Environnement

Exclusivité

Un morceau de jambe humaine découvert sur la côte sauvage de Saint-Clément

©patriciaplancoulaine
Publié le 24/04/2019
Noter cet article

La promeneuse ayant fait cette découverte relate précisément les faits en exclusivité pour les lecteurs de Ré à la Hune.

« Lundi 15 avril, vers 13 heures, je décide d’aller faire une balade accompagnée de mon chien Gino ; stationnant mon véhicule devant le camping municipal de Saint-Clément des Baleines, rue de la Forêt, j’emprunte un petit chemin menant à la mer ; Après avoir fait quelques pas sur la digue, je descends sur la plage grâce à un escalier mis en place pour la saison. Comme à son habitude, Gino marche devant moi ; je le vois soudain courir vers la droite et escalader les rochers, je décide de le suivre, car malheureusement, pendant l’hiver, il m’a déjà guidé vers un dauphin échoué dans les pierres.

Voici l’endroit précis où j’ai découvert
le morceau de jambe humaine.

Quelle n’est pas ma surprise, lorsque je découvre une jambe humaine, les os apparents et encore chaussée d’une chaussure montante : le pied semble intact et une fine chaussette le protège. J’appelle immédiatement mon chien qui n’a pas eu le temps d’y toucher, je vois bien qu’il s’agit de la jambe gauche, bien que la pointe du pied soit tournée vers le bas, la chaussure prise dans les rochers bloquant la jambe. L’effet de surprise passé, je fais un aller/retour chez moi pour aller chercher un appareil photos. Vers 16 heures, je me rends au bureau de la police municipale du village mais il est fermé : sur les conseils d’une voisine, je me rends à la gendarmerie de Saint- Martin pour signaler ma « trouvaille » et montrer mes photos.

Je rejoins ensuite une brigade présente à Ars, que je conduis sur les lieux de la découverte, le chemin emprunté pour accéder à cette plage n’étant pas balisé. Arrivés sur les lieux, les gendarmes délimitent immédiatement un périmètre de sécurité et me donnent congé, car ils ont prévenu des collègues légistes venant de La Rochelle. Une heure plus tard, en repassant sur la digue je vois sept gendarmes très afférés dans les rochers.

Le véhicule de l’identification criminel
est arrivé sur place dans l’après-midi .

Depuis combien de temps cette jambe était-elle là ? Où est le reste du corps ? Chute d’un bateau, randonneur ? Autant de questions auxquelles les enquêteurs devront répondre ».

Patricia Plancoulaine

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires