Patrimoine

Culture et loisirs

Renaissance d’un lieu historique : le fort La Prée

Une vue aérienne du fort
Publié le 24/07/2019
Renaissance d’un lieu historique : le fort La Prée
5 (100%) 1 vote[s]

Accroché à un promontoire rocheux, le fort La Prée n’est que discrètement visible de la route allant de Rivedoux à La Flotte et l’on imagine mal le rôle capital que cet ouvrage militaire, le plus ancien de l’île, a pu jouer dans l’Histoire de France.

La décision de Louis XIII de construire le fort La Prée en 1625 se prend dans une logique de reconquête de l’île alors sous domination protestante. La construction ne prendra qu’une année ; menée par les ingénieurs d’Argencourt et Le Camus, elle utilise les pierres de l’abbaye des Châteliers, détruite deux ans plus tôt, et complètera avec des pierres issues des carrières de Crazannes.

Louis XIII et Richelieu, désireux d’asseoir le pouvoir catholique sur la région, souhaitent que leurs forces encadrent La Rochelle en s’appuyant sur Ré. L’île est l’indispensable base arrière pour le futur siège par lequel ils comptent défaire la ville protestante et qui aura lieu de septembre 1627 à octobre 1628. Encerclés par huit mille Anglais depuis juillet 1627, Jean de Caylar de Saint-Bonnet, seigneur de Toiras, gouverneur de l’île, va subir un long siège éprouvant dans la citadelle de Saint-Martin. Le 7 octobre, Louis XIII ayant décidé de le faire ravitailler lui envoie également 800 hommes qui, débarquant par une nuit sans lune, se cacheront dans le fort La Prée avant de prendre à revers, sous le commandement de Toiras, les soldats de Buckingham.

Toiras, vainqueur, offre à la France une victoire décisive, car si Buckingham avait réussi à garder la citadelle, La Rochelle n’aurait pas été prise par Richelieu, ni l’Édit de Nantes révoqué !

Un rôle de forteresse secondaire

Le règne de Louis XIV verra différents remaniements du fort, principalement en raison de sa petite taille et de sa vulnérabilité au manque d’eau potable solutionnée par la création de trois grandes citernes installées sous la place d’armes. Vauban, venu contrôler les fortifications de l’île en 1681, qualifie cet ouvrage militaire de « fort d’opérette » à cause des défauts de construction qui le rendent vulnérable. Il entreprend de le modifier, rasant le système défensif extérieur, mais conservant néanmoins le petit port d’une facture totalement novatrice en ce XVIIe siècle. Avec l’édification de la nouvelle citadelle de Saint-Martin, le fort La Prée ne jouera plus, cependant, qu’un rôle secondaire. Longtemps abandonné, le fort est réarmé en 1793, alors que la menace anglaise se renouvelle. L’ouvrage sera déclassé en 1934.

Petits et grands en costume d’époque pour l’animation « Entrez dans la peau d’un mousquetaire ».

De nos jours

Au moment de la Deuxième Guerre mondiale, l’intérêt que présente la situation stratégique de cette forteresse n’échappe pas aux Allemands qui l’occuperont et le baptiseront batterie Bertha. Plus tard, destitué de ses fonctions militaires, le fort La Prée est vendu à l’oeuvre des Pupilles de l’École Publique du département de l’Eure et abritera ses colonies de vacances de 1950 au milieu des années 70. Puis, l’État le vendra au CNOSAP (Comité National des OEuvres Sociales de l’Administration Pénitentiaire), toujours propriétaire des lieux, qui en assura la restauration de 1981 à 1987 grâce à une initiative enrichissante. Ce sont en effet les détenus de la Maison Centrale de Saint-Martin qui viendront sur place assurer les travaux de rénovation sous le contrôle de spécialistes des Monuments Historiques. Sans leur travail, l’endroit n’aurait jamais pu être récupéré. En contrepartie, on leur enseignait un métier et on leur apprenait à travailler ensemble. Une évasion mettra fin au processus en 1987 ; seuls seront désormais autorisés à venir travailler les détenus libérables dans l’année. Des chantiers de bénévoles du patrimoine se sont ensuite succédé et ont permis la restauration de plusieurs bâtiments. Le fort est classé Monument Historique en 2008.

Depuis 2013, le fort est régulièrement ouvert au public à qui il propose de vivre de l’intérieur ces quatre cents ans d’histoire en visitant la chapelle, les salles d’armes, la poudrière, les expositions permanentes et en admirant la vue depuis ses remparts et chemins de rondes.

Sonjia Lesaigle, responsable du fort depuis 2016, consacre toute son énergie à lui redonner vie, aussi bien à travers des activités culturelles de qualité que des animations pour enfants. Le lieu est, de plus, un formidable décor pour le théâtre et la compagnie Amazone de Laurence Andreini-Allione s’y produit régulièrement. De nouvelles animations voient le jour chaque année, telle récemment la reconstitution d’un bivouac napoléonien avec le 16e régiment d’infanterie légère. Parmi les expositions avec animation, grands et petits raffolent d’« Entrez dans la peau d’un mousquetaire » qui leur permet de revêtir les vêtements de cette célèbre garde du roi. Les familles ne sont pas oubliées et les « Mardis Fort » leur proposent une chasse au trésor pour parents et enfants. Ce cadre exceptionnel est très apprécié des futurs mariés qui peuvent le privatiser le week-end, de la mi-mai à fin septembre, pour leurs réceptions.

De jour, ou en nocturne, le lieu est à découvrir !

Programme des activités du fort La Prée

Visite guidée (durée 1h15) à 10h30 et 16h les jours d’ouverture (réservation conseillée)

Prochaines lectures théâtralisées de la compagnie Amazone : 17 septembre, 8 octobre de 19h30 à 20h30 (10€/pers, réservation conseillée)

Stage Théâtre avec la compagnie Amazone du 19 au 22 août (140€/pers)

Les expositions : « Les mousquetaires du roi » avec en parallèle de l’exposition, l’animation « Entrez dans la peau d’un mousquetaire ».

« Sur la route des forts en Charente-Maritime »

« L’occupation de l’île de Ré durant la Seconde Guerre mondiale »

Depuis 2018, le Musée des Graffiti est installé au fort et la nouveauté de cette année est « Mémoires de Prison », une exposition réalisée avec l’ENAP ‘École Nationale de l’Administration Pénitentiaire d’Agen.

Les « Mardis Fort » Chaque mardi, de 14h30 à 16h30, en juillet et août, la découverte du fort se fait en famille, dans le cadre d’une chasse au trésor géante. Un minimum de quatre personnes est nécessaire pour participer. Réservation indispensable. Tarif : adulte 6,50€, enfant 5€, pack famille 20€.

Visite du fort en soirée avec « Le conteur de l’histoire » de 20h30 à 22h (8€/pers, sur réservation) : 23 juillet, 13 août, 3 septembre.

Modalités pratiques : www.fort-la-pree.com

Réservation : 06 87 21 90 29 – 05 46 09 73 33

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires