Tourisme

Sécurité

Dossier vélo : après un bilan chargé, une volonté d’agir

Insuffisante, l’information devra être complétée de sanctions
Publié le 16/10/2018
Dossier vélo : après un bilan chargé, une volonté d’agir 3.00/5 (60.00%) 1 vote

Un mélange de colère et de tristesse. Allant de la chute bénigne au décès, les 120 accidentés à vélo de la saison 2018 laissent un goût un peu amer aux élus rétais et à tout le monde. C’est certain voilà un dossier de plus à gérer, désormais incontournable.

Lors d’un entretien, le Président de la CdC l’avait dit avec fermeté : « Je n’ai pas envie de ramasser de jeunes morts tous les ans », en référence au décès d’une jeune femme de 19 ans suite à un accident. Refusant la passivité, Lionel Quillet avait alors évoqué une « mise à plat nécessaire », mais aussi « un pouvoir de réappropriation des pistes cyclables ». Le point avec Patrice Raffarin, Maire de Rivedoux et 1er Vice-Président de la CdC en charge des transports et des pistes cyclables, à qui cette mission revient de fait.

« Ré, victime de son succès »

Une phrase d’introduction qui résume une indéniable réalité. Vantant depuis des décennies l’attrait de promenades à vélo pour découvrir ses paysages préservés, l’Ile de Ré a fondé pour partie son développement touristique sur les opportunités offertes par ses 110 kilomètres de pistes cyclables, tandis qu’une envie de retour à la nature et de circulation douce bénéfique à l’environnement favorisait le développement exponentiel de la petite reine, y compris dans les grandes villes. Morale de l’histoire : en vingt ans, le nombre de cyclistes n’a cessé d’augmenter. Et les difficultés avec.

Des pistes cyclables de grande qualité

Cycliste lui-même, Patrice Raffarin a pour habitude de faire, à chaque début de saison, le tour de l’île à vélo. Un audit en plein air du réseau qu’il n’hésite pas à comparer à d’autres, sur le continent, fréquentés lors de voyages d’agrément. Et son bilan est clair : qu’il s’agisse des revêtements, des abords ou de la signalétique, les pistes cyclables rétaises sont de qualité. « Bien sûr, tout est toujours perfectible mais franchement, l’évolution de nos pistes a été pertinente » souligne-t-il. Ce n’est donc pas de ce côté-là qu’il faut chercher les raisons des problèmes, même si des améliorations sont encore nécessaires, comme cette piste reliant Sainte-Marie et Rivedoux, évidemment manquante pour Patrice Raffarin.

Repenser la signalétique dans les villages

Sur ce point, le Maire de Rivedoux est plus circonspect : « Il est vrai qu’il y a des choses à dire ». Absence de signalisation ou imprécision, il n’est pas toujours simple pour un cycliste, a fortiori visiteur, de se repérer dans les communes et de retrouver les pistes quand il en sort. Pour y remédier, Patrice Raffarin souhaite piloter une démarche collégiale auprès de la commission des pistes cyclables. Car pour rappel, seules les pistes extérieures aux communes dépendent de la CdC, les autres relevant de la compétence de chaque maire. D’où l’intérêt d’une entente commune. Pour faire quoi ? Solliciter un cabinet d’études pour effectuer un diagnostic de chaque village d’une part et ensuite organiser un groupement de commandes qui permettrait de déployer une signalétique unifiée.

Des services dédiés au vélo

Un autre point important aux yeux de l’élu qui souhaite « amener du confort pour les vélos ». Entendons par là des services spécifiques comme les points Info Cyclo Tourisme. Patrice Raffarin évoque ainsi des aires piquenique, des stationnements plus sécurisés, des sanitaires ou encore des modules permettant de petites réparations. Autant d’idées pour valoriser les pistes cyclables et favoriser le mieux-vivre des cyclistes. Quand le vélo adoucit les moeurs…

Agir pour changer les comportements

Disons le franchement : c’est là que le bât fait mal. Inutile de trouver de fausses excuses, les dérives comportementales sont pour beaucoup dans les accidents, d’autant plus prégnantes que les cyclistes sont toujours plus nombreux. Alors comment faire ? Sans hésitation, Patrice Raffarin l’affirme, céder le passage ou stop ignorés, non respect des interdictions de circulation et des priorités et tous comportements irresponsables devront être sanctionnés, moins quatre points sur le permis pour un stop par exemple. « C’est regrettable mais les Français sont ainsi », continue Patrice Raffarin, considérant par ailleurs que les forces de police et de gendarmerie pratiquent une forme d’indulgence délétère. Etonnant ? Peut-être mais il semble que le cycliste, même en infraction, suscite plus de sympathie que l’automobiliste dans la même situation. Phénomène sociétal sans doute. Toujours est-il que cela ne peut plus durer pour Patrice Raffarin qui tient aussi par ailleurs aux actions éducatives. Et M. le Maire de se féliciter du dispositif « Savoir Rouler » au Plan Vélo national prévoyant l’apprentissage du vélo et des règles élémentaires du Code de la Route dès l’école primaire. Il n’a d’ailleurs pas attendu le gouvernement pour mettre cette idée en pratique dans sa commune. « Un véritable succès », se réjouit-il que cette « formation citoyenne à la fois théorique et pratique ». Une expérience qui sera non seulement renouvelée en 2018/2019 sur Rivedoux mais aussi généralisée à toutes les communes du territoire. Bien sûr il y a d’autres points noirs dans la circulation rétaise, comme cette portion de départementale meurtrière entre La Couarde et le Boutillon. Toujours est-il que la volonté politique est claire : améliorer ce qui peut l’être oui, mais aussi avoir des actions conjuguées : éducation donc prévention pour les plus jeunes et sanctions pour des adultes par trop individualistes et inconscients. Ne serait-il pas possible d’envisager pour eux une formation bon sens ?

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • gabuzo
    Publié le 24 octobre 2018

    Retais 6 mois/12, je partage évidemment l’analyse de la situation “cycliste” notamment en été? Encore faudrait-il que personne ne confonde “piste familiale” avec “circuit du Veld’Hiv”
    Rappels à l’ordre nécessaires, sanctions financières pourquoi pas,,, MAIS retraits de points sur le permis serait évidemment une absurdité (est-il nécessaire de préciser pourquoi !…)
    Cordialement

    Répondre