Vie politique

Dossier Enjeux et projets

La Couarde : porter le renouveau économique

Avec la réouverture du Café des Mouettes et la végétalisation annoncées, la place de l’Eglise va revivre
Publié le 22/01/2021

Point de cérémonies des voeux des Maires et du Président de la Communauté de Communes cette année, crise sanitaire oblige. Qu’à cela ne tienne. L’équipe de Ré à la Hune a pris son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre des édiles et du Président de la CdC, avec une seule question : Quels sont les principaux enjeux et projets à court et moyen termes de votre commune/de l’intercommunalité ? Tous nous ont accordé de longs et passionnants entretiens. L’île de Ré continue d’aller de l’avant… Vous saurez (presque !) tout en lisant ce dossier, des pages 20 à 30.

 

A La Couarde, Patrick Rayton conjugue aux présent enjeux et projets, intimement mêlés pour construire l’avenir. Balayage horizontal des (nombreux) dossiers qui font le quotidien de M. le Maire

Pour commencer, Patrick Rayton salue deux choses : la belle énergie des jeunes élus de son équipe d’une part et le « vrai travail de solidarité réalisé avec les soignants ».

Les premiers se sont lancés avec enthousiasme dans la préparation de Noël, enrichi cette année de nouvelles animations, telles ces balades à poney très appréciées ou les illuminations améliorées. « Ils ont envie de faire des choses » explique Patrick Rayton, « mais ils sont parfois stoppés par les contraintes ». « C’est compliqué », ajoute-t-il, « il ne faut pas éteindre les énergies tout en respectant les règles ».

Sur les seconds, l’élu évoque le dynamisme du secteur santé couardais. « On a travaillé ensemble comme jamais », se réjouit-il, mentionnant notamment un groupe WhatsApp créé entre lui, adjoints et soignants. Mais revenons à la feuille de route, très économique.

Une bonne nouvelle pour le Café des Mouettes

La place de l’Eglise avait perdu un peu de son âme. Mais c’est fait, le Café des Mouettes rouvrira ses portes dès le printemps, du moins son rez-de-chaussée dont les travaux de démolition ont débuté.

Patrick Rayton ne cache pas sa satisfaction de voir aboutir ce dossier porté à bout de bras pendant de longs mois, d’autant qu’il connaît les repreneurs. « C’est un projet familial et à deux têtes », explique-t-il, « un investisseur, industriel à La Rochelle, et un couple pour l’opérationnel, auparavant propriétaires de deux restaurants à Nantes ». Bonus, le tabac, les Douanes ayant donné leur accord. Il ouvrira en mai, en même temps que bar et restaurant. Pour l’étage où sont prévus des chambres de charme, il faudra attendre le début de la saison 2022. « C’est un beau projet » affirme le Maire, et les repreneurs, très attachés au village, ont trouvé une motivation supplémentaire dans le fait de « donner un coup de pouce à La Couarde ». Du côté de l’ancienne Maison de la Presse, le Maire est plus réservé. « Cela semble en stand-by car les travaux n’ont pas repris », se soucie l’élu, affirmant sa « volonté d’une nouvelle vie économique pour la commune ».

Encourager la dynamique commerciale

La 1ère Adjointe Béatrice Turbé et le Conseiller délégué Jean-Yves Dutertre ont été chargés de « mettre en place une vraie relation avec tous les acteurs économiques », à développer bien sûr en fonction du contexte. Proximité et dialogue qui se nourriront sûrement du diagnostic engagé en collaboration avec la Chambre de Commerce sur le commerce couardais. Stoppé par la crise sanitaire, celui-ci a repris et quelques entretiens ont déjà été menés. Décalée mais pas annulée, l’enquête auprès des consommateurs se déploiera sur les quatre saisons à venir, du printemps à l’hiver prochain.

La Municipalité a également répondu à « la très forte demande des commerçants du Marché du Mail d’une ouverture plus large ». Une envie impulsée bien sûr par la clientèle, et renforcée par un mois de décembre qui a « très bien marché ». « Il y avait plus de monde que d’habitude », précise Patrick Rayton, « des résidents secondaires ayant privilégié La Couarde aux stations de ski ».

Le Marché du Mail vivra désormais selon trois rythmes : six jours par semaine en avant-saison pendant les congés scolaires et quatre jours hors vacances. Et toujours 7j/7 en haute saison.

En revanche, le marché du centre village reste, lui, ouvert en janvier alors que les deux étaient habituellement calés sur les mêmes périodes. Il semble que les clients soient très satisfaits de ces nouvelles amplitudes horaires. Patrick Rayton n’oublie pas pour autant les commerçants en boutique et tient à leur rendre hommage : « Ils participent à l’effort collectif », insiste-t-il.

Camping, investir oui mais…

La situation du camping municipal est « très compliquée ». Fortement impacté par la crise sanitaire, il a besoin de se réinventer et des investissements sont à faire pour le doter de trois ou quatre hébergements « plus modernes », comme l’exprime Patrick Rayton. D’autant que sa surface sera réduite avec le projet de logements du Petit Noue. « Mais il faut faire à hauteur de nos moyens », précise-t-il. Des investissements qui s’annoncent « lourds pour le faire monter en gamme, à hauteur de 200 000 € pour l’accueil par exemple », poursuit le Maire également face à une autre problématique. Le propriétaire du site est l’ONF et le bail arrive à échéance fin 2025. « J’ai rendez-vous le 21 janvier avec eux pour voir la possibilité d’un prolongement du bail par anticipation », poursuit l’élu en « manque de lisibilité », et rappelant que l’ONF met désormais systématiquement les acteurs en concurrence lors des renouvellements de baux.

Qu’en est-il du Goisil ?

Autre report de ce côté-là. En octobre dernier, Patrick Rayon a reçu un mail du Département « pour retarder les travaux prévus ». Il a donc demandé une solution alternative, restée dans un premier temps sans réponse. De son côté, l’association AMIGO avait reçu promesse d’une solution des mêmes services. Moralité, celle-ci devrait arriver. Mais le risque vient des délais. En effet, en préalable, des analyses bactériologiques sont obligatoires, nécessitant d’informer les ostréiculteurs. Sans oublier qu’il faut enlever les bateaux. Bref, Patrick Rayton a exigé une réponse ferme pour la 3ème semaine de janvier. « Il s’agit de voir aussi les conditions financières » conclut-il, « vu que les travaux ne seront pas réalisés par le Département et que l’enveloppe financière est déterminée à hauteur de 37 000 € ».

La Maline, c’est pour bientôt !

Malgré les retards liés à la crise sanitaire, « ça avance bien » se réjouit Patrick Rayton. La livraison de fin de travaux sera effective en octobre prochain pour une ouverture au public en janvier 2022. « Le bâtiment plaît ou pas et il est critiqué je le sais », reconnaît le Maire, « mais à l’intérieur, il témoigne d’une réalisation technique impressionnante » poursuit- il, content de cette réouverture prochaine qui contribuera à dynamiser la vie couardaise.

La Couarde au quotidien

Projets en cours ou à venir, ils expriment la diversité de la vie d’une commune. Incontournable, la voirie. Finalisation annoncée de la zone artisanale pour juin, soit la reprise des réseaux d’assainissement et d’alimentation d’eau avec Eau17 pour un total de 800 000 €, financés par la commune sans emprunt (dont 250 000 € assumés par Eau 17). Les années 2021-2022 verront les travaux de la dernière partie de la rue Joachim et de l’avenue d’Antioche, période incluant le travail avec le bureau d’études, la reprise des réseaux d’assainissement et pluvial par Eau17 et la concertation avec riverains et acteurs économiques, tout cela menant à des travaux fin 2022.

Du côté associatif, le réaménagement du Club-House du Tennis est lancé. Après étude de faisabilité, l’architecte a « rendu sa copie et proposé trois scénarios, présentés au Conseil Municipal ». Au final, le cahier des charges a été établi autour d’un mix entre les différentes propositions. Les travaux pourront-ils débuter dès l’après-saison 2021 ? A confirmer.

L’agrandissement du cimetière retient également l’attention du Maire. Une étude en vue du respect des règles (distance avec maisons voisines, géologie etc..) est indispensable, mais il faut aussi « résoudre les problèmes d’accessibilité » explique Patrick Rayton, conscient que le sol en gravier est difficile pour les personnes âgées. Aussi envisage-t-il un aménagement spécifique pour les voies principales. La réalisation de l’ensemble est à prévoir pour 2022. On pourrait ainsi passer des heures à évoquer dans les détails tous les projets communaux. Citons encore les logements du Petit Noue dont une parcelle de 300 m² est à acquérir par la CdC. Un programme d’une vingtaine de logements est annoncé dont la réalisation a été demandée pour 2023. Parlons aussi des animations de l’été à venir – « Nous préparons la mise en place d’un programme raisonnable et nous nous adapterons au contexte », précise l’édile, ou encore de la végétalisation de la place de l’Eglise – « Pas d’arbre à hautes tiges possibles » détaille Patrick Rayton « en raison de la présence en sous-sol de tous les réseaux ». Le choix est donc allé à des arbustes, en concertation avec les riverains et l’Association de Protection des Sites de La Couarde. Un mot de conclusion M. le Maire ? « Garder l’espérance dans l’homme, garder la santé et rester solidaires et unis autour de valeurs essentielles du quotidien, solidarité, respect… ». Message transmis.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires