Sports

Ecurie de partage

Mickaël Morin, Véronique Vigouroux, Capucine Nicot, Damien Morin et Lionel Quillet.

Le vent de l’île de Ré va souffler sur les hippodromes

Mickaël Morin, Véronique Vigouroux, Capucine Nicot, Damien Morin et Lionel Quillet
Publié le 06/10/2015

Pour accompagner le jeune jockey rétais « espoir » Damien Morin, Lionel Quillet lui a remis une casaque aux couleurs communautaires.

Emu et heureux de soutenir ainsi le projet de l’aîné d’une famille rétaise « que l’on aime beaucoup, entre la mère qui tient l’école de Loix, le père pratiquant multisports et chef d’entreprise averti installé à Loix, et trois enfants brillants », Lionel Quillet a rappelé, samedi 26 septembre, qu’il s’agit d’un métier à risque, nécessitant une grande motivation. Il a précisé que ce parrainage ne comportait pas à ce stade de soutien financier, notamment pour des raisons de légalité, la CdC n’ayant pas la compétence sport, même si elle soutient à hauteur de 3,5 millions d’€ les projets d’infrastructures sportives des dix communes.

Damien Morin, heureux de porter la casaque aux couleurs de la CdC de l’île de Ré, entouré de ses parents

Damien Morin, heureux de porter
la casaque aux couleurs de la CdC
de l’île de Ré, entouré de ses parents

Une casaque aux couleurs et au logo de la CdC

Pour la première fois en France, une Communauté de Communes relève le défi d’accompagner une écurie de chevaux de courses. « Parce que sur l’île de Ré, les gens rêvent encore, Damien Morin, portera une casaque aux couleurs de son île natale ! » et il n’était pas peu fier et heureux, le jeune jockey de 17 ans ½, en recevant des mains du président de la CdC, en présence de sa famille et de ses proches, la fameuse casaque, très esthétique et qui sera certainement fort visible sur les hippodromes. Véronique Vigouroux a bataillé plus d’un an auprès de France Galop pour que l’instance finisse par accepter ce concept différent et novateur d’un « parrainage » par une collectivité territoriale.

L’écurie de partage Ile de Ré Galop : un luxe abordable pour tous

Capucine Nicot, grand entraîneur, Véronique Vigouroux, courtière en chevaux, Michaël Morin, chef d’entreprise multicartes et avant tout père du jeune jockey rétais, ont mis ensemble le pied à l’étrier pour lancer l’Écurie de partage Ile de Ré galop en août dernier.

« Le concept est inédit : une île, un enfant de l’île de Ré, un entraîneur du pays, des chevaux entraînés dans ce lieu magique, une casaque aux couleurs de l’île de Ré. Et tous les amoureux de l’île de Ré réunis derrière ce projet novateur et ambitieux, pour lancer la carrière d’un jeune jockey rétais ».

La famille et l’entourage professionnels de Damien Morin vous invitent aussi à « faire le pari fou de lancer la carrière d’un jeune et talentueux jockey natif de l’île de Ré », apprenti à Chantilly dans l’une des meilleures écuries de France, où il vit son rêve depuis trois ans, coaché par l’un des plus grands entraîneurs français.

« Que vous soyez étudiant, salarié, retraité, sans emploi, chef d’entreprise ou rentier, vous entrerez tous par la grande porte des hippodromes. Dans cette atmosphère toute particulière, habituellement réservée aux plus grands propriétaires, vous découvrirez l’émotion et le spectacle fascinant qu’offrent les courses » affiche le blog mis en place. Le projet a commencé il y a quelques semaines, les inscriptions sur le site seront clôturées le 29 octobre 2015. Il ne s’agit pas de faire du profit mais bel et bien de rassembler les gens de toutes conditions autour d’une aventure humaine inédite. En parallèle, le développement de l’écurie de partage Ile de Ré Galop 2015 permettra l’embauche d’un cavalier d’entraînement.

Trois chevaux qui seront entraînés sur l’île de Ré

La saison 2015/2016 va compter trois chevaux de courses sélectionnés par Véronique Vigouroux et qui seront entraînés par Capucine Nicot dès que les 4000 parts auront été vendues ; toutes deux sont des expertes hippiques reconnues dans le monde des courses. L’argent récolté sera consacré à l’achat des chevaux, à leur entretien annuel (pension, maréchalerie, vétérinaire, ostéopathe, assurance…), aux frais de fonctionnement de l’écurie (hébergement, entretien des pistes, embauche d’un salarié, déplacements aux courses). Enfin, 10% de ces « obligations » reviennent au porteur de projet. Si des messages de soutien enthousiastes arrivent d’un peu partout, le pari n’est pas encore gagné car sur les 4000 parts à 50 €, 3000 attendent encore d’être vendues, avant le 29 octobre. C’est le moment ou jamais de passer à l’acte pour soutenir le projet ambitieux d’un jeune Rétais et accéder au monde des courses.

 

Pour devenir un véritable acteur dans la société Ile de Ré Galop 2015, il suffit d’aller sur le site www.iledere-galop.com, et de créer un compte personnel accessible avec un mot de passe sur leur espace privé et de suivre les instructions pour devenir obligataire de la société (en acquérant des obligations remboursables en actions « ORA »).

 

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Cap
    Publié le 6 octobre 2015

    Bravo pour ce bel
    Article …bien écrit et surtout bien explique . J espère que nombreux seront les retais a se joindre a cette belle aventure . Salutation sportive

    Répondre