Environnement

PROJET ÉOLIEN MARIN D’OLÉRON

Une nouvelle manipulation de l’Etat qui n’abuse personne

Le champ éolien industriel marin d’Oléron et ses extensions envisagé entre 35 et 60 km2 en 2016, porté en début d’année 2021 à 300 km2 est annoncé par l’Etat à 700 km2 !
Publié le 08/12/2021

Les annonces faites aux pêcheurs le 30 novembre au Lycée Maritime et Aquaculture de La Rochelle et confirmées le 1er décembre à Sainte-Marie par le secrétaire général de la Commission du Débat public n’ont pas surpris le Collectif NEMO.

D’une part, le champ éolien industriel marin d’Oléron et ses extensions envisagé entre 35 et 60 km2 en 2016, porté en début d’année 2021 à 300 km2 est annoncé à 700 km2 !

D’autre part, la zone sera impossible pour la pêche du fait des contraintes.

Enfin, le débat public sur le sujet est prolongé d’un mois, jusqu’au 28 février 2022.

Le collectif NEMO n’est, hélas, pas étonné. Il l’avait annoncé dans ses Lettres aux élus et citoyens.

Ces informations de surfaces pour une première étape, sur une macro zone pour l’éolien posé et/ou flot- tant de plusieurs milliers de km2, en face de nos côtes entre le Sud- ouest d’Oléron et l’ouest des Sables d’Olonne, confirment qu’un gigantesque champ industriel est prévu.

On notera que c’est la première fois que l’Etat reconnaît en France que les zones à éoliennes marines seront impossibles pour la pêche du fait des contraintes… comme c’est le cas dans tous les champs éoliens marins industriels d’Europe en activité (Lettre N° 7 de NEMO sur la pêche). L’Etat a du mal à avouer que c’est en fait, une interdiction de la pêche qui attend les pêcheurs.

L’Etat tombe le masque sur ce projet gigantesque d’industrialisation de la mer en Charente-Maritime.

Les citoyens et socio-professionnels vivant les projets éoliens industriels marins de Saint-Brieuc, le Tréport, Dunkerque et autres avaient dénoncé les comportements très critiquables de l’Etat. On entendait parler de mensonges, de manipulations, d’impréparations coupables, de rupture totale de confiance à l’égard de l’Etat et du Gouvernement. Des comporte- ments inadmissibles venant de l’Etat a-t-on même lu et entendu. Ce que regrettent d’ailleurs nombre de fonc- tionnaires qui subissent malgré eux cette situation.

Le collectif NEMO dans ses lettres aux élus et citoyens avait annoncé cette situation dégradée et des manipulations que nul n’aurait imaginées mais dont on se doutait malheureusement.

L’illustration de l’opposition aux parcs éoliens industriels marins est confirmée en ce moment par l’in- différence et l’absence des citoyens aux ateliers en cours organisés par la Commission du Débat Public : onze citoyens présents à Rivedoux pour une pièce de théâtre (?) sur le projet éolien organisée par une récente association rétaise et huit citoyens au Monopoly sur l’éolien à Sainte-Marie de Ré (dont Dominique Chevillon, venu voir « l’atelier »).

En laissant croire aux citoyens qu’on va mieux les écouter en élargissant la zone d’implantation des éoliennes, l’Etat n’abuse personne. NEMO et les opposants ne veulent pas de parcs industriels marins dans ces zones.

Les trois jours de festival de l’éolien prévus par la Commission du Débat Public, en janvier 2022, à La Rochelle avec les industriels et le Grand Port de La Rochelle ont évidemment du plomb dans l’aile ! Une ultime provocation de l’Etat dans l’arnaque économique, écologique, paysagère et démocratique de ce projet destructeur de nos côtes charentaises ?

Dominique Chevillon - Collectif Nemo

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires