Environnement

Transition énergétique

Ré Avenir : un évènement à valeur d’exemple(s)

Franc succès et public attentif pour le jardin en permaculture
Publié le 29/11/2020

In-extremis avant le second confinement, l’association Ré Avenir a pu mener à terme son premier évènement, les 23 et 24 octobre dernier. Retour sur une soirée et une matinée d’énergie positive

Ces « rendez-vous d’octobre » étaient les premiers pour l’association Ré Avenir qui fêtera ses deux ans en février prochain. Structurés en deux parties, ils avaient pour fil conducteur l’exemple. Il s’agissait de montrer des réalisations concrètes et fonctionnelles en matière de transition énergétique, mais aussi de partir à la rencontre d’autres territoires, d’échanger et de partager. Pour mieux s’inspirer peut-être ou tout simplement pour apprendre. Malgré les contraintes sanitaires l’évènement n’a rien perdu de sa consistance.

A noter, la participation d’élus, Lina Besnier, Maire de Saint-Clément et Vice-Présidente communautaire en charge de la Mobilité,le  Maire de Rivedoux Patrice Raffarin et  Patrick Salez, Conseiller municipal de La Flotte et élu communautaire, ainsi que Sylvie Dubois, Emelyne Chiorozas et Jérôme Dyrende, tous trois représentants de la CdC.

Un film, 7 exemples

En ouverture de ces rendez-vous autour de la transition énergétique, la projection du film « Utopia, à la recherche de l’équilibre » a fait voyager le public à la rencontre de sept îles des quatre coins du monde. Sept petites îles, par nature fortement impactées par les aléas climatiques mais tout aussi soumises aux travers de la mondialisation, ont entraîné les concepteurs et réalisateurs du projet Fanny Rubia et Damien Prenveille dans une très belle aventure humaine qui ne manqua pas de toucher l’assistance.

Inspirant mais aussi révélateur des ressources trouvées par les peuples pour faire face, le film s’est prolongé d’une rencontre avec Fabien et Fanny. Un moment chaleureux de sincérité qui s’est poursuivi par un échange avec Brigitte de Lastelle du Pré, Rochelaise tirée au sort pour participer à la Convention Citoyenne du Climat. Autre expérience, autre richesse, portée par une personnalité enthousiaste, ravie de partager ce temps fort de sa vie citoyenne.

Clap de fin pour une soirée très réussie, organisée avec Ré Domaine culturel – La Maline, et qui n’a malheureusement pu satisfaire toutes les demandes en raison des contraintes sanitaires.

6 visites, autant de réalisations

La météo n’était pas de la partie mais les participants ont néanmoins trouvé dans tous les exemples présentés matière à réflexion et pourquoi pas à application. Pédagogiques sans oublier d’être conviviales, ces visites ont réuni participants et propriétaires ou gestionnaires de sites autour de la même ambition : comment mieux gérer l’énergie. Une démarche écologique rejointe par l’économique. Car moins consommer d’énergie c’est aussi la perspective de dépenser moins.

D’Ars à La Flotte, de la Coopérative des Sauniers à un jardin en permaculture en passant par la Maison du Sénéchal, ces visites ont illustré la diversité des possibles à des niveaux et dans des habitats et structures très différents.

Un public intergénérationnel

De nombreux retraités mais également des trentenaires, les seconds accompagnant parfois les premiers en compagnie des enfants (vacances scolaires obligent), des résidents permanents pour la plupart mais aussi des secondaires et même des non résidents, en provenance de l’agglomération rochelaise… le profil des participants témoigne des préoccupations de notre temps.

Formule réussie pour Ré Avenir, le mix entre projection, débat et visites pragmatiques ayant sans doute contribué à susciter l’intérêt de différents publics. A noter que l’association a été sélectionnée pour participer au Comité consultatif orchestré par la Communauté de Communes, occasion pour elle de participer activement et de défendre ses convictions pour une Ile de Ré en quête d’exemplarité.

Pauline Leriche Rouard

 

Les visites en quelques lignes

A Ars

La Coopérative des Sauniers

Toiture photovoltaïque depuis sa rénovation en 2013. Exemple de rentabilité et d’intégration réussie au paysage. Echange du public avec la société de maintenance et la Directrice.

La Maison du Sénéchal – Ars

Historique, elle a été restaurée avec un système de chauffage par aquathermie (solution qui consiste à puiser l’eau en profondeur). Energie propre et renouvelable qui nécessite un investissement important mais se révèle économique. Présentation réalisée par la société rochelaise INTIS, spécialisée dans les systèmes de production d’énergie durable.

Une maison particulière

Panneaux photovoltaïques sur un abri de jardin installés en 2007, invisibles de l’extérieur. Coût d’investissement modeste (24 K€ subventionné à 50%) qui permet un gain de 1 500 € par an. Un exemple à portée de budgets.

A La Flotte

La station de traitement d’eau du Clos Martin

Créée en 2014 avec 3 objectifs : anticiper la raréfaction de l’eau, recycler une partie des eaux usées pour une utilisation locale, soutenir l’agriculture. La station produit une eau filtrée de qualité A (propre à arroser les légumes consommés crus). Surface irriguée : 50 ha avec une capacité de 113 ha.

Coût initial : 900 K€ – 30K€ de maintenance par an – 20k€ à charge des agriculteurs soit un coût au m3 de 0,70 cts (contre 2,40€ le m3 importé).

Maison particulière de 180m²

Intégralement et exclusivement chauffée et refroidie en été par un système de géothermie, y compris la piscine. Important : l’isolation de la maison est aux normes les plus élevées actuellement. Bilan carbone très favorable. Température régulée à 21° pour une facture énergétique de 800 € par an.

Un jardin en permaculture

La permaculture est un système global visant à créer des écosystèmes en équilibre en s’appuyant sur la nature elle-même. Les cultures sont évidemment écologiques, favorisée par une terre riche d’une biodiversité foisonnante. Une visite qui a réuni les générations.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Martinez
    Publié le 30 novembre 2020

    Bravo

    Répondre