Territoire

AG du CAUE 17

AG du CAUE 17 présidé par Léon Gendre. Le comitté d'urbanisme, d'architecture et d'environnement oeuvre pour préserver le style de l'île de Ré

« Relire les caractéristiques précises de l’architecture et des paysages rétais »

Léon Gendre aux côtés de Michel Gallice, à droite, et de Luc Girard et Jean-Claude Doré, à gauche
Publié le 08/07/2015

Léon Gendre vient d’être réélu, le 30 juin dernier, et pour la 7ème fois consécutive, Président du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de la Charente-Maritime (CAUE 17).

Ancien conseiller général du canton de Saint-Martin, le maire de La Flotte, avec la confiance de Dominique Bussereau et des membres du conseil d’administration du CAUE 17, présidera à nouveau pour quatre ans cette association créée à l’initiative du Département dans le cadre de la loi sur l’architecture de 1977. Lors de sa cérémonie des voeux 2015, la dernière de Léon Gendre en tant que conseiller général, Dominique Bussereau avait déjà laissé entendre qu’il solliciterait ce dernier pour prolonger sa mission au CAUE.

Cohérence et fidélité pour une action sur la durée

Après Michel Fort, le général André Texier et Jean-Louis Léonard, Léon Gendre a pris la présidence du CAUE 17 le 10 juin 1994. Il fut réélu en 1998, 2001, 2004, 2008 et en 2015 pour un septième mandat, sous les applaudissements de ses collègues et membres du Conseil d’Administration. A l’origine de l’organisation actuelle de l’équipe technique, Léon Gendre a apprécié de travailler avec des directeurs remarquables ; successivement Jacques Convert, « un artiste et un caractère », Jean-Michel Thibaut, « un directeur remarquable qui a laissé son empreinte, trop tôt disparu » et aujourd’hui Michel Gallice, « diplomate et efficace, entouré d’une équipe brillante de six architectes, deux secrétaires et un archiviste ».

Une certaine idée de l’architecture

« L’architecture, c’est la culture du beau, l’homogénéité » pour Léon Gendre, qui assure cette mission départementale de manière totalement bénévole, sans indemnité d’aucune sorte et sans frais de déplacement. Sa motivation et son engagement tiennent à l’intérêt qu’il porte aux missions de conseil aux particuliers et aux collectivités de tout le département que dispense le CAUE 17.

« Un bon POS, aujourd’hui un PLU bien préparé, constitue une démarche préventive garante d’une bonne urbanisation. Trop de maires font encore du curatif, et notre équipe est là pour les accompagner dans leurs réflexions, dans l’examen des permis de construire…». Des démarches sensibles qui soulèvent souvent de la contestation : « Trop de contestations tuent les beaux projets, mais il vaut mieux associer les requérants pour faire aboutir un programme ». Philosophe ou réaliste (?) le Président, dont les exigences et le goût des belles réalisations font partie de sa personnalité.

Des missions d’intérêt public

Chaque architecte conseil du CAUE intervient dans un secteur géographique défini. Françoise Forget est ainsi très présente et active sur l’île de Ré. « Ses conseils sont précieux pour la préservation de l’identité rétaise » remarque Léon Gendre. « Le territoire de l’île de Ré est un espace fragile où villages traditionnels et milieu naturel entretiennent depuis toujours des relations délicates et sensibles. Ces valeurs essentielles ont porté la renommée de l’île. Elles demeurent aujourd’hui encore en danger par la pression de l’urbanisme, les enjeux économiques et l’importation sur l’île de modèles, d’images et de matériaux totalement étrangers à notre identité insulaire. Ces dérives ne doivent pas détruire à tout jamais ce qui a forgé l’île de Ré. Le C.A.U.E. 17 nous propose de relire les caractéristiques précises de l’architecture et des paysages rétais, de renouer le lien affectif avec notre environnement, de devenir à son tour le messager de ces équilibres si fragiles qu’ils exigent de la part de chacun de nous la plus grande vigilance ».

En préface de la plaquette île de Ré éditée par le CAUE 17, Lionel Quillet écrit aussi : « L’île de Ré est à plus d’un titre un territoire exceptionnel, dont nous mesurons tous chaque jour la singularité, la richesse et la fragilité. Si chacune des dix communes de l’île est unique par son histoire, son identité et son patrimoine, l’ensemble du territoire insulaire se distingue par une architecture traditionnelle harmonieuse, caractérisée par sa grande simplicité et sa régularité. Elément déterminant de l’identité insulaire, le bâti rétais forme un patrimoine unique qu’il convient de préserver. La Communauté de Communes poursuit son engagement en faveur de la protection et de la valorisation des patrimoines, et souhaite fournir aux usagers un outil indispensable au maintien et à la préservation de la qualité de l’architecture traditionnelle rétaise ».

Par ses conseil architecturaux et ses actions de formation des élus, le CAUE17 oeuvre pour la conservation de notre identité architecturale, en relation avec des décisionnaires sensibilisés et à l’écoute, pour que l’île de Ré reste toujours « la belle adorée » que chantait Claude Nougaro.

 

Ouvrage « La Flotte en fêtes »

Léon Gendre présentera et dédicacera, en avant-première, le jeudi 9 juillet à 18h30 à la Galerie Sénac de Meilhan, à La Flotte, l’ouvrage intitulé « La Flotte en fêtes » qu’il a réalisé en collaboration avec François Blanchard, édité aux Nouvelles Éditions Bordessoules. L’ouvrage sera ensuite disponible en librairie à partir du 14 juillet.

 

Ouvrage La Flotte en fête par Léon Gendre, avec François Blanchard

 

NV

 

Michel Lardeux

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • pepper
    Publié le 14 juillet 2015

    « Si chacune des dix communes de l’île est unique par son histoire, son identité et son patrimoine, l’ensemble du territoire insulaire se distingue par une architecture traditionnelle harmonieuse, caractérisée par sa grande simplicité et sa régularité. Elément déterminant de l’identité insulaire, le bâti rétais forme un patrimoine unique qu’il convient de préserver. La Communauté de Communes poursuit son engagement en faveur de la protection et de la valorisation des patrimoines, et souhaite fournir aux usagers un outil indispensable au maintien et à la préservation de la qualité de l’architecture traditionnelle rétaise »

    Reflexion d’un touriste entendue sur le marché de Rivedoux : »Quant on arrive ici on n’a pas l’impression d’être sur l’ïle de Ré »

    Répondre
  • Jane
    Publié le 4 août 2015

    Tout à,fait du même avis . Quel gachis à Rivedoux!
    Suis arrivée à Rivedoux un soir de début juillet, un magnifique coucher de soleil sur la côte Nord,(Rose et gris) complètement gâché par des lumières bleues sur la jetée On se croirait sur un périphérique d’entrée dans une grande ville.Que du clinquant rien à voir avec l’Ile de Ré.
    Un beau travail a été fait pour dégager la vue sur la mer aussitôt bouchée par une énorme sculpture et une pergola , adieu la vue sur la mer!
    Aucune unité dans ces travaux , aussi bien dans la multiplicité de formes et de matières du mobilier urbain que dans les éclairages publiques, pourquoi n’avoir pas continué avec ces magnifiques réverbères de la rue La fontaine? discrets et de belle facture.
    On peut toujours se consoler en allant fläner dans les villages voisins!

    Répondre
  • inesdalb
    Publié le 29 septembre 2015

    belle réussite entre autres pour la commune de la Flotte , les conseils du CAUE 17 sont extremement utiles voire indispensables pour conserver le caractère architectural du patrimoine bati de l’ile , et faire en sorte que réhabilitations et nouvelles constructions s’ accordent avec l existant ,par contre les contraintes de construire en bordure de voie sur les routes menant notamment à la mer, à l’instar des centres villages paraissent plus contestables ,cette obligation rétréci l horizon et la visibilité particulièrement auprès des intersections ,les sorties de véhicules des propriétés riveraines s’ avèrent très périlleuses notamment en pleine saison vue la densité des vélos ,des piétons ,des véhicules sur ces voies meme si la vitesse en est limitée.

    Répondre