Culture

Conférence

De Ré à… La Lune !

Publié le 30/08/2019
De Ré à… La Lune !
4 (80%) 1 vote[s]

C’était le soleil qui tapait dur, mais le rendez-vous était avec… La lune !

Proposée par l’AAMEC, voilà une conférence qui nous a emmenés loin dans le temps et, c’est le cas de le dire, dans l’espace ! Mais c’est vrai que le 21 juillet était un anniversaire important. Celui du premier pas sur la lune, « la plus grande révolution technologique récente » selon Jacques Dufour (Président de la section Astronomie de la Société des Sciences de Châtellerault), qui l’a offerte et animée.

Tout commence en… 1919

Dans les années 20, des chercheurs travaillent déjà sur des embryons de fusées, et seule l’Allemagne, désarmée par le Traité de Versailles, y voit des armes potentielles. En secret, elle finance des équipes au sein de la base de Peenemünde. Et lance ses premiers missiles V1 quelques jours après le 6 juin 1944 et avec quinze ans d’avance.

Le partage du savoir

1945. La prise de guerre sera aussi scientifique. Certains chercheurs, dont Karl-Heinz Bringer, père du moteur de la fusée Ariane iront en Normandie. D’autres partent en URSS et d’autres aux Etats-Unis. Mais l’Amérique d’alors ne s’intéresse guère à la conquête spatiale.

Une aventure très politique

Tout change avec l’arrivée de JFK mais aussi de la mise en orbite du premier homme. Il s’appelle Youri Gagarine et est russe ! En pleine guerre froide, c’est inconcevable pour les américains qui viennent par ailleurs de subir un cuisant échec à Cuba.

Jamais deux sans trois

Créée en 1958, la NASA se lance dans une conquête spatiale financée à coup de milliards de dollars, les projets Mercury et Gemini se succèdent. Mais c’est avec le programme Apollo que les USA remporteront la victoire. Le 21 juillet 1969, c’est bien un Américain qui fera le premier pas sur la lune.

Bien sûr l’histoire ne s’arrête pas là. Mais elle semble se répéter. Aujourd’hui c’est la Chine qui regarde vers le satellite terrestre avec convoitise. Sur Ré, c’est une annonce qui a fait sensation : en juillet 2020, un robot fera 500 millions de kilomètres pour atterrir sur Mars. Y sera déposé, grâce à Jacques Dufour, une puce avec les noms des Amis du Musée Ernest Cognacq. Si ça ce n’est pas une renommée internationale !

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires