Vie politique

Conseil Municipal

Le Bois-Plage : un projet chasse l’autre

Quel projet se dessinera au prochain mandat pour faire vivre cet espace actuellement condamné en plein coeur du village ?
Publié le 18/09/2019
Le Bois-Plage : un projet chasse l’autre
5 (100%) 1 vote[s]

Le conseil municipal s’est conclu sur deux dossiers immobiliers sensibles. La parcelle disponible derrière l’église n’accueillera pas les logements et commerces espérés, la destruction controversée de l’hôtel Les Gollandières est quant à elle confirmée.

« Il va falloir rebondir ! » réagissait Georges Guillet, conseiller à l’urbanisme. Que deviendra le terrain attenant à la nouvelle mairie où se trouvait l’ancienne école du village ?

En ce 3 septembre, les sujets à l’ordre du jour ont été explorés sans surprise, entre bilan de saison de toute évidence prématuré, rentrée scolaire fêtée en musique à l’invitation de l’Education Nationale et point rapide sur les travaux courants d’entretien. Mais c’est en fin de séance qu’étaient évoquées des procédures en cours, plus clivantes celles-ci.

Déjà, la démolition du bâtiment édifié en 1876 avait fait polémique il y a quatre ans, provoquant la démission d’élus, amers de voir disparaître la belle façade de ce bijou d’architecture. « Vous auriez dû garder l’école et la réhabiliter » lâchait Jean-François Beynaud dans l’opposition, tandis que le maire Jean-Pierre Gaillard annonçait que les sept logements sociaux et les trois commerces pensés pour dynamiser le centre bourg ne verraient pas le jour. La cour d’appel a estimé que l’insuffisance de stationnements était préjudiciable au développement d’un tel projet. Des emplacements de parking étaient bien réservés place Raymond Dupeux, à quelques mètres de l’ensemble imaginé, mais la présence des manèges les mois d’été les rend inexploitables à cette période. Il fut alors suggéré par la juridiction de créer des places en sous-sol, une option là encore écartée au regard de la taille modeste du site, « d’autant qu’une étude a permis de détecter la présence de restes d’un ancien cimetière » expliquait Jean- Pierre Gaillard,avouant pour clore le débat, que : « certes, la mairie est c o n t r a r i é e , mais d’autres lieux sur la commune pourront accueillir le projet du bailleur social ».

Les travaux de démolition des Gollandières doivent débuter
en janvier 2020.

La résidence senior confiée en gestion aux « Jardins d’Arcadie » devrait ouvrir début 2022

C’est Gérard Juin qui, profitant du moment des questions diverses interrogeait le maire : « Tu nous disais lors du dernier conseil avoir ratifié le permis modificatif des Gollandières… Qu’en est-il ? Une plus grande consultation de la population n’aurait-elle pas été souhaitable ? ».

Il y a un an tout juste, un collectif de voisins se formait pour contrer les plans de construction des quatre-vingt-dix-huit appartements prévus en milieu médicalisé pour répondre à un besoin « d’intérêt collectif », soulignait le maire dans son courrier informatif du 6 septembre 2018 transmis aux riverains. Collectif et privé tout à la fois, quand il s’est agi d’en traiter les enjeux…

Parmi les causes du mécontentement exprimé par les requérants : la hauteur des bâtiments donnant sur l’avenue, la suppression de plusieurs arbres du domaine et le trop petit parking quand la fréquentation du lieu promet d’être soutenue.

L’hôtel emblématique du Bois repartait donc, contre mauvaise fortune bon coeur, pour une ultime saison en avril dernier (la dix huitième pour Guillaume Mathieu qui dirige l’établissement).

Les nouveaux plans proposés par le promoteur de La Baule « Atao » tiennent compte des observations émises. Ainsi le complexe sera t-il constitué majoritairement de rezde- chaussée (aucun étage ne sera visible de la rue), le bilan paysager sera positif, avec plus d’arbres plantés que de massif supprimés et le stationnement optimisé grâce à quarante places dédiées aux visiteurs et professionnels. Contacté, le président de l’enseigne immobilière Louis Romieux, se réjouissait d’enregistrer déjà une vingtaine de demandes de locations « fait rare, s’agissant de bâtiments non encore construits » et assurait faire appel, autant que possible, à de la main d’oeuvre locale.

Animations :

23/09 : La commission vie économique et marché se réunira pour dresser le bilan de saison « Un bilan qui n’est plus linéaire » selon Aurélien Ravet, directeur d’exploitation du camping Sunêlia Interlude.

25/09 : même punition pour la commission animations.

29/09 : fête des vendanges avec les vignerons de la coopérative Uniré, majorettes et aubade de la fanfare La Banda loups, dégustation du vin nouveau accompagné de pain à l’anis à midi.

Prochain conseil municipal : le lundi 22 octobre à 18h30

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Phil
    Publié le 18 septembre 2019

    On a manifesté pour que les murs de nôtre chère ancienne école communale ne soient pas détruits et voici le résultat! Nous pouvons maintenant rêver à leur reconstruction…. tout cela fait encore bien mal au cœur! Écrouler cette école pour un tel résultat, c’est bien malheureux!

    Répondre
  • Joe
    Publié le 25 septembre 2019

    Je trouve honteux pour les élus de favoriser ce genre de projet qui ne vont pas dans le sens d’une protection du bie vivre
    Le front de mer déjà difficile d’accès va devenir un sujet de tension permanente pour les personnes qui vivent à l’annee Sur la commune

    Répondre