Territoire

Association

AMIGO et site du Goisil : une AG tournée vers l’avenir

Le Goisil, un site authentique.
Publié le 16/08/2017

Le 3 août dernier, les AMIGO – Association des Amis du Goisil – tenaient leur Assemblée Générale, avec au menu un ordre du jour important pour le devenir du précieux site du Goisil.

Après avoir ouvert la séance, le Président Jacques Simonneau avertit l’assistance : il sera complet mais bref, et consacrera le temps strictement nécessaire aux rapports d’usage.

Tous mobilisés autour du Goisil

Car ce matin-là sont attendus, non seulement le Maire de La Couarde Patrick Rayton et son adjoint Tony Berthelot, mais également l’équipe CréOcéan, à qui a été confiée – comme promis par la commune à l’AG 2016 – la réalisation d’une étude de faisabilité relative au désenvasement et à l’aménagement du site. A souligner également, la présence de Régis Baudonnière, Président de l’URCAN.

Implication positive…

Comme promis, Jacques Simonneau rend compte de l’activité au cours de l’année écoulée. A noter : la participation aux ateliers « Patrimoine et Paysage » et « Littoral » dans le cadre des réunions PLUI organisées par la CdC, et bien sûr de nombreuses réunions de travail avec Ms Rayton, Berthelot et CréOcéan. Il faut y ajouter la représentation de l’association à divers évènements, les réunions internes et la gestion des dégâts occasionnés par les tempêtes du début de l’année.

Côté finances, la situation demeure frustrante. Relation de cause à effet, la progression inéluctable de l’envasement supprime chaque année des places et donc des recettes. Ce qui nous ramène aux priorités et objectifs de l’association : le réaménagement du bassin et son entretien régulier, celui du chenal et de l’ensemble de la zone du Goisil, le reprofilage et le balisage du chenal et enfin, le suivi des travaux du PAPI sur la zone. M. Simonneau reçoit quitus unanime des participants.

Autour d’un site sous contraintes

L’équipe CréOcéan le déclare d’entrée : le Goisil est un site complexe soumis à de nombreuses contraintes que l’étude de faisabilité technique et règlementaire a évidemment prises en compte. Celles-ci vont des caractéristiques même du site (naturellement favorable à l’envasement) à l’incontournable mise en relation avec le programme imposé du PAPI. Bref, la situation n’est pas simple et le travail accompli d’autant plus remarquable. Rappelons qu’il s’agit aujourd’hui non seulement de restaurer un tirant d’eau propice à un fonctionnement normal, mais également de trouver des solutions pérennes. L’étude CréOcéan propose plusieurs scénarii, du plus simple au plus élaboré, allant jusqu’à la fermeture du bassin au moyen d’un système de porte écluse pour en limiter l’envasement.

Procéder par étapes

Après avoir remercié les membres de CréOcéan, Patrick Rayton, par ailleurs déterminé à faire avancer ce dossier sensible, prend néanmoins le temps de rappeler que prudence et vigilance sont de mise. Il convient de définir choix et orientation avec soin, en tenant compte de tous les facteurs en présence. D’une part le budget, car il va sans dire que de tels travaux sont hors de la capacité financière de la commune et de l’association. Le choix du projet sera donc déterminant dans la possibilité d’obtenir des aides. Patrick Rayton se veut avant tout réaliste et on ne peut lui donner tort. Autre écueil et non des moindres, les services de l’Etat, car il faudra bien sûr en passer par eux, notamment concernant les orientations admissibles au niveau Environnement. Et M. Berthelot de rappeler que l’expérience démontre que plus ces incontournables démarches sont anticipées, mieux c’est. Par ailleurs, la fermeture du bassin pourrait entraîner un changement de statut et le faire passer en port, ce qui entraîne d’autres paramètres à gérer.

Bref, il est évidemment impossible aux deux élus de donner aujourd’hui des réponses précises et tout le monde l’entend bien. Néanmoins, Patrick Rayton le confirme : le travail sera engagé dès l’automne et le dossier présenté en Conseil Municipal. En un an les avancées sont notables et la mobilisation au chevet d’un site remarquable en danger, réelles. Voilà une réunion très constructive.

Pauline Leriche Rouard

 

A propos du PAPI

L’enrochement sur la mer prévu par le PAPI le long de la berge Constancin entraînera le rétrécissement du chenal. La contreproposition émise par l’association suggérant l’utilisation de paleplanches a bien été intégrée par la Mairie mais l’ensemble des propositions de cette dernière a visiblement été rejeté par l’Etat. M. Simonneau invite donc tous les adhérents à intervenir au moyen de l’enquête publique à venir et à se mobiliser auprès du Commissaire Enquêteur.

 

Un grand merci pour la cabane !

Dès l’ouverture de l’assemblée et ensuite verbalement, M. Simonneau a vivement remercié M. Rayton d’avoir mis à disposition de l’association la cabane présente sur le site. Rachetée par la mairie pour une somme modique, celle-ci sera très utile aux AMIGO.

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires