Commerce

La Couarde

Café Les Mouettes : une renaissance en majuscules

D’une petite terrasse haut perchée, vue imprenable sur les toits et l’église de La Couarde
Publié le 07/05/2021

Coeur battant du village, la fermeture du café Les Mouettes en 2019 avait assombri le coeur des Couardais. Deux ans plus tard, une nouvelle histoire est en train de s’écrire

A la fois café, restaurant et bureau de tabac, il était l’un de ces points d’attraction commun à de nombreux villages. Aussi la nouvelle avait-elle soulevé bien des inquiétudes. Tous les Couardais se sentaient concernés et l’un deux, M. le Maire, plus encore peut-être. Conscient des conséquences induites par cette fermeture, Patrick Rayton n’a pas ménagé ses efforts ni son temps pour qu’une solution aboutisse. Des efforts récompensés par une nouvelle histoire à raconter.

Une vocation tardive

En ce matin frisquet de fin avril, nous rencontrons le chef d’orchestre du nouveau café Les Mouettes accompagné de son épouse. Bruno et Christine Rezchelny étaient restaurateurs sur Nantes. Déjà une seconde vie puisque Bruno avait auparavant mené carrière dans un géant de la grande distribution (le groupe Auchan pour ne pas le nommer), tandis que Christine travaillait auprès d’enfants en difficultés scolaires mais aussi en tant que professeur de tennis.

Rien dans leur parcours ne laissait présager qu’ils seraient un jour propriétaires de trois restaurants. Mais à 50 ans, Bruno a des envies d’indépendance. C’est une rencontre de pur hasard qui mènera le couple à acquérir La Belle Equipe à Nantes. Christine découvre le métier et il la passionne. A nouveau challenge vraie réussite, puisque le couple reprendra ensuite deux autres établissements, l’un en difficulté et qu’ils relancent (Les Fonderies), et l’autre dans un hôtel particulier situé en centre-ville (Passionnément). Bref, les voilà professionnels de la profession. A l’heure de la retraite, Bruno et Christine décident de vendre. Affaires conclues en novembre 2019, quelques mois seulement avant que ne sévisse le Covid.

Une aventure familiale

Du côté de La Couarde, Les Mouettes ont fermé et les Rezchelny sont tristes pour le village. C’est ainsi que tout commence. Si Bruno et Christine ne souhaitent pas rempiler, ils veulent bien accompagner un nouveau projet. Entre alors en scène Gilles (frère de Bruno), lui aussi très lié à La Couarde. Il sera l’investisseur tandis que Bruno et Christine assureront l’aspect opérationnel, la mise en place de la cuisine et des équipes, et bien sûr le suivi des travaux en cours, révolutionnant le lieu du sol à la moindre de ses encoignures. « C’est bien simple, nous avons tout refait », commente sobrement Bruno.

La reprise de l’établissement est le choix d’une famille très attachée au village. Des Couardais de coeur et de longue date (60 ans pour Gilles qui venait ici en vacances avec son frère Gilles). Le décor ainsi planté, que nous préparent-ils donc ?

Un vrai lieu de vie

Les Couardais y retrouveront leurs habitudes, à commencer par le bureau de tabac, ce qui n’était pas gagné. « Mais tout le monde a été facilitateur, y compris les douanes », se réjouit Bruno Rezchelny. Le bar retrouvera sa place, « en plus beau », précise Bruno, tables hautes et fauteuils cosy viendront agrémenter la partie bar. Côté restaurant, le rachat de l’ancien salon de coiffure qui jouxtait l’établissement est une vraie valeur ajoutée, avec son entrée indépendante donnant sur une belle cour intérieure. Au fond, on découvre une longue salle avec baie vitrée ouvrant sur la terrasse, et avec cheminée s’il vous plait, pour le charme autant que pour réchauffer les soirées hivernales.

Bien sûr, des cuisines fonctionnelles accompagneront l’ensemble. Tout a été pensé pour faciliter le travail de l’équipe, « le fruit de l’expérience acquise dans nos autres restaurants », explique Bruno.

L’équipe, parlons-en. Si Christine Rezchelny sera « toujours présente en cas de besoin ou pour donner un coup de main », Les Mouettes aura un directeur, Loïc Pascal, Rochelais. « Deux cuisiniers sont rétais », souligne Christine qui a pris en charge le recrutement avec un critère, « construire une équipe qui a du coeur ». Quant aux saisonniers, ils seront logés sur place puisque quatre chambres leur sont réservées. Car n’oublions pas que Les Mouettes est aussi un hôtel qui proposera dix chambres à ses hôtes mais n’ouvrira pas cette année vu que les travaux sont loin d’être terminés.

Côté gastronomie, si la démarche n’est pas de rechercher une étoile, « ce sera quelque chose de très agréable », explique Bruno qui souhaite insister sur le grand soin apporté à l’acoustique, garantissant « la capacité de faire du bruit sans ennuyer ». Par bruit, entendons l’ambiance et l’esprit qui fera du nouvel établissement un vrai lieu de vie et de convivialité. Rendezvous début juin pour une ouverture très attendue et n’oublions pas un détail d’importance : Les Mouettes sera ouvert toute l’année !

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires