Territoire

Voeux

Vœux à la Hune – Revue de toutes les communes et leurs projets

Publié le 18/01/2023

La Flotte : la qualité de vie, leitmotiv municipal

Jean-Paul Héraudeau a rappelé l’étendue des actions municipales menées depuis 2020, avant de présenter les projets de l’année 2023.

© Nathalie Vauchez – La Présidente du Département, Sylvie Marcilly, a reçu des mains de Jean-Paul Héraudeau, en guise de cadeau, la belle affiche de Malulo réalisée pour La Flotte.

Rassurant les Flottais sur la bonne situation financière de la commune, le Maire a confirmé qu’il n’y aurait pas d’augmentation des impôts locaux cette année et assuré que la municipalité continuerait de se battre – un appel est en cours – pour maintenir la Vierge à sa place.

Ce qui va rythmer 2023

Le maire a évoqué les principaux projets. Dans le cadre de la qualité de vie des 3131 Flottais dernièrement recensés, il souhaite renforcer la sécurité des biens et des personnes avec l’installation, en concertation avec la gendarmerie, de douze caméras de vidéo-protection aux entrées du village et dans les lieux qualifiés de sensibles.

« Cette année également nous lancerons notre plan de sauvegarde communal. C’est une obligation sous ma responsabilité dont le but est l’information préventive et la sécurité de la population. Il s’agit de tous les moyens nécessaires à mettre en oeuvre pour faire face aux risques ou événements majeurs qu’ils soient naturels, technologiques ou sanitaires. » indiquait Jean-Paul Héraudeau. Concernant les travaux de voirie ou d’aménagement il en sera encore largement question en 2023, leur part budgétaire étant en augmentation : que ce soit l’amélioration du stationnement ou de la circulation, la rénovation des rues et la réfection des réseaux d’eau, ou encore la modernisation et l’agrandissement de l’accueil du centre de loisir situé dans l’école communale, le prolongement de piste cyclable, les chantiers ne manquent pas pour maintenir « une qualité de vie qu’on nous envie dans ce village » soulignait le maire.

La zone artisanale de la Croix Michaud continuera d’évoluer en 2023. A plus long terme, le magasin Intermarché vétuste fera place à un magasin moderne de nouvelle génération; cela entraînera une amélioration globale des accès et permettra de renforcer la sécurité des piétons grâce à la rénovation des rues adjacentes.

Qu’est-ce qui rassemble les Flottais et leur maire ? Leur attachement au village. Un très beau film a été projeté en fin de cérémonie, permettant de renforcer le sentiment d’appartenance de ses habitants et en filigrane de souligner la politique menée par la municipalité. Cette projection a été ovationnée par les plus de 500 Flottais présents !

Florence Sabourin

A Saint-Martin, « on ne gaspille rien »

« Bienvenue, vous êtes chez vous ! », entonne Patrice Déchelette à l’assistance réunie salle Vauban le 7 janvier. « Je vous souhaite le moins d’embêtements possible en 2023, une bonne santé et du plaisir dans ce que vous faîtes ! », ajoute le Maire de Saint-Martin.

© Pauline Leriche Rouard – Reporté pour défaut de subventions, les travaux de réfection de La Poudrière auront lieu cette année.

« Notre but, l’intérêt général », souligne l’élu remerciant les « 64 médecins et secrétaires » qui « ont assuré » pendant la crise sanitaire dans un centre de vaccination « très important pour l’Ile de Ré ».

Saint-Martin en 2022 ce sont « 2 300 habitants, 11 mariages, 4 Pacs, 26 décès et 11 naissances », mais aussi « 114 000 personnes accueillies à l’Office de Tourisme et 5 500 dossiers traités au service Identité », résume Patrice Déchelette évoquant des « restrictions sur les dépenses plutôt que des augmentations de tarifs ».

2022 aura vu l’acquisition du terrain pour la future caserne de pompiers, la réfection de la toiture et des façades de la Salle Vauban, les « trous bouchés dans les remparts », les travaux de voirie sur l’îlot, le remplacement pour partie des 1 100 points lumineux de la commune (quartier de La Cible) et des travaux au cimetière, plus de 40 manifestations culturelles, la création d’un festival pour enfants (Les Martinelles) et deux voyages pour les Anciens. Seule mauvaise nouvelle, la multiplication par trois de la facture énergétique.

Des projets raisonnés

Rationalité est le maître mot à Saint-Martin. Aussi les projets 2023 seront-ils centrés sur le nécessaire et l’utile.

Nécessaires, les travaux de réfection du camping prévus pour septembre et ceux du côté de la Mairie avec des travaux de toiture et le nettoyage-sablage des façades. Utile, « la remise du centre d’hébergement en… centre d’hébergement », souligne Patrice Déchelette évoquant une maison des associations plutôt utilisée pour du stockage quand elle pourrait servir à l’hébergement des saisonniers (+ de 150 sur Saint-Martin). Utile également un terrain de jeux ouvert 24h/24 pour les jeunes sur la halle des sports.

Utile et nécessaire, le dossier logement qui avance, avec une trentaine prévue sur le terrain de l’ancienne gendarmerie « uniquement du petit logement allant du T1 au T3 », précise M. le Maire. A noter également un projet de boulangerie que Patrice Déchelette souhaiterait mener à terme dans l’ancien garage Aunis-Saintonge, et dont le permis de construire est accepté.

Sans oublier la poursuite de la mise en LED sur un éclairage public en voie d’extinction.

Lionel Quillet le souligne : « A Saint-Martin, le Maire et le Conseil municipal ne font pas de bruit mais ils travaillent ».

Le budget primitif 2023 déjà voté Il était à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 12 décembre dernier. Clôturant 2022 avec un excédent de 2,5 K€, la Municipalité martinaise inscrit pour 2023 4 445 500 € au Budget Principal de la commune section Fonctionnement et 2 337 221 K€ à la section Investissement.

Pauline Leriche Rouard

 

Les Portes-en-Ré : une cérémonie de voeux centrée sur le logement

Le 10 janvier, Alain Pochon a réuni les Portingalais salle du Marais de la Prée pour une cérémonie de voeux enjouée, mais quelque peu alarmiste. Pour le maire des Portes-en-Ré, la pénurie de logement met en péril l’avenir de la plus petite commune de l’île de Ré.

© Aurélie Bérard – Alain Pochon a lancé un appel à l’aide pour le chantier des onze logements des Peupliers.

C’est l’enjeu des années à venir. Le logement est, pour Alain Pochon, la clé permettant d’endiguer la chute du nombre d’habitants permanents. En 10 ans, Les Portes a en effet perdu 10 % de sa population, pour atteindre aujourd’hui 601 âmes. « Nous devons être capables de garder et d’attirer les jeunes actifs », a affirmé le maire des Portes dans son discours de Voeux. « Mais nous nous heurtons à cette problématique du logement », explique-t-il. « Aujourd’hui chaque maison vendue aux Portes est achetée par un futur résident secondaire et/ou pour être transformée en meublé de tourisme ». Confrontée de surcroît à la flambée des prix, sans aucune réserve foncière à disposition et soumise à une loi Littoral et des Plans d’urbanisme très contraignants, la municipalité n’a quasi aucune possibilité de créer de nouveaux logements sur son territoire. « Que deviendra notre commune dans quelques années, si nous n’agissons pas ? », insiste-t-il. « L’hiver, un village fantôme ? »

Alain Pochon a donc lancé, lors de cette cérémonie de voeux 2023, un véritable appel à l’aide au sujet du chantier des Peupliers, qui doit aboutir à la construction de 11 logements sociaux. « Ce chantier a pris du retard avec 18 mois de fouilles archéologiques et subit aujourd’hui la montée des prix des matières premières. Il manque aujourd’hui 800 K€ pour boucler le montage financier. J’en appelle donc à mes collègues maires et au président de la Communauté de Communes pour revoir les modalités d’intervention de l’intercommunalité, puisqu’actuellement la CdC n’intervient qu’à partir de 20 logements. Mais notre commune est trop petite, c’est difficile pour nous de faire 20 logements. » Un appel à l’aide entendu par Lionel Quillet, qui a pris le micro derrière Alain Pochon et tenté de rassurer : « On va travailler ensemble. Financièrement on peut vous aider mais il faut qu’on ait le droit de le faire », a expliqué le président de la CdC.

Les travaux Allée des Peupliers devraient néanmoins reprendre cet hiver. Le projet de logements en accession à la propriété avenue du Haut des Treilles (6 à 8 logements) suit quant à lui son cours, le projet devant encore être présenté à plusieurs instances administratives. D’autres travaux importants ou leur aboutissement ont été annoncés par Alain Pochon à l’horizon 2023-2024. La relocalisation de l’office de tourisme rue de la Grenouillère sera effective dès le 1er mai. La réhabilitation de la Mairie et de la salle des fêtes attenante débutera à l’automne 2023. La finalisation des études de réhabilitation de la salle omnisport des Marais de la Prée interviendra en cours d’année pour un début de travaux espéré fin d’année 2023 ou début 2024.

Aurélie Bérard

 

Saint-Clément : « the place to be »

Saint-Clément, comme l’annonça Lina Besnier, maire de la commune, le samedi 7 janvier, fêtera en 2023 ses 150 ans et sera grâce à ses diverses animations et son dynamisme « the place to be ».

© Catherine Bréjat – Le carrefour du centre ville sera à nouveau fermé trois semaines afin de terminer le pavement.

Dans cette perspective, Mme le maire envisage de concentrer tous les efforts de la municipalité sur le logement, car sans logement la commune ne gardera ni ses jeunes ni son école. Elle espère donc que le programme de 22 logements sociaux sur le terrain des Ouches se fera. Un programme conçu avec plus de 20 logements afin qu’il puisse relever de la compétence de la CdC et donc des moyens financiers dont la commune ne dispose pas. Mais son aboutissement dépendra essentiellement des propriétaires et de l’APSSC*.

Quant au programme d’aménagement du terrain du Moulin Rouge, il avance, la nouvelle aire de stationnement livrée à Pâques étant la première étape du projet d’aménagement du site. De nombreux travaux de voierie seront réalisés, cette année encore, le carrefour principal du centre ville sera prochainement fermé durant trois semaines afin de terminer le pavement.

Lina Besnier a terminé cette séance de voeux en remerciant le Président Lionel Quillet de sa confiance et de son soutien.

*Association de protection des sites de Saint-Clément.

Catherine Bréjat

 

Sainte-Marie : une priorité, l’amélioration du cadre de vie

Salle comble à Sainte-Marie ce dimanche 8 janvier où plus de 300 personnes sont venues écouter les voeux de Gisèle Vergnon.

© Catherine Bréjat – Remise des trophées par Noëlle Rayneau à la troupe des Baladins et à Claudette Gauche par Gisèle Vergnon.

Le cadre de vie est un fil conducteur de la politique de la municipalité qui, comme les autres municipalités, est concernée en particulier par le logement. Dans ce cadre la pose de la première pierre de Fougerou (48 logements en accession sociale à la propriété et 6 en location sociale) qui a eu le lieu le 10 janvier (lire notre article en page 5) est importante car 54 maisons au total sont prévues. 21 maisons doivent être livrées durant l’hiver 2023-2024 et le solde sera terminé au mieux à la fin de 2024, sinon début 2025. Les Hirondelles est un autre projet qui tient à coeur à la municipalité.

Parmi les grands projets de cette année, la restauration du clocher de l’église, repoussée à plusieurs reprises, devrait obtenir le feu vert de la DRAC en février. En cours, place Eudes d’Aquitaine, le chantier relatif à la réalisation de deux appartements au premier étage. Démarrés en septembre dernier, ils devraient être finalisés à la fin du mois de juin. La grande préoccupation de la mairie devenue quasi-permanente reste la réduction du coût de l’énergie.

Des trophées ont été remis, comme chaque année, à des Maritais. La troupe des Baladins, Claudette Gaucher fondatrice des Chardons bleus, Aurélia du Food truck de la mer et Régis Margat, ferronnier d’art ont été distingués.

Catherine Bréjat

 

Au Bois-Plage, effervescence contrôlée

« Ce sont mes premiers voeux, je suis un peu ému », annonce d’emblée Gérard Juin qui fera préalablement honneur aux personnalités présentes avant de prendre la parole pour « transmettre le fil rouge qui nous anime moi et mon équipe. »

© Pauline Leriche Rouard – Bonne nouvelle pour Le Bois en ce début d’année, son stade est désormais municipal.

« Préserver et gérer sereinement pour enrichir et valoriser un village à très fort potentiel »… derrière cette phrase, moult projets. Des services à la population à l’urbanisme en passant par logement, santé, et environnement, la Municipalité boitaise assume ses ambitions.

Gérard Juin évoque les années 2021 et 2012 comme celles de la renaturation. L’opération Une Naissance, un arbre et la plantation de près de quarante nouveaux spécimen, « une double bonne nouvelle puisqu’associée à des naissances », la création de la vigne des enfants et celle du Jardin Pédagogique, le recrutement d’un garde-champêtre et d’un Chargé de Mission Environnement.

En 2022 la restructuration des services de police municipale a été menée « de manière positive et qualitative », précise l’élu, exprimant sa volonté d’une « police de proximité ». N’oublions pas le lancement du Forum des Séniors « répondant à une vraie demande » et de nouvelles animations avec la Guinguette. Côté patrimoine, la rénovation de l’horloge du Morinand et la réfection du Saint- Joseph de l’église sont à signaler.

En 2023, le travail continue

Se réjouissant de la richesse du tissu asso-ciatif, Gérard Juin veut « rendre inconstructible le terrain de football devenu municipal il y une semaine ».

Côté place Raymond Dupeux, marché et avenue de la plage, « un véritable aménagement paysager » est en réflexion. « On va certainement pouvoir agrandir cette place et l’enrichir de commerces et logements », précise Gérard Juin. Autre réaménagement prévu, celui de la salle des expositions de la Mairie qui servira aussi d’accueil car « il est inconcevable de faire attendre les gens dans un couloir ». Même initiative pour la Place de la Liberté qui « va commencer à devenir la place de l’ancienne école ».

Le Bois en 2023, c’est aussi le passage en Zone 30 « pour plus de sécurité », la poursuite de la réduction des dépenses énergétiques (« elles sont déjà plus basses en 2022 qu’en 2021 ») et bien sûr celle des projets Logement et Pôle Santé. Sur ce dernier, « les conditions sont plus difficiles mais nous voulions le garder en centre-village », affirme-t- il. « L’étude de faisabilité est faite et le lancement se fera avec 1000 m² supplémentaire », précise-t-il, annonçant également la création d’une Maison Sport et Santé.

« L’évolution est en marche. Suivez-nous, accompagnez-nous. Je vous souhaite une très bonne année ! » conclut Gérard Juin avant de rendre un hommage particulier à certains Boitais : Madeleine Airaud, « figure remarquable du Vieux Grimoire », Annick Delalleau et ses « boîtes à chaussures » – « merci pour l’Ile de Ré », M. et Mme Truelle, « des personnages importants pour la commune », Philippe Chatin, « pour son soutien à des familles ukrainiennes » et Mme Neveu, « responsable du club du 3ème âge et aussi Présidente du Morinand », sourit M. le Maire.

Pauline Leriche Rouard

 

Ars, des projets à visée environnementale

Avant de présenter les futurs projets de la commune, la Maire a tenu à informer d’une très bonne nouvelle, la convention signée avec le CNAR*.

© Stessy Bourreau – Danièle Pétiniaud-Gros a remercié le grand ensemble de l’harmonie municipale pour cette très belle entrée musicale avant son discours.

Une associat ion importante pour tous les Casserons depuis 1950, dont il était essentiel de rénover le bâtiment. Une très belle fête sera organisée au printemps pour l’inauguration…

L’un des premiers engagements du mandat était de répondre à la problématique du logement et cela avance bien : « Nous avons rénové la Quichenotte, acheté la venelle du Natureau et fait une maison des saisonniers, nous sommes en tractation pour acquérir des terrains aux Noues et y faire construire rapidement entre 25 et 30 logements grâce à l’EPF qui devrait être notre banquier, » explique Danièle Pétinaud-Gros. Elle poursuit : « Des travaux nous en avons fait, la route de la Prée, la base nautique, le dragage du port, un rond-point, des voiries avec notamment la rue des Bonnes Têtes ou le chemin du Pleurdoux et, très important, des travaux dans l’école qui n’avaient pas été rénovée depuis 1953, date de sa création, avec des sanitaires remis à neufs et un nouveau préau. »

De futurs travaux sont également à venir avec des études en cours, notamment pour le travail du chenal qui est un vaste problème que le maire espère voir résolu très rapidement, mais aussi une étude pour la réhabilitation de la halle du marché afin qu’elle soit économique en énergie. La maison Poisot fait également l’objet d’une étude pour y créer trois logements.

D’autres projets sont prévus : « Nous souhaitons accompagner la dynamique du village en facilitant l’installation des commerçants et des artisans. Une nouvelle caserne des pompiers est également en prévision grâce au Département, elle sera équipée de panneaux solaires. Nous faisons également en sorte que dans toutes les voiries en réalisation, il y ait des zones de revêtements drainantes pour récupérer l’eau de pluie afin d’éviter que des quartiers ne prennent l’eau quand le niveau de la mer est haut. Nous engageons un effort important sur l’éclairage avec des lampadaires LED neufs et économiques. Nous ferons le nécessaire pour augmenter les parkings autour du village et nous installerons des bornes pour fermer la circulation aux voitures dans le centre lors de certaines manifestations et animations afin qu’il devienne uniquement piéton, assurant ainsi la sécurité et la tranquillité du public. Enfin, nous souhaitons mettre en place des référents de quartier pour que tout le monde se sente bien dans le village. »

Pour conclure, l’édile à tenu à parler des associations qui sont indispensables dans la vie d’un village, elles créent du lien intergénérationnel et c’est pour cela qu’il est important de les soutenir logistiquement, financièrement et bien sûr humainement…

*Centre Nautique d’Ars-en-Ré.

Stessy Bourreau

 

A La Couarde, du logement pour sauver l’école

Les Couardais sont venus en nombre, fidèles à cette « occasion pour une communauté comme la nôtre de raffermir le lien social », souligne M. le Maire, se reconnaissant « tout particulièrement heureux » d’accueillir ses administrés, tout comme l’équipe municipale.

© Pauline Leriche Rouard – Évidemment maintenues, la réfection des tennis couardais et la mise aux normes PMR seront achevées pour juin.

Si les atouts de la commune sont nombreux, une offre médicale diversifiée, des commerçants de proximité, une zone artisanale et des acteurs du secteur primaire, sans oublier un « environnement magnifique », « Il nous manque une chose, une offre de logements à l’année » souligne Patrick Rayton.

La question s’invite déjà au bilan 2022 avec le projet du Petit Noue, mené en collaboration avec la Communauté de Communes de l’île de Ré, puisque supérieur à 20 logements. « La cession du terrain à la CdC est prévue pour ce début d’année », précise Patrick Rayton, ajoutant « compter sur le Président Lionel Quillet et espérant une livraison pour 2025 ». « Il y a urgence pour sauver l’école », ajoute-t-il, rappelant que cette dernière a perdu un poste d’enseignant à la rentrée 2023. « Et avec un solde négatif d’au moins six enfants, cela va continuer », regrette-t-il.

Le logement c’est aussi celui des travailleurs saisonniers et l’acquisition de la « maison des artistes » fin 2022 est une bonne nouvelle. Après quelques travaux, elle accueillera onze couchages. Une offre supplémentaire renforçant la quinzaine d’emplacements déjà existants au camping municipal.

2023, année particulière côté gestion

Patrick Rayton le réitère : le contexte de 2023 impose de « suspendre ou modifier certains projets ». Cela vaut pour les travaux du cimetière, en partie reportés ou encore le bassin de décantation, prêt à voir le jour après quelque dix ans d’attente, qui sera reprogrammé.

Les projets en cours de réalisation sont maintenus (jardins partagés, étude sur le circulation et le stationnement et importants travaux de voiries), ainsi que la réflexion sur le devenir du site du Goisil, passant par « une étude globale ». « Une démarche pour la légalisation d’une zone de mouillage au Peu Ragot » sera également lancée, explique Patrick Rayton, évoquant la création d’une nouvelle association dédiée et une procédure de plus d’un an sans oublier d’ajouter que « la question du coût n’est pas mineure concernant les charges de gestion ».

« Il est indispensable de continuer à travailler main dans la main » conclut le Maire. « La Couarde, est un village en mouvement dans une CdC en marche », affirme-t-il avant de saluer l’implication de tous les élus, du DGS et de tous les collaborateurs de la Mairie.

Pauline Leriche Rouard

 

Vivre à Loix, un état d’esprit !

« Ce qui compte avant tout ce sont nos villages » a lancé le Maire de Loix, pour qui l’ « état d’esprit » d’un territoire – qui ne se décrète pas mais s’entretient jour après jour – est ce qui a de plus précieux et difficile à maintenir.

© Jacques Buisson – La Maison en partage de Loix, concept innovant sur l’île de Ré, sera livrée en avril 2023.

Loix revient de loin, la commune est passée de 450 âmes et 7 enfants à l’école, au début des années 1990, à 750 habitants et 43 écoliers aujourd’hui. Évidemment, la politique menée fut et reste déterminante dans cette réussite de vie permanente. Les 40 logements publics – communaux et sociaux – hébergeant 102 habitants dont 42 enfants, nombre important pour un si petit village, vont être renforcés par La Maison en partage, qui sera livrée en avril 2023 et proposera 8 unités de logement temporaire (urgences, saisonniers, apprentis…). Un concept innovant sur l’île de Ré, qui colle bien à l’état d’esprit recherché.

L’économie et les services publics constituent le second pilier fondamental. A cet égard, le projet de rénovation du centre-bourg, dont le côté piétonnier sera renforcé pour une meilleure sécurité et la halle restructurée et fermée, avec des portes transparentes, afin de la rendre plus agréable en hiver et plus attractive, constitue l’un des principaux projets pour 2023. « Plus de vie, plus de convivialité » en sont les objectifs premiers . Un e nouvelle activité, qui n’existe pas encore à Loix, devrai t s’installer à partir de février 2023 et un chai de vigneron indépendant, celui du Domaine Arica, verra le jour sur le dernier terrain agricole de Loix, qui fut fort convoité.

La préservation de l’environnement participe fortement de cette douceur de vie loidaise. 17 bâtiments ont été rachetés et déconstruits, 3 autres seront détruits, les sites concernés retournant à la nature.

La douzaine d’associations du village, toutes plus dynamiques les unes que les autres, et le complexe sportif avec notamment son activité de tennis commune à celle de La Couarde, qui compte 200 licenciés et dont l’école attire 80 enfants venant de tous les villages, contribuent grandement au bien vivre à Loix.

Notre territoire – l’île et ses villages – est fragile, très convoité, les politiques menées se doivent de le préserver.

Nathalie Vauchez

 

Rivedoux, un village qui avance

Les voeux de Patrice Raffarin, maire de Rivedoux, ont attiré ce vendredi 13 janvier un monde fou.

© Catherine Bréjat – La Salle des Fêtes, Robert Vergnaud, au coeur du village, verra son acoustique améliorée ainsi que son bilan énergétique.

De nombreux Rivedousais ont dû rester debout pendant les différentes allocutions.

Après que les élus aient souhaité leurs voeux à l’assistance, Patrice Raffarin a listé les projets qui mobiliseront la municipalité cette année.

Les économies d’énergie sont une priorité et des travaux seront entrepris dans la salle des fêtes Robert Vergnaud pour réduire les dépenses énergétiques et améliorer l’acoustique. De même une modernisation et une adaptation de l’éclairage public seront mis en place. Un agrandissement du centre d’accueil de loisirs et de la bibliothèque municipale est prévu. Les réunions relatives à l’aménagement du port dont les travaux débuteront en 2024 se poursuivent avec l’État. L’urbanisation du quartier du Château verra la livraison cette année de 36 logements. Le projet d’un pôle médical communal sera présenté au cours d’une prochaine réunion publique et l’aménagement de la traversée de Rivedoux est toujours d’actualité ainsi que la création d’une piste cyclable entre Rivedoux et Sainte-Marie et la mise en sécurité de la Redoute qui s’étalera sur plusieurs années.

Ces différents projets seront entrepris avec les subventions nécessaires pour ne pas endetter la commune.

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires