Vie politique

Conseil municipal la flotte du 8 juillet 2021

La rentrée et la vie permanente au coeur des sujets

© Nathalie Vauchez - Archives Ré à la Hune - Céline, Jennifer, Lucie qui ouvriront la MAM à la rentrée 2021/2022 vont pouvoir signer la convention d’occupation des anciens locaux du Jardin d’Enfants avec la Mairie de La Flotte
Publié le 22/07/2021

Le développement des services à la population figure parmi les sujets de prédilection du Maire de La Flotte. Plusieurs projets abordés lors de ce Conseil municipal clairsemé avaient trait à la rentrée et à la vie permanente

Ainsi en est-il de l’extension du pôle médical, l’un des premiers projets lancés par Jean-Paul Héraudeau avec l’acquisition l’hiver dernier de l’ancienne propriété Neveu, puis, cet été, celle de la maison de la famille Aubin. Une sage-femme s’installera dès la fin août, provisoirement dans le bâtiment qui sera acquis au 1er août rue des Sablins, après que des travaux d’aménagement aient été entrepris, ainsi que deux autres professionnels vers la fin octobre (ophtalmologiste et orthoptiste envisagés). « Voilà une nouvelle opération où l’on a éliminé un logement – normalement interdit – en zone artisanale » a précisé le Maire.

Le Maire a négocié avec les familles Chaigne et Turbé/Dussart, propriétaires de terrains de part et d’autre de la rue de la Serpent, au fond de l’impasse, afin qu’elles cèdent gracieusement 450 m2 de leurs terrains, afin d’aménager sur un emplacement, réservé au PLUi, une raquette de retournement pour les véhicules de secours et de collecte des ordures ménagères, ainsi qu’un petit parking de dix places. « Une opération gagnant/gagnant » assure Jean-Paul Héraudeau, les propriétaires ayant en contrepartie la garantie que la Commune ne préemptera pas.

L’opération « Orchestre à l’école » menée en partenariat avec l’Harmonie municipale et l’Ecole de musique de l’île de Ré, sera renouvelée à la rentrée prochaine, pour un nouveau cycle de deux ans au lieu de trois. Pascal Rousseau, pour des raisons de manque de disponibilité, ne pourra y participer.

Concernant l’acquisition du site de l’ancienne déposante Chevalier (lire notre article sur le site internet www. realahune.fr), le Préfet ayant dû réquisitionner la trésorière, la signature de l’acte notarial devrait bientôt se concrétiser.

La démolition de l’ancien garage Chauffour étant achevée, un parking à vélos et pour quelques voitures y est installé pour la saison, avant d’entamer le projet d’aménagement du site, qui devrait comporter un bâtiment hébergeant la bibliothèque qui deviendra sans doute une médiathèque, ainsi que d’autres espaces de vie sociale, et être par ailleurs revégétalisé.

Le Maire a pris acte de l’élection des deux nouveaux conseillers départementaux, Patrice Raffarin et Véronique Richez-Lerouge, et de la nouvelle et première présidente du Département, Sylvie Marcilly. « C’est très bien », a-t-il juste commenté. Il a aussi informé le conseil municipal de la décision récente des élus de la CdC concernant l’intérêt communautaire des algues vertes, dont le ramassage sera donc désormais pris en charge financièrement par la CdC.

Délégation de maîtrise d’ouvrage

Le projet de restructuration/ réaménagement des bâtiments de la Mairie étant complexe au regard notamment des contraintes architecturales, la municipalité a décidé de déléguer la maîtrise d’ouvrage de ce projet à un bureau d’études.

On le sait, l’instruction des demandes d’urbanisme se fait à la CdC, qui émet un avis, chaque Maire étant seul décisionnaire et signataire des documents. La Commune de La Flotte paie aujourd’hui 7 100 euros pour ce service. Le Service Instructeur devant se muscler et souhaitant être en mesure de recevoir à l’avenir les pétitionnaires, les nouvelles conventions avec les communes prévoient un réajustement financier, différencié selon la sollicitation plus ou moins importante par les communes. Au vu de son volume de demandes de permis de construire, certificats d’urbanisme et certificats d’urbanisme opérationnel, le coût estimé pour La Flotte est de 16 500 euros, qui se situe en deçà de ce que devraient payer certaines autres communes, comme Le Bois ou Sainte-Marie.

Les ados et les enfants

La convention avec Ré Espace Jeunes a été renouvelée, avec une subvention annuelle de 36 K euros, qui sera versée pour moitié par semestre, ce qui permettra d’être plus réactif le cas échéant. La date prévisionnelle de transfert de la compétence adolescence et donc de la gestion du centre de loisirs ados étant fixée au 1er janvier 2022.

La convention d’occupation des locaux par la MAM (Maison des assistantes maternelles) prévoit la gratuité de loyer pour la première année et un loyer de 600 euros en 2e année. Patrick Salez, conseiller municipal de la minorité, estimant que c’est « un peu cadeau » a voté contre « par souci de cohérence avec mon vote passé ». « La précédente municipalité avait accordé un loyer à 1 200 euros par mois pour un local de 135 m2 à une parapharmacie, lequel a fait un cadeau ? » a interrogé le Maire, poursuivant « Je préfère m’inquiéter des enfants plutôt que d’un bail commercial. Au vu de ce que gagne une assistante maternelle ou encore une infirmière à domicile, c’est une vraie vocation que d’exercer ces métiers. » Patrick Salez ayant la procuration d’Isabelle Masion-Tivenin, la délibération a été approuvée par la majorité du Conseil municipal, avec deux votes contre.

La Commune de La Flotte met à la disposition de Scolarest la cuisine de l’école, pour préparer les repas de plusieurs écoles de l’île de Ré, ainsi que ceux de la Maison Centrale. Depuis 2018, 50 cts sont facturés à Scolarest par repas préparé, pour l’utilisation de l’espace et du matériel. Le Conseil municipal a approuvé une hausse de ce tarif à 70 cts.

Par ailleurs, les montants des repas de la cantine scolaire de La Flotte resteront inchangés pour l’année 2021/2022, soit 3 euros par enfant et 5,10 euros par adulte. La Commune ne met plus de personnel à disposition dans la cuisine, mais juste pour le service. « Cela nous libère des agents ».

Pour le cimetière, les tarifs des cavurnes sont identiques à ceux du colombarium, « afin de ne pas privilégier les uns par rapport aux autres et on récupère les espaces entre deux tombes, pas assez grands pour des sépultures normales, afin d’y créer par exemple deux cavurnes et ainsi optimiser l’espace disponible », a précisé Jean-Paul Héraudeau.

Un marché paysan

Joël Menanteau a confirmé qu’un marché paysan se tiendra le 18 septembre, cours Félix Faure et place de Verdun, avec une partie de la place qui sera réservée à la dégustation proposée par les producteurs qui cuisineront sur place. Par ailleurs, un marché public va être lancé pour les illuminations de Noël.

Le projet de création d’un îlot de verdure dans la cour de l’école élémentaire, pour lequel la municipalité sollicite une subvention Feder (lire notre article page 15) a été l’occasion à nouveau pour Patrick Salez d’émettre des réserves quant au projet de réaménagement des cours d’écoles. La demande de subvention Feder a été approuvée par la majorité du conseil, avec deux absentions, celles de Patrick Salez et d’Isabelle Masion-Tivenin.

Enfin le conseil a approuvé la convention de formation armement de la Police Municipale, qui peut être équipée de bâtons et de bombes lacrymogènes. Le Maire a rappelé que lors de l’été 2020, les policiers municipaux ont été malmenés à deux reprises par des groupes de vacanciers.

Sur demande des services de l’Etat, alors qu’un second bureau de vote a déjà été mis en place salle de la Base Nautique lors des élections départementales, un 3e bureau de vote sera mis en place pour les prochaines échéances électorales (législatives et présidentielles), les électeurs étant affectés à l’un des trois bureaux selon qu’ils habitent à l’Ouest, au Centre ou à l’Est de la Flotte.

En fin de conseil, Pierre-Simon Berthomès a présenté un bilan de l’activité des Pompes Funèbres Publiques, au conseil d’administration desquelles il représente La Flotte.

Au moment des questions diverses, Roger Zélie, 1er Adjoint, a évoqué le mécontentement de certaines des associations utilisant toute l’année les salles municipales du complexe sportif de Bel Air, qui ont dû rendre les clés pour l’été et vider leurs affaires. Elles récupéreront les clés après signature d’une nouvelle convention, à la rentrée. Une tolérance passée avait pu laisser croire aux associations que l’utilisation estivale des salles leur était acquise, ce qui n’est pas le cas, selon les procédures mises en place. Le Conseil avait d’ailleurs approuvé l’hiver dernier que toute utilisation de salle durant l’été était possible sur demande préalable écrite et à des tarifs spécifiques. « Tout cela mérite réflexion, les salles municipales sont entretenues par la Commune, il y a des protocoles à respecter, dans l’intérêt de nos salles » a précisé le Maire.

Une nouvelle information sur ces procédures devrait lever les réticences.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires