison de Santé. Et M. le Maire d’expliquer que ce montant concerne une étude de faisabilité. Son idée ? Rassembler en un seul et même lieu les services médicaux de la commune. Cela pourrait être situé avenue du Pas des Boeufs où des anciens ateliers municipaux pourraient être réhabilités et aménagés en ce sens, ou encore du côté de l’Îlot Normand avec une construction neuve. Nous n’en sommes pas là car pour le moment, il s’agit de faire un état des lieux de ce qu’il serait possible de faire.

L’ensemble des bilans et budgets ont été votés à l’unanimité. Et si l’ensemble concerne bien évidemment la vie collective des Boitais, il est une ligne qui leur fera individuellement plaisir. Le Conseil Municipal a validé la proposition du Maire de ne pas augmenter les taux d’imposition de la commune. Une situation qui perdure depuis 2011.

 

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires