Enfants et jeunes

Formation - Apprentissage

Incarner l’exemplarité, le défi du nouveau CFA

Vastes salles de pratique, équipements derniers cris, casiers individuels, salle de sport, les nouveaux locaux sont faits pour favoriser l’apprentissage dans un cadre confortable.
Publié le 09/04/2019
Noter cet article

Le tout nouveau centre de formation des apprentis de Lagord, près de La Rochelle, a été inauguré en grande pompe par la ministre du travail Muriel Pénicaud. Ces nouveaux locaux ont permis d’ouvrir deux nouvelles formations et d’accueillir deux cents apprentis supplémentaires.

« L’apprentissage n’est plus le parent pauvre » des voies d’orientation, comme l’a souligné elle-même la ministre du travail Muriel Pénicaud, lors de sa venue le 26 mars pour l’inauguration du CFA de Lagord, sorti de terre l’an dernier sur le plateau du parc « bas carbone » d’Atlantech. En attestent les chiffres : + 7% d’inscrits l’an dernier au niveau national, + 8% en Nouvelle-Aquitaine. La Charente- Maritime n’échappe pas à ce phénomène, avec + 20% d’inscrits à la dernière rentrée. Un chiffre qui peut s’expliquer notamment par la nouvelle capacité d’accueil du département : deux mille cinq cents apprentis, jeunes de moins de 30 ans ou actifs en reconversion professionnelle, répartis sur trois sites – Saint-Germain de Lusignan, le Prieuré à La Rochelle et Lagord.

Avec deux-cents-cinquante places supplémentaires, les seize mille mètres carrés du site d’Atlantech regroupent le plus gros des formations initialement dispensées au Prieuré, devenu trop petit (seuls les alternants en mécanique y sont encore, jusqu’en 2021) : soit trentecinq métiers, des soins à la personne (esthétique, coiffure, etc.) à l’alimentaire, en passant par le bâtiment. Deux nouvelles formations ont également pu être ouvertes : le CAP chocolatier et le CAP primeur.

Muriel Penicaud est venue visiter le CFA dont elle avait soutenu le projet, en compagnie
du président de région Alain Rousset, du président de la CdA de La Rochelle Jean-
François Fountain et du vice-président du département Lionel Quillet.

700 000 postes à pourvoir

Construit dans les matériaux derniers cris de l’éco-construction, le site de Lagord est appelé à devenir aussi bien une vitrine de « l’excellence » de l’apprentissage, comme l’espèrent les représentants de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, qu’un site exemplaire en matière de bâtiment estampillé « développement durable » (lire encadré). « La qualité de l’outil a son importance pour attirer les nouveaux candidats », a souligné le président de Région Alain Rousset, car rien n’est acquis selon lui, l’apprentissage ayant encore besoin de redorer son blason. Alain Rousset préfère d’ailleurs parler de « filière de réussite », rappelant que le revers de la médaille de l’excellence étant souvent synonyme d’exclusion…

Or l’apprentissage a en premier lieu pour objectif de « permettre au plus grand nombre de trouver du travail ». Sept-cent mille postes en France ne seraient pas pourvus dans l’artisanat, a rappelé la Chambre des métiers à l’occasion de l’inauguration. Alain Rousset a également profité de la présence de la ministre pour lui rappeler son opposition à sa réforme de la formation professionnelle (notamment sur la responsabilité des Régions dans l’orientation et les financements de l’Etat soumis à contractualisation au nombre d’inscrits), dont Muriel Pénicaud était venue présenter les grandes lignes aux Assises de La Rochelle en mai 2018.

 

Un bâtiment « zéro carbone »
Ce nouveau bâtiment rentre dans la politique de développement d’un « territoire zéro carbone » porté par l’agglomération de La Rochelle. Il est également conforme aux engagements en matière de performances énergétiques et environnementales pris par la Région, qui a participé au financement (lire ci-après). Son efficacité énergétique tient à la réduction de ses besoins en énergie, par son isolation et sa production autonome en énergie. Le bâtiment a été conçu de sorte à s’autoréguler naturellement, par ses matériaux et ses entrées de lumière. Il produit également plus d’énergie qu’il n’en consomme grâce à ses 1630 m2 de panneaux photovoltaïques, son toit végétalisé, ses matériaux « bio-sourcés » et ses dix centrales de traitement de l’air « à double flux » assurant le renouvellement de l’air. Une chaufferie à granulés de bois (locaux) vient compléter l’apport de chaleur en saison froide. La chaleur émanant de l’activité du site (hotte de cuisines, groupe-froid, etc.) est récupérée et réintégrée. Labellisé Bâtiment à énergie positive (BEPOS), le CFA s’accompagne d’un tout nouveau centre d’hébergement pourvu de 200 chambres individuelles, lui aussi labellisé.

 

EN CHIFFRES
37 000 000 E de coût total :
– 10 600 000 € financés par la Région
– 10 600 000 € financés par l’Etat
– 5 300 000 € du programme investissement d’avenir
– 3 800 000 € du Département
– 1€ symbolique, le coût de la session du terrain du CFA par la CdA de La Rochelle à la Région
13 400 000 E pour le centre d’hébergement Utopia, dont :
– 700 000 € de la Région
– 800 000 € du Département
– 760 000 € de la CdA de La Rochelle

Anne-Lise Durif

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires