Territoire

Réunion publique - Rivedoux Plage

Eclairage, aire des Tamaris et mouillages expliqués aux Rivedousais

© Catherine Bréjat - Pour tout le village, l’éclairage sera sur-mesure en fonction de chaque situation
Publié le 02/05/2023

Lors de la réunion publique du jeudi 13 avril à Rivedoux, Patrice Raffarin informa l’assistance que la municipalité reprendrait cette année les réunions publiques suspendues en raison de la crise sanitaire et qu’elles auraient lieu dorénavant tous les trois ou quatre mois.

Trois sujets étaient à l’ordre du jour de la réunion du 13 avril, comme ce sera le cas pour toutes les réunions à venir : l’éclairage public et comment répondre aux enjeux énergétiques, traité par Philippe Trehello, conseiller municipal en charge du dossier, les travaux de mise hors d’eau et la sécurisation des déplacements piétons dans l’aire naturelle des Tamaris par Pierrick Vetault du syndicat départemental de la voierie et la gestion des mouillages par Marc Chaigne, 1er adjoint au maire.

Un éclairage sur mesure

Philippe Trehello expliqua que plutôt que de se précipiter à réduire l’éclairage un peu partout, la municipalité avait souhaité procéder à une réflexion en profondeur sur l’opportunité de faire évoluer l’éclairage public, l’améliorant tout en réduisant les coûts. La commune de Rivedoux dépense annuellement entre 52 et 60 K€. A noter : la consommation est en baisse de 16% grâce aux LEDS. Le parc est considéré en bon état à 85% et les LEDS représentent pratiquement 25%. Une analyse a été faite sur les cinq derniers mois afin de déterminer où il est nécessaire d’intervenir en priorité. Pour tout le village, le principe qui prévaudra aux installations est celui du « sur mesure » et la municipalité s’adaptera à chaque situation. Il ne sera pas question d’extinction des lumières sur les deux routes départementales où l’on passera en LED. Les voies de liaison seront équipées de LEDS avec pendules astronomiques détecteurs de présence. Concernant les autres voies, il y aura extinction de la lumière de 22h30 à 5h30 et les zones hors circulation seront passées en LED avec extinction nocturne.

L’ensemble de ces solutions une fois mi ses en oeuvr e devrait procurer, en année pleine, une réduction d’énergie de 45%, ce qui sur la base du budget 2023 devrait permettre d’espérer une économie de 29,5 K€. La mise en place de ces évolutions nécessitera une enveloppe annuelle de 50 K€ pendant trois à quatre ans. 850 LEDS seront remplacés et des modifications interviendront sur les éclairages festifs ; l’éclairage de mise en valeur du patrimoine sera éteint la nuit et l’action s’étendra aux bâtiments communaux.

Par ailleurs, la loi de décembre 2018 impose aux commerçants de couper l’éclairage entre une heure après la fermeture de leurs magasins et 7 heures du matin. Un courrier leur sera adressé pour leur demander d’être partenaires des actions de la mairie.

Patrice Raffarin expliqua que le point de vue de la municipalité était que l’on ne pouvait pas totalement éteindre l’éclairage public pour des raisons de sécurité concernant les piétons et les cyclistes. Par ailleurs, l’obscurité totale engendre un sentiment d’insécurité qu’elle ne veut pas faire subir à ses concitoyens.

Le parking des Tamaris

Le terrain de camping des Tamaris a été acheté par la municipalité dans le but d’y installer un parking gratuit de 31 places. Ce terrain situé en zone de submersion marine est sujet à des inondations au moins un hiver sur deux. Des études ont été menées pour mettre la zone hors d’eau par le syndicat départemental de la voierie. Il a été décidé que la chaussée existante sera surélevée de 50cm et le sol réalisé en dalles alvéolées perméables. Donnant d’un côté, à l’Est, sur le centre-bourg et relié, à l’Ouest, aux équipements de sport et loisirs, cet espace procurera aux piétons un déplacement sécurisé via une passerelle en bois.

Des mouillages devenus inopportuns

900 mouillages ont été constatés par la Direction départementale des territoires de la mer autour de l’île de Ré, dont la plupart sont illégaux. Or la stratégie de l’État aujourd’hui est d’éliminer les corps morts et la municipalité doit réfléchir à la manière dont elle va accompagner cette décision. Un courrier a été adressé aux propriétaires par la DDTM, leur demandant d’enlever leurs bateaux. Ceux qui ne seront pas identifiés seront enlevés dans un délai actuellement inconnu. Marc Chaigne a rappelé que Rivedoux était un village marin attaché à sa façade maritime. A terme, il faudra aménager le port de façon à pouvoir accueillir un peu plus de bateaux et organiser les mouillages sur la plage sud. Marc Chaigne a contacté deux bureaux d’études pour étudier ce dossier délicat car la commune est en site classé. La solution passera probablement par la création d’une ZMEL (zone de mouillage et d’équipements légers).

Patrice Raffarin clôtura la réunion, remerciant le public pour la qualité des échanges et l’assurant que le rythme des réunions publiques serait respecté à l’avenir.

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Patrick78
    Publié le 12 novembre 2023

    Plus de mouillages sur le platin. Que faire en attendant des solutions pérennes (notamment pour les périodes juillet et août 2024)?

    Répondre