Social

Solidarité - Sécurité

Associations nautiques : soutien sans faille à la SNSM

Autour de la SNSM, les présidents d’associations nautiques répondent toujours présents
Publié le 21/09/2021

Privées pour la seconde année consécutive d’une soirée très appréciée, les associations nautiques rétaises restent solidaires de la SNSM-Ile de Ré

A l’heure de son organisation, le contexte sanitaire incertain avait conduit le Président de l’URCAN à l’annulation anticipée de la soirée. Mais pas question pour Régis Baudonnière de renoncer totalement à ce chaleureux moment de convivialité.

C’est donc dans les bâtiments de la Capitainerie de La Flotte, en plein air et face à l’océan, qu’il a réuni les Présidents des associations nautiques et quelques invités autour de l’équipe de la SNSM-Ile de Ré.

Seuls élus présents, les deux Conseillers départementaux Patrice Raffarin et Véronique Richez Lerouge, le Maire de La Flotte et le Président de la CdC étant retenus par d’autres obligations.

Un tiers du budget annuel

C’est avec un grand sourire et des remerciements sincères que le Président de la SNSM-Ile de Ré découvre le montant de la somme réunie par les associations nautiques pour l’année 2021.

« 15 600 €, cela représente un tiers de notre budget annuel », se réjouit Denis Chatin rappelant les multiples dépenses nécessaires au bon fonctionnement de la station, celles-ci ne s’arrêtant pas à la consommation d’essence de la vedette. « Merci à vous tous, aux donateurs et à Régis », poursuit Denis Chatin qui déroule un rapport d’activités à l’intention de l’assistance, après la courte intervention de Patrice Raffarin, réitérant des remerciements au nom de la collectivité. « Vous le méritez tant. Vous servez l’intérêt général d’une façon exemplaire », souligne le Conseiller départemental en référence au dévouement d’un bénévolat total.

71 missions depuis janvier

Ajoutons-y tout de suite les dispersions de cendres – sept à aujourd’hui et « quelques autres à venir hélas », souligne Denis Chatin, ainsi que les animations de prévention menées sur la terre ferme, sans oublier les trentecinq séances d’exercice orchestrées tous les vendredis par le patron titulaire et formateur Hugo Bressy et les entraînements d’hélitreuillage… C’est sûr, en dehors de leurs vies professionnelles et familiales, les membres de l’équipe de la SNSM rétaise ne chôment pas. Pour être franc, intégrer la SNSM rétaise est un vrai sacerdoce. Mais revenons aux nombreuses missions.

Dans le port de Saint-Martin, la SNS-458 est toujours prête à prendre la mer

MAS ET SAR

Derrière ses initiales pour initiés se cachent deux catégories d’interventions.

Les opérations MAS – Maritime Assistance Service – concernent les pannes moteurs, électriques, avaries de barre, voiles déchirées, démâtage… les raisons de faire appel à la SNSM ne manquent pas au milieu de l’océan. Pour l’équipe, il s’agit alors de rejoindre les embarcations et d’assurer souvent leur remorquage jusqu’au port.

Mais les enjeux peuvent être bien plus graves. Car du côté des SAR, Search and Rescue (en français recherche et sauvetage), c’est parfois la vie qui est menacée. « Cette année, nous avons eu beaucoup de personnes en situation d’hypothermie », souligne Denis Chatin, évoquant deux kite-surfeurs pour nous préciser plus tard qu’en dessous d’une température corporelle de 30 degrés, le risque vital est engagé. « Et ça va vite », affirme-t-il.

Seule réponse à ces conditions extrêmes, le sang-froid, des gestes sûrs et une grande réactivité. « De jour comme de nuit, nous sommes capables d’appareiller en moins de 14 minutes », explique le Président de la SNSM rétaise, assez fier (et c’est légitime) des félicitations que la station a reçu de la part du Cross Etel (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage Atlantique), qui assigne les missions aux différentes stations du littoral.

Assistance et premiers secours

Lorsque des personnes sont en danger, il ne s’agit pas seulement de rejoindre au plus vite le bateau en détresse. Une fois sur zone, l’équipe SNSM doit gérer au mieux des situations parfois critiques sur un plan technique mais aussi le stress des personnes choquées ou bien sûr blessées.

Formée pour apporter les premiers secours, la SNSM travaille alors en relais avec des médecins urgentistes régulateurs situés à Toulouse et dédiés à la mer. « Depuis janvier, nous avons ramené 174 personnes à bon port, dont 48 en réel danger vital », explique Denis Chatin, précisant que quinze de ces sauvetages ont été effectués de nuit.

De la longue liste d’interventions effectuées sur une année qui n’est pas encore achevée, notons également les six bateaux coulés dont cinq ont pu être renfloués par des ballons, « après avoir été saucissonnés par en-dessous à l’aide de filets que nous avons fait fabriquer », explique Denis Chatin. Non seulement marins mais aussi nageurs, plongeurs et secouristes, les membres de la SNSM rétaise sont des sportifs résolus.

Alors depuis le confinement de novembre, ils ont ajouté à leur programme une séance collective réunissant nage et course à pied. Résultat, ils ont participé au triathlon rétais et seront sur la ligne de départ du Ré Swim Run. Pour le plaisir autant que pour une condition physique essentielle à leur mission.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires