Services

Prévention et répression

La sécurité à vélo, cause rétaise et départementale N° 1 ?

La gendarmerie est très présente sur les itinéraires cyclables, ici au Gros-Jonc
Publié le 07/08/2019
La sécurité à vélo, cause rétaise et départementale N° 1 ?
5 (100%) 1 vote[s]

Hasard du calendrier ? Pas vraiment en plein été. Tandis que le 31 juillet la Communauté de Communes de l’île de Ré organisait une journée de sensibilisation pour « bien circuler à vélo », le 1er août la Préfecture et le Département lançaient sur l’île de Ré le « Plan Vélo ».

Les accidents de vélos croissent à la hauteur de la densification de la circulation cycliste sur l’île de Ré mais aussi des incivilités « au guidon » toujours plus nombreuses. Au-delà de la « bobologie » sans conséquence, la gravité de certains accidents en 2018 – deux jeunes ont notamment perdu la vie à vélo sur les routes de l’île – a fait réagir élus et pouvoirs publics.

Un guide de poche « Sécu-Rétais » pour bien circuler à vélo

Ainsi, la Communauté de Communes, en partenariat avec Vélo-École, l’AUPTIR (Association des Usagers du Pont et des Transports de l’Ile de Ré), la Préfecture de Charente-Maritime et la Sécurité Routière, a réalisé cette année un guide de règles et d’informations pour bien circuler à vélo. Celui-ci est distribué durant toute la saison estivale sur les pistes cyclables et lors d’opérations spécifiques dans les campings. Avec une sensibilisation à la clé par les bénévoles de VéloÉcole, en lien avec la gendarmerie.

C’est dans ce cadre qu’une journée de sensibilisation a été organisée mercredi 31 juillet au rond-point de Gros Jonc, près du point Info cycliste, en présence de Patrice Raffarin, premier vice-président de la CdC en charge des transports et des pistes cyclables, de Jean-Pierre Gaillard, maire du Bois-Plage et de la gendarmerie.

Prévention mais aussi contrôle et répression se multiplient autour de la circulation à vélo

Les vacanciers en général, les cyclistes en particulier se croient souvent affranchis de toutes les règles, y compris des plus élémentaires. Quitte à se mettre en danger. Le petit guide de poche « Sécu-Rétais » rappelle, de façon tout à la fois pratique (recto) et ludique (verso, avec des jeux pour les enfants), nombre de règles et dispense des conseils pour toute la famille. Le téléphone portable (à la main ou à l’oreille), les écouteurs, oreillettes et casques audio, l’alcool, sont bien évidemment interdits à vélo, les auteurs d’infractions risquent jusqu’à 135 € d’amendes. Et cette année, les consignes – rappelées récemment par le Préfet Rigoulet- Roze venu à Rivedoux et à La Couarde en début d’été – sont de développer fortement les opérations de prévention certes mais aussi de contrôles avec sanctions à la clé. L’ensemble des effectifs de gendarmerie – largement renforcés en été – sont ainsi mobilisés autour de la sécurité en général et plus particulièrement de la sécurité à vélo.

De même les VAE (vélos à assistance électrique) dépassant une assistance à 25 km/heure ne sont pas autorisés à emprunter les pistes et itinéraires cyclables, sous peine d’une amende de 150 €. Autre infraction courante et passible d’une belle amende, le non port du casque à vélo pour les enfants de moins de 12 ans, y compris sur un vélo suiveur ou dans une remorque. De même, la nuit et dans tous les cas de mauvaise visibilité le jour, le port du gilet jaune est obligatoire. Autre poncif de la sécurité, trop peu respecté « A vélo, je respecte le code de la route »…

Et oui, le cycliste n’a pas tous les droits… Ni celui d’aller partout : cheminements piétons, trottoirs, chemins littoraux, dunes, certaines routes, leur sont strictement interdits. Sur certaines plages, la pratique du vélo n’est pas non plus autorisée, il faut se référer aux arrêtés municipaux.

 

Benoît Pinaud, Bruno Makary, Jean-Baptise Dagréou, Patrick Rayton, Lionel Quillet, Pierre-Emmanuel Portheret, tous mobilisés autour de la sécurité à vélo.

Lancement du plan vélo « Il est temps de réagir »

« Le vélo est un mode de transport doux en développement en Charente-Maritime, auprès des résidents comme des touristes. Les cyclistes représentent un public particulièrement vulnérable vis-à-vis des automobilistes. Ils doivent avant tout se protéger eux-mêmes, en observant les règles du Code de la route applicables à tout véhicule empruntant la voie publique. Comme annoncé en début d’année, un plan vélo a été initié par le préfet en partenariat avec le Conseil départemental de la Charente-Maritime », explique la préfecture.

Ainsi, le secrétaire général de la préfecture de la Charente-Maritime Pierre-Emmanuel Portheret, le premier vice-président du Département Lionel Quillet ainsi que le Commandant Bruno Makary de la gendarmerie départementale ont lancé ce plan vélo, le jeudi 1er août au matin au Camping de l’Océan à La Couarde-sur-Mer.

Ce site, le second plus grand camping de l’île de Ré, est à la fois stratégique et symbolique. Situé au bord de la route départementale qui relie La Couarde à Loix et Ars, très accidentogène, les responsables du camping, en relation avec la Mairie, ont ouvert un accès direct aux pistes cyclables, à l’arrière du camping, incitant ainsi à éviter d’emprunter la route. Et si Benoît Pinaud, le responsable du camping, s’est porté volontaire pour accueillir ce lancement du plan vélo, c’est aussi parce que l’an passé c’est l’une de ses employées saisonnières qui s’est tuée sur la route à vélo. Un drame en plein été qui marque à jamais… Aussi il lui tient particulièrement à coeur de sensibiliser les vacanciers lors de chaque journée d’accueil hebdomadaire.

Le plan vélo comprend notamment des actions avec les professionnels du tourisme (des actions de sensibilisation dans les campings et auprès des loueurs de vélos sont menées pendant la saison estivale via un quizz destiné aux familles) ; des campagnes d’information à l’endroit des nouveaux Charentais-Maritimes (une campagne d’affichage sur les bus de l’agglomération de La Rochelle est actuellement visible) ; des actions de contrôles des forces de l’ordre ciblées sur les cyclistes, comme l’a rappelé le sous-Préfet Pierre-Emmanuel Portheret.

Des infractions qui se multiplient, notamment du fait des incivismes

De son côté, Lionel Quillet, premier vice-président du Département, a montré du doigt l’évolution tout à la fois des moeurs, des technologies et des incivilités qui conduisent à un accroissement des accidents graves. Bruno Makary, commandant du groupement de gendarmerie départementale de la Charente-Maritime, a confirmé que les infractions à vélo ont été multipliées par trois en 2018, avec en tête l’alcoolémie au guidon, conduisant à de lourdes amendes voire à la confiscation du vélo. Et que tous les moyens de la Gendarmerie sont mobilisés sur cette cause en cet été 2019.

Il suffit d’observer les comportements sur les pistes, dans les villages, aux abords des routes, voire sur les routes, pour se rendre compte de l’immense tâche qui leur est impartie.

Une étude est en cours sous l’égide du Département afin de voir comment sécuriser la route départementale entre le rond-point du Crédit Agricole de La Couarde et celui de la Passe, allant vers Loix et Ars-en-Ré. Très fréquentée, peu sécurisée, elle est aussi bordée par de nombreux campings et les traversées de la route sont fréquentes. Les résultats de cette étude devraient être connus à l’automne-hiver prochain.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • JMB
    Publié le 7 août 2019

    Pas assez de répression factuelle .
    Les cyclistes  » pro ou assimilés  » qui prennent les routes malgré le panneau d’interdiction.
    Pourquoi ne pas écrire que les passages piétons doivent être empruntés « pieds à terre »
    Le stop n’est pas respecté

    Répondre
  • SANS OBJET
    Publié le 8 août 2019

    Souci justifié … delà à faire souffler les cyclistes dans le ballon !! … il y a une marge !
    Pourquoi pas les piétons ??…

    Répondre
  • Legros
    Publié le 9 août 2019

    Des souterrain au passage de la couarde et st martin

    Répondre
  • râleuse
    Publié le 1 septembre 2019

    Mais où étaient cachée la police nationale ou la gendarmerie pendant cet été 2019 ???
    Empruntant chaque jour la route de Gros jonc Plage au Rond Point de Gros Jonc ,axe bordé de 2 pistes cyclables !!! , j’ai pu constaté que de très nombreux cyclistes préfèrent circuler au milieu de cette petite route étroite et de préférence à plusieurs de front …. ,et ne se sentant nullement obligés de se ranger à l’approche d’une voiture ,voir même nous affubler d’incivilités fort violentes . Ils sont des rois en VACANCES ,Tout leur est dû
    comment apprécier la période touristique dans ces circonstances ???
    et à quoi servent les forces de l’ordre lorsqu’elles restent au niveau des ronds points ???
    je constate une aggravation de ces incivilités chaque année ,Dommage !!!

    Répondre