Enfants et jeunes

Education

Spectacle pour enfants, île de Ré

Un Projet Éducatif Local concertatif, pour l’épanouissement des jeunes Rétais

Un spectacle donné lors du festival « Les p’tits se réveillent ». (c) Annabelle Bariteau
Publié le 12/03/2014

Le nouveau PEL – Projet éducatif local – 2014-2017 a été validé le 10 février dernier par le Bureau de la Communauté de Communes de l’île de Ré, à l’issue d’un long processus de préparation et de concertation, sous l’égide d’Annie Léauté, directrice des affaires sociales et culturelles, aux côtés de Christian Bourgne, vice-président.

Il va être présenté de façon officielle aux partenaires institutionnels – la CAF, la Direction de la Cohésion Sociale, l’Education Nationale, la PMI – qui lors d’une réunion de restitution ont déjà félicité la CdC pour ce travail.

« Fédérer les intentions éducatives de tous les partenaires »

Il s’agit du 4e PEL de l’île de Ré, qui a élaboré dès 2002 le premier à l’initiative de la CdC.

Ce type de document, qui n’est pas mis en oeuvre partout en France, « représente une vraie plus-value pour un territoire et la mise en place de sa politique sociale. Il crée une dynamique qui fédère les intentions éducatives exprimées par tous les partenaires » selon Annie Léauté.

Cet outil qui permet ainsi de concevoir une politique éducative pour tous les jeunes de 0 à 25 ans, a aussi pour grand intérêt de créer des rencontres, des échanges entre tous les acteurs de cette politique.

Pour aboutir au PEL 2014-2017, de nombreuses réunions de bilan du PEL précédent et des actions ont été organisées durant l’année 2013 avec tous les partenaires sociaux que sont les accueils de loisirs, les élus, les associations, les partenaires institutionnels. Il en ressort notamment que les partenaires se connaissent de mieux en mieux, que les directeurs d’Accueil de Loisirs se sont mis à travailler ensemble, naturellement.

L’objectif fondamental du PEL est de mettre en oeuvre des actions en faveur des enfants de 0 à 25 ans qui ont un vrai sens et de rendre les jeunes acteurs de leur temps de loisir, afin qu’ils soient davantage citoyens que simples consommateurs…

Des orientations et des objectifs clairement définis

Ainsi tout nouveau projet fait l’objet d’une réflexion détaillée et est passé au crible de la grille des orientations et des objectifs généraux du PEL. Et la CdC aimerait que les projets éducatifs de territoire (PEDT) et que les projets mis en place lors des temps d’activités péri-scolaires (TAPS) dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, s’appuient sur ces mêmes objectifs, afin de renforcer la cohérence territoriale des actions éducatives. C’est pourquoi, même si l’application de la réforme relève des compétences communales, la CdC a proposé aux élus de s’appuyer sur ce projet éducatif. Les orientations sont au nombre de trois :

> Favoriser l’épanouissement, l’autonomie et la citoyenneté des enfants et des jeunes ;

> Renforcer la qualité de l’accueil des jeunes enfants ;

> Favoriser le lien social.

Et se déclinent en douze objectifs parmi lesquels figurent en bonne place « favoriser l’accès des enfants à la culture et aux loisirs éducatifs », « encourager leur implication lors des actions menées », « favoriser les rencontres entre jeunes » ou encore les accompagner vers la réussite scolaire…

Mettre en oeuvre un accueil collectif de qualité pour les jeunes enfants, contribuer à leur éveil, mais aussi accompagner les assistantes maternelles dans le cadre du RAM et les parents dans leur fonction éducative dans le cadre du LAEP, sans oublier la vie associative locale, sont autant d’objectifs du PEL.

Pour la mutualisation d’actions ayant un réel intérêt éducatif

La CdC finance au travers du PEL des actions qui ont ainsi un réel intérêt éducatif et complémentaires de celles des communes, qui ne pourraient de plus être organisées à l’échelle d’un seul centre de loisirs : stages artistiques, marionnettes, théâtre, sculpture, vidéo dans les accueils de loisirs… et elle encourage les échanges entre centre de loisirs car les enfants se retrouveront ensuite dès l’école primaire et jusqu’au collège et sauront ce que solidarité veut dire. La notion d’équité est aussi en toile de fond, puisque tous les enfants peuvent accéder à ces offres, comme par exemple lors des séjours adolescents pour lesquels sont prioritaires ceux qui ne sont jamais partis à la montagne ou en vacances, puis ceux qui n’ont pas déjà fait un séjour organisé par la CdC. Tous les jeunes de toutes les communes peuvent en bénéficier.

La CdC organise ainsi des stages en accueil de loisirs en février et en avril, 3 séjours adolescents, des mini-camps d’été en concertation avec les accueils de loisirs dès 4/5 ans, la Fête des Jeux (qui aura lieu cette année le 24 mai à Ars), le Festival de la Petite Enfance (du 19 au 24 mai 2014) « Les P’tits se réveillent ! », la Fête des Associations à la rentrée chaque année.

La future ludothèque, « cerise sur le gâteau », devrait être vite plébiscitée

D’autres actions sont en cours avec la médiathèque de Sainte-Marie, la bibliothèque de La Couarde, le Musée. La « cerise sur le gâteau » pour Annie Léauté sera la future ludothèque prévue pour 2016 sur le site de l’ancienne maison de retraite de Saint-Martin, qui regroupera aussi la future crèche et accueillera le RAM. Cette ludothèque, ouverte environ 15 h par semaine au public prévoira aussi des animations le vendredi soir jusqu’à 23 heures.

« Une telle structure manquait sur l’île de Ré, elle sera dédiée aux jeux pour les bébés, les enfants, les adultes, les seniors, les personnes handicapées et permettra de jouer sur place et d’emprunter des jeux pour la maison et sera porteuse de lien social. Bien entendu, elle pourra accueillir le matin des groupes sur réservation, le CDAIR, travailler avec les accueils de loisirs, les écoles. Là où elles existent, les ludothèques sont plébiscitées par les populations » précise Annie Léauté.

Enfin, la CdC entend organiser un café des parents dans les crèches, deux ou trois fois par an, afin de favoriser des échanges autour d’un thème et d’un professionnel.

Les enfants rétais ont au final des offres culturelles et de loisirs riches, complémentaires selon les structures et qui permettent un maillage social intéressant.

 

Les enfants scolarisés en 2014 *

1165 enfants dans les écoles primaires, maternelles et élémentaires auxquels il faut ajouter les 22 enfants du Jardin d’Éveil de La Flotte et les 60 enfants de l’École privée Sainte-Catherine

550 enfants au Collège de la 6ème à la 3ème

* Source : Éducation Nationale

 

 

Le budget PEL (y compris associations) de 332 700 € se répartit ainsi :

Enfants : mini-camps, stages, actions culturelles, Fête des Jeux, Semaine Petite Enfance, Fête des Associations – 67 000 €

Subventions éducatives et crèches : 150 700 € (y compris les subventions à des associations comme Ré Clé ré ou la Tête dans les Nuages…)

Séjours adolescents : 57 000 €

Transports : locations des minibus : 58 000 €

 

Propos recueillis par Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Jess
    Publié le 13 mai 2015

    Bonjour,

    Je suis ravie du projet de création d’une ludothèque sur l’île de Ré!
    Moi même ludothécaire et formée aux projets de création et d’aménagement de ludothèque, je serais intéressée de participer à ce projet et de d’y postuler une fois abouti. Pourriez vous m’indiquer à qui puis je m’adresser pour de plus amples informations s’il vous plaît?
    Cordialement. Melle Imbert Jessica.

    Répondre
    • Ré à la Hune
      Publié le 13 mai 2015

      Bonjour,
      Nous vous invitons à contacter la Communauté de Communes : 05 46 09 00 97 ; accueil@cc-iledere.fr
      Cordialement.
      L’équipe de Ré à la Hune