Vie politique

Dossier Enjeux et projets

St-Martin : tenir la feuille de route mais aussi s’adapter

Dans le périmètre du Bastion, les panneaux d’alerte ont été renforcés par des projecteurs et obstacles de bois décourageant les envies de cross
Publié le 22/01/2021

Point de cérémonies des voeux des Maires et du Président de la Communauté de Communes cette année, crise sanitaire oblige. Qu’à cela ne tienne. L’équipe de Ré à la Hune a pris son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre des édiles et du Président de la CdC, avec une seule question : Quels sont les principaux enjeux et projets à court et moyen termes de votre commune/de l’intercommunalité ? Tous nous ont accordé de longs et passionnants entretiens. L’île de Ré continue d’aller de l’avant… Vous saurez (presque !) tout en lisant ce dossier, des pages 20 à 30.

 

 

Dans son bureau inondé de soleil, Patrice Déchelette débute la nouvelle année dans un esprit positif teinté de prudence. Conversation libre sur le programme de l’année 2021 et au-delà

Environ 430 000 €. C’est la somme qu’aura coûté l’année Covid à la commune de Saint-Martin. Entre loyers communaux et terrasses non facturées, sans oublier les équipements sanitaires. Soit un peu plus du budget consacré à l’achat du terrain du futur Centre de Secours. Ce n’est pas rien et Patrice Déchelette reconnaît que de fait, certains projets ont été différés. Mais d’autres sont lancés et l’équipe municipale prépare la saison à venir.

Le patrimoine, toujours important

Saint-Martin, commune au riche patrimoine, a toujours sur le sujet un ouvrage à mener. L’année 2021 verra la réfection de La Poudrière, classée Monument Historique mais aussi lieu de vie loué par la commune. « Un dossier abouti », explique Patrice Déchelette, avec un budget d’environ 300 000 € sur lequel la commune bénéficiera d’une subvention. Si certains travaux ont été déjà menés par la commune (toilettes accessibles aux personnes handicapées), il s’agit désormais de réhabiliter notamment toiture et charpente. Toujours fier de sa régie, Patrice Déchelette précise que la porte du bâtiment a également été refaite « à l’identique par le menuisier ». Les travaux débuteront en septembre prochain.

Autre élément majeur du patrimoine, les fortifications Vauban bien sûr, pour lesquelles la commune a demandé un diagnostic sanitaire global à Philippe Villeneuve. « Cela nous permettra de travailler plus régulièrement et de faire un programme d’entretien » explique Patrice Déchelette. L’architecte en chef des monuments historiques rendra son verdict dans quelques mois.

Voirie, le chantier continue

Cela fait maintenant plusieurs années que chaque hiver, la commune poursuit ses travaux sur les rues de la commune. Un vaste chantier mené au fur et à mesure, qui suit son cours cette année avec les rue et impasse des Gabarets, qui n’avaient pas été revues depuis la fin des années 70. « Il y avait encore des tuyaux de plomb pour la distribution de l’eau », précise M. le Maire. Des travaux ont également débuté du côté des rues Carnot et Aristide Briand, relatifs aux réseaux et au pluvial.

Dans les années à venir, le programme continuera son déploiement avec pour exemple le Cours Déchezeaux.

Sécurisé, le Bastion

Certes, ce n’est pas un projet. Mais un sujet qui revient de manière lancinante chaque été, au gré d’accidents dramatiques. La sécurité du périmètre du Bastion a été reprise avec notamment l’installation d’un compteur électrique permettant la mise en place de deux projecteurs à LED sur le côté terre. Côté mer, des poteaux de bois ont été installés afin de faire barrage aux éventuelles initiatives de saut… dans le vide. Ajoutons-y toujours plus de panneaux informant des dangers du site.

Patrice Déchelette l’assure, le maximum a été fait et si d’autres accidents devaient survenir « on ne saurait plus faire ».

L’essentiel, s’adapter

Alors que la situation sanitaire reste incertaine, l’équipe municipale prépare néanmoins l’avenir immédiat.

« L’année 2020 a été très frustrante et nous espérons comme tout le monde un retour à la vie normale », explique Patrice Déchelette. « Nous travaillons donc comme si de rien n’était en vue de l’été », continue-t-il, évoquant la programmation de Jazz en Ré ou encore l’opéra de la place de la République, grand rendez-vous du festival Musique en Ré. « Mais nous ferons bien sûr en fonction des contraintes sanitaires » précise l’élu très conscient de la nécessité de « s’adapter en permanence et d’avancer pas à pas ».

De forts enjeux à venir

Si 2021 ne sera pas une année de grands travaux sur Saint-Martin, des projets majeurs suivent leur cours. L’acquisition effective du terrain dédié marque le coup d’envoi du Centre de Secours, infrastructure très importante pour Saint-Martin et pour le territoire, que Patrice Déchelette « espère pouvoir inaugurer en 2023 ». Autre enjeu, le logement avec un programme annoncé sur le terrain de l’ancienne gendarmerie. « Il appartient déjà à Habitat 17, ce qui simplifie les choses », explique Patrice Déchelette précisant qu’une réunion avec le bailleur social est à venir, celui-prévoyant la réalisation d’une trentaine de logements. « Il faut plus de studios et de deux pièces car nous avons aussi des célibataires et des personnes seules » affirme M. le Maire qui avait déjà fait état de ce besoin lors de la réalisation des logements de l’avenue des Corsaires, dotés de petites surfaces, alors que la règle d’usage des logements à loyers maîtrisés donne priorité aux appartements familiaux. Si Patrice Déchelette ne peut évidemment donner aucune date, il espère néanmoins « pouvoir couper le cordon avant la fin de (son) mandat ».

Déploiement du programme de voirie et entretien continueront à rythmer la vie de Saint-Martin. Au chapitre perspectives, Patrice Déchelette évoque une réflexion sur la Salle des Colonnes et tout le haut de l’ancien hôpital. Car si la première a été entièrement restaurée, les deux étages méritent un traitement analogue et un avenir réinventé. L’élu n’a pas non plus abandonné son désir de revoir un kiosque à musique sur la Place de la République. Des projets qui attendront bien sûr un contexte plus serein.

En attendant, Patrice Déchelette souhaite voir revenir la musique et le théâtre. Après un Noël plutôt réussi avec son marché éparpillé dans les rues du village et une ambiance musicale, le maire de Saint-Martin formule un voeu : « Il faut se souhaiter une année “déCovidée” afin de reprendre une vie normale, autant pour l’économie que pour les relations humaines, et espérer que d’un mal sortira un bien » conclut-il. Nous l’espérons tous avec lui.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires