Environnement

Projet paysager du Moulin Rouge

Une forêt citoyenne et participative

© Laura Silhol - De jeunes jardiniers en herbes écocitoyens
Publié le 13/02/2024

Les mardi 23 et mercredi 24 janvier derniers, la municipalité de Saint-Clément-des-Baleines a organisé une séance de plantation collective dans le cadre du projet paysager du Moulin Rouge.

L’événement, initialement prévu à l’ automne 2023, avait été reporté à plusieurs reprises en raison des fortes précipitations de fin d’année. Le terrain devenu enfin praticable et le risque d’asphyxie des baliveaux étant écarté, l’entreprise de paysagisme chargée de l’opération a donné le feu vert.

Des parrains heureux

Ils ont chaussé leurs bottes, plus motivés que jamais pour participer à la revégétalisation de cette parcelle, longtemps laissée en jachère. Selon l’un des participants, horticulteur à la retraite, c’est un fait : « On n’a jamais assez d’arbres ». Ici, il y en aura bientôt 150, dont 90 ont été parrainés par des résidents principaux ou secondaires de Saint-Clément, des villages voisins, et même de La Rochelle. La plupart sont venus en famille : parents et enfants, de différentes générations. La symbolique est forte : planter un arbre, c’est se reconnecter à la nature, mais c’est aussi relier le ciel et la terre, la matière et l’esprit. Les intentions sont multiples et propres à chacun des contributeurs : on plante un arbre pour son couple, pour un être cher qu’on a perdu, pour les générations à venir. On plante un arbre car, comme le souligne l’un des jardiniers du jour, « c’est toujours bon de redonner de la place à la nature », et que, d’une certaine façon, c’est un héritage qu’on laisse, l’espoir de liens qui ne se défont pas et d’une vie qui se régénère.

La naissance d’une forêt

Ainsi, d’ici quatre à cinq ans, certains pourront se targuer en passant devant le terrain du Moulin-Rouge d’avoir contribué à la création d’une forêt. Pins, frênes, merisiers, ormes, tamaris, peupliers et chênes verts : sept espèces choisies avec attention par Jean-Baptiste Lacombe – paysagiste-concepteur de la société Lokal basée à La Rochelle – pour former celle que l’on appelle la Forêt Rouge, en référence au nom du lieu-dit sur lequel elle se trouve. Ce nom, c’est aussi celui donné par l’artiste villageoise Marie Schuch à l’installation artistique qu’elle a réalisée sur les lieux l’été dernier, et qui durant plusieurs mois a permis à chacun de visualiser cette forêt en devenir.

En effet, 90 mâts y avaient été piqués, et peints en rouge selon leur essence et leur exposition, à l’endroit-même où seraient plantés quelques mois plus tard les arbres parrainés.

Un lieu à vivre

Le terrain du Moulin-Rouge a donc finalement trouvé sa vocation. Un projet immobilier y avait été envisagé en 2009 par la précédente municipalité ; mais la tempête Xynthia passant par là, la zone est devenue inconstructible. C’est donc dix ans plus tard que l’idée d’un site où l’homme et la nature cohabitent est née. Christophe Penot, adjoint au patrimoine et à la culture à la mairie de Saint-Clément-des-Baleines, tient à ce que tous s’approprient les lieux. Terrain de jeux et de découvertes pour les enfants, lieu de promenades et de détente, théâtre de verdure, clairières consacrées au land art… Des espaces évolutifs et adaptables, en somme, qui, tout en respectant la nature et en favorisant la biodiversité, accorderont une place essentielle aux habitants, à la culture et à l’art.

Une prochaine rencontre est prévue à l’occasion des « Rendez-vous aux jardins », événement national qui se tiendra le premier week-end du mois de juin.

Laura Silhol

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires