Vie politique

Conseil municipal du 17 novembre 2021

Sainte-Marie : Conseil municipal très rigoureux

© Pauline Leriche Rouard - Salle des Paradis, un lieu moderne accessible à tous à la location
Publié le 24/11/2021

En perspective de l’année à venir, l’équipe municipale au complet a planché sur des aspects financiers de la vie communale.

Réunie autour de Mme le Maire Gisèle Vergnon, la séance du Conseil municipal du 17 novembre a été animée pour une grande partie par Isabelle Ronté, 1ère Adjointe en charge des Finances. Et pour cause… à l’ordre du jour, beaucoup de chiffres.

Belle unanimité sur tarifs et redevances

L’exercice est long et un peu fastidieux mais il faut en passer par lui.  Un à un, Isabelle Ronté égrène et soumet au vote les multiples postes concernés par les tarifs et redevances communaux.

De la location des équipements sportifs ou de matériel à ceux des salles municipales, du droit de place sur les marchés aux mouillages en passant par expositions, médiathèque, occupation du domaine public, venue de cirques ou manèges, tout est passé au crible avec rigueur.

Au menu, quelques augmentations, sur le droit de place pour la vente itinérante ou la redevance appliquée aux terrasses non couvertes par exemple, ou encore concernant la location de salles municipales, ces modifications de tarifs ne concernant toutefois pas les associations.

Pour rompre avec l’aridité des chiffres, Isabelle Ronté évoque sur la Médiathèque, les 31 000 prêts effectués en 2020 et les 2 400 adhérents, pour la grosse majorité maritais, qui composent son public. Gisèle Vergnon rappelle quant à elle, que seuls les cirques sans animaux sont acceptés sur la commune.

L’ensemble des tarifs et redevances sont votés à l’unanimité des vingt-trois personnes présentes.

Soutien aux associations

Là encore aucun point d’achoppement dans l’équipe municipale, validant à l’unanimité plus de 60 000 € de subventions réparties entre différentes structures. Parmi celles-ci, deux n’avaient rien demandé, l’association des Anciens Combattants et celle des Bleuets de France, auxquelles sont néanmoins attribués respectivement 200 et 150 €. D’autres montants ont été revus à la baisse et deux sont refusés, sur lesquels Mme le Maire apporte des explications.

Le premier refus concerne les 2 700 € demandés par l’AMAP « pour l’achat de tivolis et de chaises pour les marchés », précise Gisèle Vergnon. « L’AMAP est hébergée par la commune depuis sa création en 2006 et toujours gratuitement », continue Mme le Maire s’avouant « très vexée de l’avoir vu partir exercer son activité sur Rivedoux pour la seconde année consécutive, alors qu’aucune demande de salle n’avait été faite ». « N’y aurait-il pas possibilité que cette association se développe sur Sainte-Marie ? », intervient le Conseiller municipal François Léonard, rappelant les enjeux de développement durable. Oui pour Mme le Maire qui confirme son intérêt, mais non pour la subvention. « La demande a été considérée mais c’est un peu dommage car la mutualisation existe », précise Gisèle Vergnon qui a évoqué avec l’association la possibilité de prêt ou encore le recours à La Verdinière.

Autre refus, la subvention demandée par une association de protection animale dont le siège social est aujourd’hui à Sainte-Marie (après avoir déménagé a priori de La Flotte). « Je ne la connais pas », explique Gisèle Vergnon rappelant le partenariat solide existant avec l’association La Côte aux chats pour assurer la stérilisation des chats errants, remboursée sur factures à hauteur de 1 200 € par an. « Pourquoi donnerait-on une subvention ? » reprend Gisèle Vergnon, argumentant pour le respect de la règle de la commune, soit attendre un an d’existence d’une structure avant d’envisager une subvention.

Un chèque Loisirs & Sport pour les jeunes

Cédric Valadon rappelle les grands principes de cette initiative concernant les moins de dix-huit ans, résidents permanents de la commune, élèves ou étudiants. Pour l’année 2022, le Conseiller municipal délégué à la Jeunesse et au Sport propose quelques améliorations : « un élargissement à l’ensemble des enfants relevant du groupe scolaire Louis Gaucher, qu’ils soient résidents maritais ou non », et annonce « une simplification des formalités », avec la suppression de l’obligation de fournir un certificat de scolarité pour les moins de seize ans, et rappelant par ailleurs que le montant de l’aide accordée est étudié selon le Quotient Familial, et qu’elle profite aux associations maritaises proposant des activités tels football, rugby ou encore danse.

Discussion sur les référents de quartier

Après validation des règlements des marchés des places d’Antioche et des Tilleuls ainsi que celui des Halles d’Antioche, place à la démocratie participative et à la mise en place des référents de quartier et de leur charte qu’il s’agit maintenant d’approuver.

Qu’est-ce qu’un référent de quartier ? Véritable relais, il a pour mission de recueillir et transmettre des informations sur son quartier dans des domaines aussi divers que dégradations, dépôts sauvages, incivilités, soucis de stationnement ou voiries, ou encore d’alerter sur la situation de personnes isolées en difficulté pour exemple. Bref, c’est un regard neutre faisant lien entre habitants et commune.

Sur le sujet, le conseiller municipal opposant et conseiller communautaire Didier Guyon a déposé un amendement. Selon lui, la sélection des référents de quartier devrait se faire par tirage au sort. Mais pour Gisèle Vergnon et sa majorité, nulle place ne doit être laissée au hasard. « Il faut bien faire attention aux personnes choisies, il y a beaucoup de règles et de conditions à respecter », argumente Mme le Maire rappelant que « les référents doivent habiter leurs quartiers et respecter certaines valeurs sans être médiateurs ». « Il faut garantir une intégrité des personnes et une très grande confiance », conclut-elle, questionnant Didier Guyon sur le pourquoi d’un tirage au sort.

Le conseiller municipal se réfère au Comité consultatif initié par la CdC. « Cela n’a rien à voir », résume Gisèle Vergnon. Après quelques échanges, le vote de la Charte afférente se soldera par l’abstention de M. Didier Guyon.

D’autres sujets seront également évoqués plus brièvement. Parmi ceux-ci, les conditions sanitaires dictant leurs règles à la vie scolaire et pour le respect desquelles Mme le Maire estime que « la commune se substitue à l’Education nationale », le Noël des anciens, prévoyant le renouvellement de l’opération paniers gourmands « très appréciés l’année dernière » mais aussi un thé dansant le 14 décembre, et enfin le rapport définitif de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la CdC rétaise, celui-ci ayant été adressé à l’équipe municipale en amont. « Le débat est-il clos ? », interroge Gisèle Vergon… « parfait merci », répond-elle au silence qui s’ensuit.

A noter enfin, le rachat validé d’une parcelle située rue de la Ferlandière aux fins de construction de nouveaux logements sociaux.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires