Services

Transport

La circulation est revenue à la normale sur le Pont de Ré

Publié le 19/02/2019

Après deux mois et demi de travaux, le câble défectueux a été remplacé et la circulation à 80 km/h est désormais rétablie sur le Pont depuis ce 15 février au matin.

Mais d’autres câbles vont être remplacés en mars 2019.

Lionel Quillet, premier vice-président du Département de Charente-Maritime et Pierre-Marie Audouin-Dubreuil, Directeur général adjoint du Département de la Charente-Maritime, en charge notamment des routes et des ponts, ont annoncé ce vendredi 15 février matin le rétablissement de la circulation à 80 km/heure et la levée des restrictions de circulation pour les poids lourds sur le Pont de l’île de Ré.

Après la rupture d’un câble (lire sur realahune.fr) les travaux avaient débuté début décembre 2018, avec une longue période de sécurisation du chantier au fur et à mesure de l’avancée dans les viaducs, par sanglage des câbles entre eux et pose de capteurs acoustiques, jusque début février 2019. Puis le câble situé dans le viaduc 2 a pu être remplacé, par un câble de nouvelle génération dont les torons sont indépendants. Nous annoncions dans nos colonnes il y a quelques semaines cette échéance de mi-février, qui a donc été respectée.

L’ensemble des contrôles et surveillances mis en place ont permis de détecter la fragilité de trois autres câbles. En effet, le Département préfère anticiper et remplacer les câbles estimés fragilisés dès qu’une dizaine de fils sont rompus dans un toron. Deux d’entre eux, situés dans le viaduc 1, seront changés dans les nuits du 4 et du 6 mars 2019, le pont sera alors interdit à la circulation de 23h à 6h du matin (les urgences pourront passer). Entre 23h et minuit, le câble concerné sera rompu brutalement par un robot, toute présence humaine étant proscrite dans les entrailles du Pont à ce moment-là. Cette rupture d’un coup est préférable, et permettra de préserver le plus possible la tête d’ancrage. Des caméras vont permettre aux spécialistes de voir comment se déroule cette rupture de câble, première du genre. Une fois rompu, le remplacement du câble prendra 3 semaines, mais sans restriction de circulation

Pour ce qui concerne le 3ème câble, situé au bout du viaduc1, entre les viaducs 1 et 2 si l’Entreprise Freyssinet a détecté une fragilité potentielle, cela doit être encore confirmé par les Services de l’Etat (Ifsttar et Cerema) vu le coût de remplacement de chaque câble qui s’élève à 300 000 € (200 000 € + la main d’œuvre). Si ce remplacement est nécessaire, il aura lieu au Printemps. Un marché complet de contrôle des quatre autres viaducs est lancé.

Nathalie Vauchez