Vie politique

CONSEIL MUNICIPAL DU 29 JUIN

Saint-Clément : l’immobilier au coeur du Conseil

La Commune de Saint-Clément se porte acquéreur du local de l’ancien salon de coiffure Sylvie, situé rue du Centre, afin de favoriser l’ouverture d’un commerce à l’année, utile à la population.
Publié le 18/07/2023

Après la démission de Bruno Vega lors du dernier conseil municipal puis de Brigitte Vrignaud quelques jours plus tard*, le calme semble revenu au sein de la mairie. La plupart des propositions soumises au vote a été adoptée à l’unanimité lors de ce conseil dominé par des questions immobilières.

Il faut sauvegarder les commerces de proximité sur la commune », a à nouveau affirmé Lina Besnier lors de ce conseil municipal du 29 juin.

Acquisition des murs du salon de coiffure

Et c’est au nom de cette cause que la maire de Saint-Clément des Baleines a proposé à son Conseil de se porter acquéreur du local de l’ancien salon de coiffure Sylvie, situé rue du centre. « Sylvie est partie à la retraite et elle ne trouve pas de repreneur. Elle a eu une proposition d’achat par une personne qui veut en faire une boutique de déco, ouverte les week-ends et les vacances… » Ce qui ne convient pas à Lina Besnier. « Pour une petite commune comme Saint-Clément, où il y a très peu de commerces ouverts toute l’année, on se doit d’être attentifs et de préserver nos commerces. »

Un accord à l’amiable ayant été trouvé entre la municipalité et la propriétaire pour l’achat des murs à hauteur de 160.000 euros, Lina Besnier entend donc faire entrer ce local dans le giron de la Mairie au nom du service public. « La priorité est de trouver un coiffeur, sinon on trouvera un autre service ouvert à l’année. On ne peut pas laisser passer un commerce comme ça ». Une proposition adoptée par le Conseil municipal, tout comme la modification du budget intégrant l’acquisition de ce local. Seul Daniel Tassigny, absent et s’exprimant par délégation de voix via Manuel Martineau, a exprimé son scepticisme en rappelant que le local rue de la Boulangerie était resté quasiment trois ans sans locataire, alors même que le remboursement de l’emprunt, quant à lui, a bien eu lieu. Lina Besnier a alors rappelé que « ça a mis du temps car nous attendions de trouver un commerce utile à la commune, mais on avait eu des propositions. C’était notre choix. »

Expropriation suite à “abandon manifeste

Autre bien dont la municipalité devrait être prochainement propriétaire : la parcelle située au 227 rue du Réveil. La procédure d’expropriation suite à l’abandon manifeste suit son cours et devrait prochainement prendre fin. Le projet simplifié est mis à disposition du public jusqu’au 4 août 2023, disponible sur place à la mairie ou en ligne sur le site de la mairie. A l’issue de cette période, il pourra être transmis au préfet. Une estimation porte la valeur du bien à 60.000 euros pour ce petit local qui nécessite beaucoup de travaux. Les termes du dossier d’acquisition publ ique ont été approuvés à l’unanimité lors de ce conseil.

Dernier point immobilier abordé le 29 juin : la convention relative à l’aide financière du Département permettant la création d’un logement communal à loyer libre 62 rue du Figuier. 14.000 euros de subvention avaient été accordés pour l’acquisition de ce bien, et maintenant ce sont 17.500 euros qui, selon les termes de cette nouvelle convention, pourront être accordés pour réaliser les travaux.

Furent également acceptés lors de ce Conseil le projet de convention pour le logement des travailleurs saisonniers entre l’État et la Commune, et la convention entre la Communauté de Communes de l’île de Ré et la Commune pour la mise à disposition d’un minibus. Dernier point abordé : la désignation d’un nouveau membre de la commission municipale « urbanisme ». Suite à la démission de Brigitte Vrignaud, une place était vacante au sein de cette dernière. Gildas Jacquot s’est porté candidat et sa proposition a été acceptée à l’unanimité.

*Lors du Conseil municipal du 1er juin, le conseiller municipal Bruno Vega avait présenté sa démission, évoquant des désaccords de méthode avec la maire. Brigitte Vrignaud, quant à elle, a présenté sa démission par courrier le 6 juin.

Aurélie Bérard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires