Aide et humanitaire

Solidarité sociale

Rivedoux se met à l’Heure Civique

© Nathalie Vauchez - Rien de tel qu’une photo de famille pour immortaliser le lancement du dispositif « L’Heure Civique » à Rivedoux-Plage.
Publié le 21/03/2022

C’est en présence de Sylvie Marcilly, présidente du Département et d’Atanase Périfan, président de la Fédération européenne des solidarités de proximité et créateur de l’association « Voisins Solidaires », que Patrice Raffarin, maire de Rivedoux, a donné le coup d’envoi du dispositif de « L’Heure civique » dans sa commune.

Immensément heureux » d’accueillir la présidente du Conseil départemental, Patrice Raffarin a souhaité rappeler que la commune de Rivedoux « cultive une tradition de solidarité », mais qu’avec les contraintes de la crise sanitaire, la vie associative s’est quelque peu essoufflée, même si elle a permis de redécouvrir une solidarité de proximité. D’où le souhait des élus rivedousais d’entrer dans « L’Heure Civique », qui sera coordonnée sur la commune par Marie-Françoise Bernard, élue rivedousaise déléguée au lien social et à la qualité de vie.

Une solidarité de proximité…

Nous avons déjà eu l’occasion de présenter dans nos colonnes ce dispositif (lire sur realahune.fr) initié par l’Association « Voisins Solidaires » et lancé en octobre 2021 par le Département de la Charente-Maritime en partenariat avec l’Association des Maires du département. Celle-ci vise à encourager les habitants à offrir une heure par mois de leur temps pour une action de solidarité en faveur d’un voisin ou d’un habitant de leur commune.

La crise sanitaire a généré un important élan de solidarité de la part des citoyens. Pour que la solidarité soit efficace et perdure, elle doit reposer à la fois sur la solidarité naturelle (famille, amis), la solidarité organisée (institutions, associations, etc.) et la solidarité spontanée, informée (voisinage). La proximité constitue un facteur de réussite important.

… encouragée et organisée

Le dispositif imaginé et proposé par Atanase Périfan est simple et de bon sens, il vise à favoriser et accompagner toutes les bonnes volontés, à créer une dynamique et organiser le bénévolat grâce à l’outil numérique.

Acteur de premier plan des solidarités sociales sur le territoire, le Département de la Charente-Maritime, sous la présidence de Sylvie Marcilly, a été le premier à se lancer dans ce dispositif en association avec « Voisins Solidaires » et l’Association des Maires du 17, comme l’a souligné Atanase Périfan. A ce jour, 72 villes en France ont adhéré au dispositif, dont 53 en Charente-Maritime, rassemblant 1880 volontaires inscrits dans notre département. La Vendée, la Mayenne, la Somme, le Loiret… « Sylvie Marcilly sera notre future ambassadrice de l’Heure Civique » a annoncé l’initiateur du projet.

La Charente-Maritime, figure de proue

Alexandre Grenot, vice-président du Département en charge de la Jeunesse et de la Citoyenneté, qui fait le tour de la Charente-Maritime avec Atanase Périfan pour promouvoir ce dispositif a dit combien celui-ci relève du simple « bon sens paysan. Je suis agriculteur, avant la solidarité était naturelle, elle l’est de moins en moins. Il faut relancer la dynamique de générosité que la crise a créée. Souvent les volontaires de « L’Heure Civique » sont des habitants qu’on ne voit pas trop, vous serez étonnés de voir que ce sont des personnes discrètes. »

« Je suis convaincue de l’effet bienfaiteur du dispositif. Il est aussi important que nos jeunes s’ouvrent sur leur environnement, y compris immédiat, et ne se renferment pas dans leur monde d’écrans. Je suis fière des derniers chiffres de la Charente-Maritime et de cet élan de générosité. », a estimé Sylvie Marcilly.

D’autres communes de l’île de Ré envisagent d’adhérer au dispositif de « L’Heure Civique », parmi lesquelles La Flotte, dont le Maire, Jean-Paul Héraudeau, sa 2e Adjointe Annie Bergeron en charge notamment du social et l’élue en charge de la communication, Véronique Bichon, étaient présents à Rivedoux.

Pour s’inscrire :
rivedoux.lheurecivique.fr

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires