Nature

Photoreportage naturaliste

Protégeons nos Huppes

©mathieu latour
Publié le 10/07/2019
Protégeons nos Huppes
5 (100%) 2 vote[s]

Le soleil annonce la chaleur et la venue d’un des plus beaux oiseaux de notre région. Une espèce à la crête flamboyante, au vol semblable à celui d’un papillon et qui pourtant chasse comme un vrai prédateur. Il s’agit de la Huppe Fasciée (Upupa epops). On la rencontre dans les cultures et les zones ouvertes avec des bosquets, des haies et des buissons. Elle est souvent dans les vignes car elle peut se poser sur des poteaux, un arbre ou un rocher pour scruter les alentours. C’est une migratrice, qui hiverne en Afrique. Sur l’île de Ré, elle est présente de la mi-mars à la mi-septembre, profitant de notre beau soleil pour venir se reproduire et élever ses petits.

Huppe apportant une proie aux juvéniles

La huppe est reconnaissable et ne se confond avec aucun autre oiseau. De la même taille qu’une petite tourterelle, elle possède un plumage orangé, barré de noir et blanc sur les ailes et la queue. Mais sa caractéristique première (qui lui a valu sa renommée) est une huppe orange sur la tête, se finissant par des tâches noires. Son bec est long et recourbé. Il n’y a pas vraiment de différence entre le mâle et la femelle. Son chant mélodieux est fascinant à entendre puisqu’il évoque un coucou : « houpoupou – houpoupou ». Cependant pour communiquer avec des jeunes, elle pousse un petit croassement.

La huppe dréssé, un jeune sort enfin du nid.

L’animal est plutôt farouche et aime se tenir à distance des hommes, mais elle apprécie beaucoup les jardins. Elle y trouve de nombreux gros insectes qu’elle attrape à même le sol en plantant son bec, tel un marteau piqueur, dans la terre. Elle capture ainsi des grosses larves (surtout celles des hannetons et des tipules), des courtilières ainsi que des coléoptères vivant dans les bouses. Les anciens Égyptiens la nommaient ainsi « le purificateur d’Égypte ». La huppe est cavernicole et niche dans les trous d’arbre, dans les cavités des murets de pierre ou encore sous les tuiles des toitures. Il est d’autant plus étonnant que la huppe peut choisir une cavité à l’ouverture très étroite. Elle ne nettoie pas le nid des fientes des jeunes, l’odeur nauséabonde qui s’en dégage éloigne ainsi les intrus. La femelle pond 5 à 7 oeufs même si tous les petits ne survivent pas jusqu’à leur premier envol. Les parents passent leurs journées à ravitailler les jeunes avec des proies. Au bout d’un mois les jeunes s’envolent et sont encore nourris pas les parents avant de voler de leurs propres ailes.

Juvénile dans son nid (une cavitée dans un mur de pierre).

La huppe est un oiseau protégé et cette année la LPO a lancé un comptage des individus sur l’ensemble de l’île. Une trentaine de couples ont été répertoriés nous amenant à une croissance de la population. Mais pour protéger nos huppes, il faut avant tout protéger leurs lieux de pontes surtout les murs de pierres qui leur sont indispensables. Armez-vous de vos jumelles, observez sa vie quotidienne et n’oubliez pas de transmettre vos observations par téléphone à la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO Maison du Fier : 05 46 29 50 74 ).

Ailes déployées

Mathieu Latour

Photographe animalier

Administrateur Ré Nature Environnement

mathieu.latour98@gmail.com

 

Mathieu Latour

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires