Territoire

Edito n°189

Ré victime de son succès

Publié le 07/05/2019

La nature humaine est ainsi faite qu’elle détruit son propre avenir… Tandis que les élus rétais, d’hier et d’aujourd’hui, ont placé la préservation de l’île de Ré au centre de leur politique territoriale, force est de constater que les pressions sur ce petit bout de paradis ne cessent de croître.

Par des comportements irresponsables, voire cupides – n’ayant pas peur des mots – certains, pour leur simple bon plaisir le temps des vacances, d’autres par recherche du profit, détruisent ce qui fait l’essence même de l’attractivité de l’île. Voulant potentialiser sur les atouts de notre île, à des fins personnelles, de loisirs ou professionnelles, ils tuent eux-mêmes « la poule aux oeufs d’or » et ne semblent même pas le réaliser. Ou ne sont pas assez intelligents pour appréhender le long terme… Après moi, le déluge !

Quelle tristesse d’assister chaque année au spectacle pitoyable de ces prédateurs humains pour qui respect et intérêt collectif ne font pas partie des valeurs fondamentales.

En guise de réponse, soyons nous tous, habitants et acteurs locaux, mais aussi tous les amoureux « intermittents » de l’île de Ré, irréprochables dans nos comportements quotidiens, allons encore et encore prêcher la bonne parole, expliquer, convaincre… avec fermeté mais bienveillance, pour que l’île de Ré ne se transforme pas en vulgaire station balnéaire, dénuée de tout charme.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • greenfrog
    Publié le 9 mai 2019

    Vous avez raison, l’Ile de Ré est un habitat naturel exceptionnel qui attire les touristes justement à cause de son authenticité – restons fermes sur les règles de protection!

    Répondre
  • Jaznklod
    Publié le 9 mai 2019

    C’est pour cela que je suis parti de La Flotte et pourtant un des derniers bastions qui a résisté à cette « pollution » … mais qui a fini par y succomber !
    Ré n’a plus d’âme.
    Ré est devenue pour beaucoup une source de profits (éhontés).
    Rhétais depuis 1969, j’ai quitté cette île il y a presque 3 ans car je ne m’y retrouvais plus, je ne la sentais plus.
    Tout pour le touriste* (qui se moque éperdument des autochtones … et qu’il prend souvent pour des demeurés !) … rien (ou presque) pour les habitants qui ont vu depuis des décennies leur droit de vivre, bafoué.
    …etc. …etc.
    Bravo Nathalie pour cette analyse.
    J.C. AYMÉ
    * à peine a-t-il quitté l’île que les municipalités (même celle de M. Gendre) entreprennent des travaux pour préparer la saison future !!!
    Un comble.

    Répondre
  • Ann’
    Publié le 9 mai 2019

    1000 fois d’accord et si triste qu’il soit besoin de l’écrire…
    Je regardais hier soir un morceau d’émission politique dans laquelle une habitante du Danemark racontait le respect et la confiance qui régnait chez eux, entre eux.
    Si la France pouvait en prendre un peu de la graine, nous n’aurions pas de tels maux/mots…

    Répondre
  • camus
    Publié le 9 mai 2019

    c’est bien vrai ! protégeons notre île elle est magnifique, ne détruisons pas notre patrimoine, soyons vigilants respectons la nature , les plages et les villages……..
    depuis plus de 50 ans je profite affectueusement de l’île de ré , je souhaite à mes enfants et petits enfants de prendre autant de plaisirs que moi

    Répondre
  • Gaufrette
    Publié le 9 mai 2019

    Avant tour que les maires des Communes arrêtent de mutiler les arbres leur coupant les branches n’importe Comment Quand ils ne les abattent pas exempte à côté du credit agricole au rond point de la couarde la mutilation de 6 arbres superbes en des squelettes

    Répondre
  • RECLO
    Publié le 10 mai 2019

    Rétais à temps complet depuis 20 ans, et inconditionnels de l’ile depuis 1947 pour mon mari et 1966 pour ma part, nous sommes absolument d’accord avec vous, mais malheureusement les mentalités n’évoluant pas dans le bon sens, nous craignons que le retour soit difficile, voir impossible. Pourquoi continuer à « faire autant de publicité » pour attirer les touristes, alors que l’ile de ré est en saturation depuis bien des années! nous assistons déjà en ces mois d’avril et mai à voir des cyclistes sur les routes, ils sont en danger!!!! pourquoi ne pas donner dès le passage du pont un flayer à chaque voiture pour signaler L’INTERDICTION IMPERATIVE AUX CYCLISTES DE ROULER UNIQUEMENT
    SUR LES PISTES CONSTRUITES A CET EFFET ,?IL n’y a sans doute pas eu assez de blessés et de morts!

    Répondre
  • bibi
    Publié le 10 mai 2019

    Vous vous en dites ou trop ou pas assez! Quels sont les prédateurs sur l’île de ré ? A quoi devons nous faire attention? Difficile de se positionner!
    Une amoureuse de l’ile

    Répondre
  • Pom❤️
    Publié le 26 mai 2019

    Il est vrai que garder l’authentIcité à ce petit bout de terre n’est pas choses aisée! Surtout à l’heure ou le civisme n’est plus de mise. Ré reste pour moi un refuge, un espace de ressourcement. J’y viens chaque année, depuis 14 ans, la dernière semaine de juin à mi-juillet, ce qui me permet d’éviter le mois le moins agréable.
    Le Gillieux et ses environs restent authentiques et nous y avons des amis du crû.
    J’aime beaucoup votre newsletter qui est le lien parfait tout au long de l’année.
    J’ai trouvé que la rénovation de l’espace autour du Phare des Baleines est superbe et dans l’esprIt du lieu. Le moment de vous retrouver approche et m’en réjouis déjà !

    Répondre