Patrimoine

Portrait

Villeneuve : une des plus nombreuses familles du Québec actuel

Le cardinal Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve, archevêque de Québec, lors de sa visite en l’église de Sainte-Marie en octobre 1935.
Publié le 15/12/2017

Au XVIIe siècle, nombreux sont les Rétais qui émigrèrent vers la Nouvelle-France. Mathurin Villeneuve, l’un d’entre eux, reste présent à l’esprit de tous grâce à une importante descendance et à une rue portant son nom à Sainte-Marie de Ré.

Né à Sainte-Marie de Ré, le 17 décembre 1645, de Mathieu Villeneuve et de Jeanne Chauchet, vignerons, Mathurin Villeneuve devient tonnelier comme son grand-père. Le vin a toujours fait partie de la vie de la famille et la mariée avait apporté cinq vignobles dans la corbeille de noces. À 19 ans, Mathurin décide de rejoindre le Canada. Son père étant décédé, la situation familiale est économiquement tendue et il n’est pas satisfait de son sort. D’autre part, le prestige de Samuel Champlain, qui vient de fonder la ville de Québec, incite les jeunes paysans charentais à l’émigration.

Le 31 mars 1665, Mathurin signe, devant le notaire Pierre Teuleron, un contrat l’engageant à vivre en Nouvelle-France les trois années à venir. Il reçoit une avance de 33 livres et touchera un salaire annuel de 75 livres. Le 27 avril, il s’embarque sur le Cat de Hollande. Il n’est pas le seul à quitter La Rochelle cette année-là pour aller participer au développement de la Nouvelle-France : Marcel Delafosse(1) comptabilise 70 départs pour la seule année 1665, parmi lesquels 30 Rétais, originaires pour la plupart de Sainte-Marie et d’Ars.

Dès 1666, on retrouve Mathurin travaillant dans la seigneurie de Beaupré pour Simon Denis, propriétaire terrien. Deux ans plus tard, en 1668, il est employé par Jean Lemarché, gros fermier, dont il épousera la fille Marguerite en l’église Notre-Dame du Québec, le 26 novembre 1669. La mariée, très jeune, est fort bien dotée. Le couple demeurera trois ans chez les beaux-parents, ce qui permettra à la jeune fille de se former aux tâches qui l’attendent dans sa vie d’épouse et de mère, et à Mathurin de faire construire une maison dans laquelle ils s’installeront en 1672.

1681 : Mathurin vit à Charlesbourg ; il a 31 ans et il est devenu un important propriétaire foncier. Son épouse lui donnera douze enfants. Beaucoup décèderont jeunes et seuls quatre d’entre eux : Marie-Jeanne, Charles, Jacques et Marie-Anne se marieront et auront à leur tour une descendance. Mathurin meurt le 10 juillet 1715, quatre ans après Marguerite, laissant derrière lui un patronyme qui ne cessera de croître puisqu’il est porté aujourd’hui par environ 30 000 Québécois. Deux souches sont à l’origine de ce nom : celle de Mathurin la plus importante, mais aussi celle d’André Villeneuve dit Arnould dont on sait peu de choses.

Certains descendants de Mathurin sont bien connus tel le cardinal Jean- Marie-Rodrigue Villeneuve, archevêque de Québec, qui visitera l’île de Ré le 21 octobre 1935, après avoir été accueilli en grande pompe à La Rochelle par Léonce Vieljeux, le maire, et Mgr Curien. Dans un secteur d’activité totalement différent, les pilotes de Formule 1 Gilles Villeneuve et Jacques, son fils, champion du monde de F1 en 1997, sont également les descendants de Mathurin.

Le lien avec l’île a perduré à travers les siècles. C’est ainsi que la municipalité de Sainte-Marie a reçu le 13 mai 2001 une délégation du Québec, dont deux membres, Claude et Gilles Villeneuve, étaient les descendants de Mathurin. Jacques Boucard, maire à cette époque, avait d’ailleurs été invité, en mai 1996, à participer sur les ondes de Radio Canada à l’émission « J’ai souvenir encore », consacrée à Mathurin !

Catherine Bréjat

(1) Marcel Delafosse, ancien directeur des Services d’Archives de Charente-Maritime, dans Petite Histoire de l’île de Ré.

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • fernand
    Publié le 28 décembre 2017

    je cherche d’éventuel cousins vendéens de Mathurin Villeneuve
    Si vous pouvez d’aider , merci de me contacter

    Répondre
    • annie
      Publié le 2 janvier 2018

      Jai une grande banque donne genealogique de mon ancetre .Contactez en prive pour toute information .

  • Villeneuve
    Publié le 14 août 2019

    Merci pour votre publication de cet article.
    Je suis la premi’ere de ma ligne de Villeneuves demeurant a Massachusetts aux Etats Unis (je suis ne’e a Cornwall, Ontario). Ah, l’amour! J’ai rencontre’ d’autres Villeneuves ici a Lakeville, MA. Ce fut tr’es surprenant!
    Je viens de decouvrir l’histoire du trajet de Mathurin. Merci!
    Mon amie d’enfance est aussi une Villeneuve de la ligne de Mathurin. J’aimerais apprendre des faits de Re’ pour un voyage dans le futur.

    Répondre