Aide et humanitaire

Téléthon 2013

Les détenus se lancent un défi rameur pour le Téléthon

Défi relevé pour 9 détenus de la Maison centrale

A gauche des deux coaches, Patrick, et portant le même tee-shirt les 9 rameurs.
Publié le 05/12/2013

C’est avec une semaine d’avance sur les dates officielles du Téléthon 2013, des 6 et 7 décembre, que 9 détenus de la Maison centrale de Saint-Martin-de-Ré ont lancé leur défi : parcourir 360 kilomètres en ramant dans un délai de 24 heures.

Pour cela, un partenariat a été mis en place entre la Maison centrale, représentée par la directrice de la Caserne, Julie Latou, et le magasin Sport 2000 d’Angoulins, fournisseur du matériel. Sport 2000 Angoulins s’engageant par ailleurs à verser la somme de 180 € en cas de franchissement de la barre des 360 kilomètres.

« Soyez solidaires, démontrez un esprit d’équipe », c’est en ces termes que leurs coaches, Karl Seillé et Dimitri Pouzeaud, les ont motivés, avant que ne s’élance pour dix minutes d’effort le tout premier relayeur, surnommé Tahiti, vendredi 29 novembre à 16h20.

362 kilomètres et 362 mètres parcourus

Tahiti en plein effort

Tahiti en plein effort

Compte tenu du temps perdu à chaque changement de rameur, il a été calculé que pour réussir le défi chaque rameur se devait de parcourir un minimum de 2,5 kilomètres par tranche de 10 minutes. Le premier relais de Tahiti indiquait à tous la marche à suivre : 2,759 kilomètres parcourus en 10 minutes, et 5,365 kilomètres après le deuxième, le défi partait sur de bons rails.

Ainsi, à raison de 16 séquences de 10 minutes par détenu, le défi des 360 kilomètres était relevé samedi 30 novembre à 16h20 par la bande des 9, avec 362 kilomètres et 852 mètres de réellement parcourus.

 

Voir le programme du Téléthon 2013 sur l’île de Ré

Conscient de l’action qu’il venait d’accomplir avec ses collègues détenus, l’un d’eux déclara : « Certes, nous, on a fait des conneries, et on les paie aujourd’hui en étant derrière les barreaux. Mais ce que l’on vient de faire ces dernières 24 heures, on l’a fait bien volontiers, avec plaisir, cela pour venir en aide à des gamins qui hélas paient eux-aussi, mais des gamins qui eux, ne l’ont pas mérité. On leur devait bien ça ».

De son côté, Patrick, 58 ans, s’était fixé pour objectif de réaliser 10 000 pompes durant ces 24 heures. Il n’en réalisera que, s’il on peut dire, 4 600 ! Chapeau quand même.

 

Jean-Pierre Pichot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires