Services

Association des usagers et plaisanciers de la pointe du Grouin - Loix

A.U.P.P.G : AG d’une association très active

© A.U.P.P.G - La zone de mouillage de la Pointe du Grouin, exemple de gestion réussie
Publié le 17/08/2021

Vendredi 13 août, Salle des Fêtes de Loix. Régis Baudonnière, président de l’A.U.P.P.G attend dès 9h30 les adhérents de l’association, conviés à l’Assemblée Générale annuelle

L’Association des Usagers et Plaisanciers de la Pointe du Grouin ne date pas d’hier puisqu’elle aura bientôt trente ans, en 2024 pour être précis. Régis Baudonnière évoque déjà cet anniversaire en introduction de cette Assemblée Générale, espérant pouvoir fêter dignement l’évènement loin de toute contingence sanitaire.

Rappel des fondamentaux

Depuis sa création en 1994, sécurité, organisation, aménagement, préservation et animation de la Pointe du Grouin sont les centres d’intérêts inscrits aux statuts de l’A.U.P.P.G. Objectif : garantir la pérennité des activités nautiques en permettant le stationnement des bateaux et le bon fonctionnement du site. Enrichie par des relations volontairement constructives avec la mairie. « Cette vision était la bonne », affirme Régis Baudonnière s’appuyant pour argumenter son propos sur la « situation satisfaisante du site » vingt-sept ans plus tard.

Après des années de mise au point, « la zone de mouillage est autorisée, gérée et organisée, et dériveurs et catamarans ont trouvé leurs places », poursuit Régis Baudonnière, qualifiant l’A.U.P.P.G d’ « association responsable ».

En conformité avec les exigences des pouvoirs publics, Conservatoire du Littoral, Affaires Maritimes et bien sûr la municipalité loidaise, ce bilan positif permet « de continuer nos activités préférées en bonne intelligence », se félicite le Président, rappelant que la situation n’est pas identique sur toute l’Ile de Ré, alors que « les mouillages non autorisés sont destinés à disparaître ».

Un travail de longue haleine que le nouveau Bureau de l’association entend poursuivre dans le même état d’esprit. Entouré du secrétaire Thierry Verven et du trésorier Christian Le Cornec, Régis Baudonnière poursuit avec la présentation des différents rapports.

Vie active pour association dynamique

Entre vie interne, relations avec la Mairie et l’APSL, autre association loidaise avec laquelle des intérêts peuvent être convergents, et suivi des actions et projets, l’A.U.P.P.G ne chôme pas, et si 2020 a été une année évidemment perturbée par la crise sanitaire, l’association est demeurée vigilante et force de proposition.

Au menu 2020, citons deux projets internes, l’un concernant l’installation d’un point d’eau et l’autre la numérotation des emplacements des annexes, projets non aboutis, aucune proposition pertinente n’ayant pu être validée par le Conseil d’Administration.

En revanche, la rencontre avec le Président de l’Association de protection du site de Loix (APSL) Pierre Boulanger a conduit à la réalisation d’une action commune de nettoyage de la Pointe du Grouin. En lien avec la Mairie, l’opération a permis la récupération de quelque 500 kilos de caoutchouc ostréicoles.

Sans surprise, le travail du Conseil d’Administration reste principalement centré autour des relations avec la Mairie.

Un vrai partenariat

C’est sur ces bases que l’A.U.P.P.G souhaite poursuivre sa relation avec la municipalité. Un mode relationnel positif favorisant dialogue et partage d’informations conduisant à des réalisations concrètes.

Listées en fin d’année 2019, les actions impliquant la responsabilité de la mairie ont été suivies avec grand intérêt . Changement des sanitaires du côté du parking, enlèvement des annexes ventouses (5 ôtées et d’autres récupérés par leurs propriétaires ) ou encore marquage du chenal, autant d’exemples concrets de l’implication municipale.

A défaut d’être achevées, d’autres opérations sont en cours dont la réhabilitation du chemin derrière la plage, indispensable à la bonne circulation tandis que d’autres restent à mener, tel l’enlèvement du sable accumulé du côté du poste de secours ou encore les piquets des friches ostréicoles.

Régis Baudonnière se réjouit néanmoins qu’un bon nombre de points soulevés aient été résolus. « On arrive à des résultats par une relation suivie », affirme le Président de l’A.U.P.P.G, évoquant les nombreuses réunions et rencontres avec la mairie et attendant l’arrivée du 1er Adjoint Patrick Boussaton pour évoquer le futur.

Un élu expérimenté

1er adjoint tout spécialement délégué à la zone de mouillage en plus de l’environnement et de la défense des côtes, Patrick Boussaton s’occupe du site depuis vingt ans au sein de la municipalité loidaise. Une expérience qui lui permet d’affirmer qu’« aujourd’hui la situation est stable ». L’élu évoque les investissements de l’année notamment sur les nouveaux sanitaires, avec une option innovante adaptée aux sites classés et pour lesquels il reçoit les remerciements de l’association. Concernant le chemin de l’arrière plage, l’élu précise qu’après une première étape, une couche de finition sera apportée le printemps prochain.

Evoquée par l’assemblée, la question de blocs de béton remontant à la surface, « suite à la baisse de niveau des sédiments », précise Patrick Boussaton, trouvera vraisemblablement une issue avec la venue d’une société de scaphandriers capables d’assurer leur enfouissement. « Certains sont dangereux », intervient Régis Baudonnière qui proposera une action commune de repérage aux fins de signaler les urgences à la municipalité. Reste à trouver une solution pour enlever les ferrailles ostréicoles, demandant un budget élevé pour un retrait mécanique.

Interrogé sur ses relations avec le secteur de la conchyliculture, Patrick Boussaton assure qu’ « elles sont meilleures qu’autrefois ». « C’est une population difficile », poursuit l’élu loidais, évoquant une rencontre à venir avec le Parc National Marin, très sensible aux questions environnementales. Un programme de nettoyage des zones ostréicoles semble envisageable à l’horizon 2023.

Diverses questions lui sont ensuite adressées : la multiplication des écoles de kite-surf et la présence sur le site de pratiquants venant par exemple de La Couarde ? « Un vrai problème », reconnaît Patrick Boussaton « mais je n’ai pas de solutions sauf à leur interdire le Grouin. Et concernant celle de La Couarde, je ne peux rien faire ». L’avenir de la conchyliculture est-il en filière ou dans les parcs à huîtres ? « Les deux », répond sans hésiter Patrick Boussaton, précisant que l’Administration continue d’agrandir les concessions. Les échanges entre l’élu et les adhérents de l’A.U.P.P.G sont clairs et sans bavures.

Pour conclure, l’A.U.P.P.G ne manque pas de travail. A signaler, le soutien renforcé à la SNSM Ile de Ré avec un don passant du simple au double (600 € au lieu de 300), validé en AG ce vendredi 13 août. Une générosité justifiée par une trésorerie très largement bénéficiaire et amplement approuvée par Patrick Boussaton, saluant de son côté le travail de l’antenne rétaise. Clôturée par son président Régis Baudonnière, l’AG annuelle de l’A.U.P.P.G témoigne de la belle vitalité d’une association cultivant un esprit rigoureux, positif et solidaire.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires