Services

Sixième édition du Forum de l'emploi saisonnier

Emploi saisonnier : plus d’offres que de candidats, des solutions en approche…

205 postes étaient proposés lors de cette sixième édition du forum des emplois saisonniers, organisée par Pôle emploi et la CdC de l’île de Ré. - © Stessy Bourreau
Publié le 19/04/2022

Depuis 2014, pour faire barrage aux problématiques de recrutement sur l’île tel que le logement, la Communauté de Communes de l’île de Ré et Pôle emploi sont liés par un partenariat qui permet aux employeurs insulaires de trouver du personnel et aux demandeurs d’emploi de trouver un job saisonnier.

Le forum du 12 avril dernier a permis aux saisonniers de rencontrer physiquement les employeurs rétais. Il a fait suite au salon en ligne qui a eu lieu du 31 janvier au 12 février dernier, auquel 80 entreprises et 450 candidats avaient pris part, pour 680 postes à pourvoir…

Pôle emploi et la CdC sur le front pour faire une belle saison

Pôle emploi assure l’inscription des entreprises et la convocation des demandeurs d’emploi. “Depuis deux ans, le recrutement dans presque tous les secteurs est tendu. Il y a un nombre de postes importants, les entreprises font des efforts, essayent d’aménager des postes, de modifier les conditions de travail, de valoriser les salaires… mais les candidats aujourd’hui sont en position de force et ce sont eux qui choisissent. Il faut donc s’adapter à cette nouvelle tendance et tout notre travail est de susciter les rencontres entre les candidats et les employeurs pour favoriser l’échange et peut-être déboucher sur un contrat. De plus, toutes les offres du territoire rétais sont visibles en ligne sur le site de Pôle emploi”, nous explique Monsieur Fromanton du Pôle emploi de l’île de Ré. “Depuis le salon numérique, des échanges ont eu lieu, des rendez- vous ont été pris pour ce forum. Il est important de garder le contact humain”, ajoute Alain Pochon, vice-président de la CdC, en charge de l’économie.

La Communauté de Communes de l’île de Ré assure, quant à elle, la logistique de l’évènement : accueil, mise à disposition de navettes gratuites pour les candidats, communication dans les médias… Lionel Quillet, président de la CdC, s’est exprimé : “La saison est là, nous savons qu’elle sera bonne puisque les réservations pour les locations explosent, Destination Île de Ré a fait un travail remarquable. Cependant, la réalité est que toutes les entreprises ont des problèmes de recrutement. Le premier vrai problème est le manque de personnes motivées pour travailler et c’est pareil dans la France entière. Le logement est loin d’être le seul frein sachant que certains postes sont proposés logés et nourris avec un salaire de 2000 € net et ne trouvent pas preneur non plus… Sans compter les jeunes qui ne veulent plus travailler tout l’été mais seulement un mois. C’est pourquoi notre partenariat avec les conseillers de Pôle emploi et le travail précieux qu’ils fournissent est très important pour la vie économique de notre territoire….”.

Le point de vue des employeurs

Campings, restaurants, hôtels, bars, commerçants, municipalités, en tout trente-deux entreprises étaient présentes ce mardi matin pour le forum de l’emploi saisonnier qui s’est déroulé dans les locaux de la CdC à Saint-Martin-de-Ré. Le début de matinée était plutôt calme pour les employeurs, nous en avons profité pour leur demander, selon eux, les raisons pour lesquelles les saisonniers ne se bousculaient pas au portillon malgré des offres d’emploi alléchantes.

“Nous recherchons notamment pour le poste de placier régisseur, qui consiste à placer les commerçants sur le marché, ce sont des horaires particuliers puisqu’il faut commencer très tôt le matin et parfois finir tard avec le marché nocturne. La première personne qui est venu ce matin est une personne de Laleu qui doit donc payer le pont et parfois subir les bouchons, nous essayons de donner des cartes de plusieurs passages pour faciliter l’accès à l’emploi mais cela reste problématique pour la personne… Puis bien sûr il y a le problème du logement, par exemple on a un agent de propreté qui a un salaire de 1500 euros et qui est logé dans un camping où il donne 1000 euros par mois pour un mobil home hors saison, ce qui est déjà hors de prix pour lui, mais à présent le camping lui demande de payer 2400 euros pour la pleine saison, il devra soit trouver un autre logement ou bien quitter son job… Bien sûr on essaie de trouver des gens de l’île en priorité afin qu’ils aient déjà un logement, mais il y en a de moins en moins, la population ici étant vieillissante… », nous expliquent deux recruteurs de la mairie de La Flotte.

Des hôteliers souhaitant rester anonymes ont pris la parole à leur tour : “Nous recherchons des femmes de chambre, le principal problème pour trouver est la concurrence déloyale avec les recrutements non déclarés pour les ménages dans les maisons secondaires. Les personnes préfèrent travailler sans être déclarées car le tarif horaire est plus attractif, et elles mettent de côté les offres déclarées comme les nôtres “, nous glissent-t-il, en colère. La plupart de ces recruteurs nous ont même dit adapter les horaires de travail, bien que cela soit compliqué dans leurs domaines, afin que les postes soient plus attractifs, mais rien n’y fait….

Des solutions mises en place concernant la problématique du logement

Pour favoriser le recrutement des candidats, des solutions d’hébergement sont proposées par l’ARPEJ, Association de Résidences pour Etudiants et Jeunes et l’association Horizon habitat jeunes. De nombreux lits sont disponibles dans leurs établissements situés aux Minimes, à Lagord et Mireuil. “Des solutions existent également déjà sur l’île avec les campings qui ont des emplacements réservés pour ces travailleurs saisonniers et des communes comme Ars, Saint-Clément ou Loix qui ont réhabilité des bâtiments en une vingtaine de logements saisonniers”, nous dit Agnès Le Dortz, responsable du service économie à la CdC.

La Communauté de Communes de l’île de Ré, dans le cadre d’un groupement de commandes avec les dix communes, a réalisé une étude sur les besoins en logements saisonniers. Elle a permis d’estimer le nombre de saisonniers à 4119, ainsi la carence de lits à été évaluée à 672 minimum. Sur cette base, des ateliers de travail avec les acteurs économiques ont eu lieu en début d’année. Un projet de convention avec l’État a été réalisé suite aux échanges avec les communes. La version finale devrait être présentée aux instances délibérantes avant l’été. Cette convention vise à résorber un peu plus de 50% de la carence de lits sur trois ans. Pour rappel, les communes touristiques ont l’obligation de conclure avec l’État une convention pour le logement des travailleurs saisonniers. Rendez-vous au mois de juin pour connaître les réponses apportées par les communes à ces problématiques de logement…

Stessy Bourreau

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • lougil86
    Publié le 23 avril 2022

    RESTAURATEURS : restaurer le DDS (droit de services 15%) vous retrouverez des professionnels qui ne compte pas leurs heures.

    Répondre