Enfants et jeunes

Département de la Charente-Maritime

Prévention, protection et droit de l’enfant en Charente-Maritime

Geneviève Avenard, Sylvie Delcroix et Gabrielle Chouin, lors de la conférence (© Valérie Lambert)
Publié le 18/12/2017

Le Département de la Charente-Maritime, organisait, vendredi 10 novembre dernier, la cinquième journée départementale de la prévention et de la protection de l’enfance.

Une journée qui s’adressait aux professionnels des délégations territoriales du Département (services ASE, PMI et social), du foyer départemental de l’enfance et aux professionnels partenaires (éducateurs, familles d’accueil, magistrats). Lors de la matinale presse qui précédait cette journée, étaient réunis, Geneviève Avenard, défenseur des enfants, vice-présidente du collège chargé de la défense et de la promotion des droits de l’enfant, adjointe de Jacques Toubon, défenseur des droits, Sylvie Delcroix, responsable de projets SOS Villages d’enfants (coordinatrice projet européen sur les droits de l’enfant) ainsi que Gabrielle Chouin, participante au projet européen, conseillère principale d’éducation qui a été accueillie dans son enfance dans un SOS village d’enfants. Le thème principal retenu pour cette journée était « l’intérêt supérieur, les droits de l’enfant et ses besoins fondamentaux ».

Geneviève Avenard a voulu rappeler in-extenso les quatre principes généraux de la convention internationale des droits de l’enfant, soit, le droit à la vie, survie et développement, le droit à la non-discrimination, le droit d’exprimer librement son opinion et le droit de l’intérêt de l’enfant. Une convention qui s’applique de façon universelle à tous les enfants, tout être humain de moins de 18 ans.

La conférence s’est orientée sur la dimension de protection et d’émancipation de l’enfant pour qu’il puisse se préparer à sa vie d’adulte. Madame Avenard souligne le droit à l’information, à l’éducation et surtout plus spécifiquement en direction des enfants en situation vulnérable, de handicap ou séparés de leurs familles. Il faut trouver l’équilibre entre « intérêts des parents, des enfants, des professions partenaires et des institutions ».

Sylvie Delcroix appuie sur le fait que l’intérêt de l’enfant doit être le tout premier droit.

Le Conseil départemental consacre chaque année 66 millions d’euros pour la prévention et la protection de l’enfance. 1700 enfants sont confiés aux servicex du Département, près de 240 mineurs non accompagnés, 920 placés en famille d’accueil, 400 en établissements spécialisés et 1200 font l’objet d’un accompagnement à domicile (500 familles d’accueil sont répertoriées en Charente-Maritime).

Dans notre département, 242 fratries sont actuellement placées, la majorité de ces frères et soeurs sont séparés. Soucieux qu’ils ne le soient plus (un des droits de l’enfant) le Département s’est tourné vers un modèle qui a fait ses preuves depuis plus de 60 ans, celui de « SOS Village d’enfants ». Des maisons construites pour accueillir des frères et des soeurs encadrés par des mères SOS qui apportent l’affection nécessaire à leur reconstruction. Actuellement sont en cours de construction deux villages en Charente-Maritime.

Un premier à Mathasur- Beauvais avec 8 maisons pour accueillir 36 enfants et un autre à Gémozac avec 6 maisons pour accueillir 32 enfants qui seront inaugurés en juillet et septembre 2018. Deux projets chers au département de la Charente-Maritime. Il faut souligner que le Département est formateur d’assistants familiaux, il en recrute 40 par an. Gabrielle Chouin, appuie sur la discrimination subie à l’école pour ces enfants « hors cadre », il est important dit-elle d’avoir une vigilance scolaire, et une urgence à réfléchir pour se poser les bonnes questions, chacun dans son champ de responsabilité.

Les chiffres évoqués plus haut soulignent à eux seuls, l’importance et les enjeux de la prévention et de la protection de l’enfance, une journée par an est-elle suffisante ?

Valérie Lambert

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires