Commerce

Les "troquets" à la Hune

bistro Café du commerce

Pour le café ou l’apéro, on y va tous !

Le Café du Commerce à Ars
Publié le 26/06/2013

Ils sont des endroits de vie, des points d’ancrage dans nos villages, toute l’année, et ce depuis fort longtemps : ce sont les « troquets » de l’île de Ré que nous vous présentons. À l’heure du café du matin ou de l’apéro du soir, les conversations vont bon train au comptoir ou en salle, et tous : gens du crû, Rétais de coeur ou vacanciers s’y retrouvent avec autant de plaisir.

 

Ars-en-Ré

Incontournable Café du Commerce

Sur le port d’Ars-en-Ré Le Commerce, comme il est généralement nommé, fait les beaux jours des estivants qui aiment se prélasser sur la terrasse, en admirant les bateaux qui rentrent et qui sortent dans le bassin. C’est aussi un bel endroit pour prendre tranquillement un verre le soir. Une envie de crêpes, de fruits de mer, de fajitas vous prend, à toute heure il est possible de se faire un petit plaisir.

L’établissement est un des premiers employeurs de Charente-Maritime. L’été, la brigade atteint le chiffre record de 65 serveurs et serveuses, ils se relaient de 8h30 à 2 heures du matin. Quand en plein hiver tout est fermé, et qu’il n’y a pas âme qui vive dans les rues, où se donne t-on rendez-vous pour dîner ? Au Commerce bien sûr ! Si les murs pouvaient parler ils raconteraient les propriétaires qui se sont succédé et les multiples anecdotes, croustillantes ou savoureuses. En 1900, le Cercle, petit groupe d’anarchistes, autour d’Elysée Reclus et de William Barbotin, y avait pris ses quartiers. Dans les années 20, le petit train de l’île de Ré déposait les voyageurs à la gare, juste devant ce qui était alors un hôtel et un café. Avec l’avènement des congés payés, les touristes se mélangeaient à la population locale pour causer pêche ou bateau. Le comédien Alfred Adam en fit l’acquisition en 1962, puis en 1974 Nicole et Jean-Jacques Dumontpallier. Dix ans plus tard Toni et Pierre Ollivier, de retour des uSA en sont devenus propriétaires en en faisant ce qu’il est aujourd’hui, un lieu incroyable. A l’intérieur, l’oeil ne sait où se poser tant la profusion d’objets, de tableaux, de souvenirs de voyages et de compétitions sportives, de photos, est grande. Les nombreuses maquettes de bateaux témoignent du goût pour la mer.

Et cela fait 29 ans que c’est ainsi ! La Jonque est amarée juste en face. Faire un tour dans le Pertuis breton sur ce bateau unique, prolonge la légende du Commerce.

MB

Le Café du Commerce
6 quai de la Prée
17590 Ars-en-Ré
Tél. : 05 46 29 41 57

 

7h du mat’, les Frères de la Côte s’éveillent

Les Frères de la CôteLa vie commence à 7 heures aux Frères » assure un artisan, venu comme chaque matin prendre un café face à l’océan, avant de débuter sa journée. Chaque demi-heure, les clients arrivent par vague, d’Ars-en-Ré et même de Loix. Derrière le comptoir Nadège connaît les us des uns et des autres, pas besoin de passer commande. Même ceux aujourd’hui à la retraite continuent de passer, ils y rencontrent les potes pour tailler une bavette et refaire le monde. Des paroles sentencieuses sont prononcées, les jeux de mots fusent, histoire de se mettre en train dans la bonne humeur.

« Nous sommes les pirates du matin ! » s’amuse un client. Beaucoup se retrouvent pour le déjeuner, un copieux menu ouvrier est proposé : « Qu’est ce qu’on mange à midi ? » questionne l’un.

« Aujourd’hui vendredi, c’est poisson ». Les Frères, c’est comme à la maison… La journée file vite. Entre les promeneurs de chiens sur la digue, les adeptes du jogging sur la plage, les touristes, les pêcheurs à pied, les résidents locaux, il y a toujours du passage. Pour admirer le coucher du soleil, le lieu est unique, idéal, hiver comme été. Les photos crépitent lorsque l’astre se fond dans l’horizon rougeoyant. Il y en a même qui ont déjà vu le rayon vert… Pas besoin de se donner rendez- vous pour l’apéro du soir, on est sûr d’y retrouver quelqu’un que l’on connaît. L’endroit est mythique, il figure dans les guides de France et du monde. L’intérieur du bar est un véritable musée, remplit de photos, de souvenirs, d’oeuvres d’artistes. Quand Janine et Dédé l’ont acheté en 1969, ce n’était qu’une petite cabane en bois, sans eau ni électricité, où ils vendaient bonbons, glaces et sandwichs. Dédé l’a construit en dur en 1970 et lui a donné le nom Les Frères de la Côte. Les festivités, tarots, soirées dansantes sont encore dans les mémoires. Bertrand, Claude et Pierrot ont ensuite créé le restaurant. En 2008, Fabien et véronique, fi ls et mère, ont repris l’établissement. Les Frères perdurent…

MB

Les Frères de la Côte
99 rue de la Grange
17590 Ars-en-Ré
Tél. : 05 46 29 04 54

 

La Couarde-sur-Mer

Une animation quasi-permanente

Bistro Les MouettesC’est encore une affaire familiale qui anime le centre de La Couarde en hiver grâce à son bar, et son hôtel restaurant. Créées avant 1900 par Léon Marmel, Les Mouettes sont tenues par Bruno, ses deux soeurs Valérie et Stéphanie et leurs conjoints, depuis 2005 date à laquelle ils ont repris l’affaire derrière leurs parents.

Le bar est animé à toute heure de la journée, c’est un lieu d’échange où les Couardais se rendent volontiers après le travail pour décompresser et échanger des informations avant de rentrer à la maison. Quant aux ouvriers qui travaillent sur les chantiers et actuellement sur les digues et logent aux Mouettes, ils apprécient de pouvoir suivre les retransmissions de matchs de foot, de rugby, ou bien de tennis à Roland Garros tout en dînant dans une ambiance chaleureuse.

En hiver les jeunes Couardais viennent jouer au billard, au baby foot et au flipper, les deux premiers étant remisés en saison pour laisser de la place à la nombreuse clientèle. Les animations ne manquent pas et comportent régulièrement des soirées à thème éventuellement suggérées par la clientèle. Ces derniers mois au-delà de la traditionnelle soirée Beaujolais primeur, les soirées Western, Tapas et Portugaise se sont déroulées avec succès. L’hiver dernier, la salle de restaurant a été totalement relookée et un charmant patio créé avec un second bar permettant d’accueillir des soirées privées et… les fumeurs. Ouvert du 1er janvier au 31 décembre, l’endroit ne ferme que le dimanche après-midi en hiver. L’équipe a osé fermer une fois une journée entière, un dimanche, mais devant les réactions de la clientèle le jour suivant, elle a promis de ne plus recommencer.

CB

Les Mouettes
28 Grande Rue
17670 La Couarde-sur-Mer
Tél. : 05 46 29 90 30

 

La Flotte

Le Saint Georges, l’intemporel

Le St Georges à La FlotteLe Saint-Georges, sur le port, est indéniablement une des institutions flottaises. un de ces lieux, qui au fil des décennies a su s’imposer comme une étape incontournable pour tous les villageois. Renommé ainsi depuis 1994, il n’est pas rare d’entendre encore son ancien nom évoqué au comptoir. Car pour certains il ne sera jamais que Le Moderne. Ce troquet qui trône sur le port du village depuis plus de 50 ans, et qui a vu défiler des générations de flottais. Tous se plaisent encore à s’y retrouver autour d’un café ou d’un verre de vin. Aux alentours de midi, « l’heure de pointe », on débat sur l’actualité rétaise autour du zinc, et les vielles connaissances se remémorent les anecdotes liées à l’établissement. Chacun y va de son histoire. On évoque les personnalités qui ont façonné la commune, celles qui en sont encore des acteurs, et les légendes locales.

Les différents gérants, dont Catherine et Jean-Michel, derniers en date, ont tous su conserver l’esprit familial et bon enfant qui a fait la réputation du lieu. L’été, la population estivale se mêle aux habitués et apprécie cette ambiance de village, authentique, qui leur permet d’être au coeur de l’histoire (avec un « petit h ») rétaise.

LP

Le Saint-Georges
10 quai de Sénac
17630 La Flotte
Tél. : 05 46 09 60 18

 

A la bonne franquette

bistro5À l’entrée des Portes, le bar de l’hôtel-restaurant L’Émeraude, difficilement dissociable du restaurant puisqu’ils sont installés dans une même grande salle, est ouvert à l’année. Cette entreprise familiale dirigée par Nadine Massé, aidée de ses fils Sébastien et Cyril, a ouvert ses portes en 1997.

En hiver, le bar est un endroit chaleureux où les habitants des Portes aiment à se retrouver pour discuter et visionner la retransmission des événements sportifs sur le grand écran de télévision. À l’apéritif, si vous avez un petit creux on vous proposera quelque chose à grignoter. De nombreuses animations sont organisées dont des soirées billard, des parties de fléchettes électroniques et d’octobre à mars, le bar ne désemplit pas. À partir de Pâques, les collègues des Portes ouvrent leurs établissements et la clientèle d’hiver baisse, par contre le passage augmente. Le bar est fréquenté par les artisans qui viennent du continent pour réaliser des chantiers d’une semaine ainsi que par des voyageurs de commerce. Ils résident alors à l’hôtel ouvert depuis juin 2007 et apprécient de trouver un peu de chaleur humaine au bar en soirée, avant et après le repas qu’ils prendront au restaurant ou à la pizzeria au feu de bois créée l’an passé.

L’accueil chaleureux et l’ambiance conviviale sont particulièrement appréciés de ces clients qui restent éloignés de leurs domiciles plusieurs jours d’affilée. En saison, les jeudis soirs attirent beaucoup de monde : le dîner est accompagné d’un orchestre, différent chaque année et qui joue jusqu’à minuit.

CB

L’Émeraude
21 avenue du Haut des Treilles
17880 Les Portes-en-Ré
Tél. : 05 46 29 59 54

 

Rivedoux-Plage

La Chaloupe

Bistro La ChaloupeIncontournable depuis près de 40 ans sur le port de Rivedoux-Plage, « La Chaloupe » est une escale atypique et chaleureuse, à la cale du platin, avec vue imprenable sur la baie.

Ce bar restaurant en bord de mer a été ouvert en 1974 par Alain et Marie Trouillon. « Mon grand-père possédait une écurie à l’entrée du port de Rivedoux, à la cale du Platin. Il disait toujours : c’est l’endroit idéal pour vendre des huîtres et du vin blanc aux Parisiens », raconte Alain. Précurseurs à l’époque, ils en feront un lieu animé en produisant des concerts en soirée. Fidèle à sa réputation de convivialité et d’ambiance, La Chaloupe est une adresse de bord de mer très appréciée des Rétais et des touristes. Dirigée par Antoine Cornic et Philippe Chéron, deux bretons rétais d’adoption, ce bar restaurant propose un choix de plats naturels et authentiques selon les arrivages quotidien du marché et des pêches des bateaux coureauleurs, que vous dégustez sur la terrasse ouverte sur la mer. Avec une très belle salle panoramique à l’étage, avec vue sur le port, la baie et le pont, la Chaloupe organise aussi des séminaires, fêtes ou réunions familiales.

Et pour que la fête soit complète, la Chaloupe produit en soirée, des concerts annoncés et très prisés avec des groupes dans différents genres musicaux. Ambiance garantie !

ML

La Chaloupe
104 avenue Albert Sarrault
17940 Rivedoux-Plage
Tél. : 05 46 09 87 84

 

Saint-Clément-des-Baleines

Café du Phare, 24ème saison

Café du phareDidier Babeuf et Jean Pajot, Casserons de souche, ont débuté l’aventure en 1990. « Sans tomber dans le régionalisme, il faut constater que peu de Rétais sont restés sur l’île pour habiter, travailler, monter leur entreprise, et qu’elle dure. Nous en sommes très heureux » conviennent-ils.

Au fil des années, l’établissement a évolué. La terrasse a été aménagée, le contenu des assiettes s’est adapté aux goûts de la clientèle. Toutefois prévalent la simplicité, des prix accessibles avec un premier menu à 14 €, une ambiance bon enfant, pas de clinquant, à l’image de la personnalité des propriétaires. La table est prisée, les produits travaillés en cuisine sont tous frais. Preuve du monde qui fréquente Le Café du Phare, le rythme est soutenu. À l’apéro du soir, les habitués s’y retrouvent volontiers. Ça discute culture, politique, et beaucoup de la mutation de l’île de Ré. Normal, les patrons sont Rétais, ils ont connu en direct les événements marquants du territoire. Ils aiment le jazz, diffusé en fond sonore. Jean joue du saxo avec ses copains musiciens d’Ars-en-Ré. En août, lors du Festival Jazz au Phare, les soirées y sont mémorables, le lieu s’y prête bien. On se croirait dans un bistrot de la Nouvelle-Orléans, avec boeufs de musiciens au milieu d’un public exalté. L’hiver les résidents permanents apprécient le bon manger et l’amicale convivialité. Les murs sont couverts de photos anciennes de l’île de Ré, issues des collections personnelles des propriétaires qu’ils commentent volontiers. Les pêcheurs de l’écluse à poissons Mouffet, en contrebas sur la mer, y passent pour raconter leurs exploits ou leurs déconfitures. On est ici, au pied du Phare des Baleines, lieu le plus visité de l’île, dans un endroit pourtant incroyablement calme. Au bout du monde, en fait ! En février, lorsque les premiers rayons de soleil pointent, prendre un verre la tête appuyée sur le mur avec pour perspective le phare, est un moment qui ne s’oublie pas. Les volets du Café du Phare sont verts, la vraie couleur rétaise.

MB

Café du Phare
99 ch. du Pas du Nord – Le Gillieux
17590 Saint-Clément-des-Baleines
Tél. : 05 46 29 46 66

 

Sainte-Marie-de-Ré

Un sympathique lieu de vie

Les Tilleuls à Ste Marie de RéLes Tilleuls sont un endroit totalement atypique. Ouvert il y a une dizaine d’années, le lieu, relativement récent comparé aux piliers que sont le Café du Commerce ou Les Colonnes, a su prendre sa place, essentiellement par son originalité et son emplacement.

Les Tilleuls, ce sont désormais deux terrasses dont l’une trône sur la place du marché, deux salles de restaurant, l’une au rez-de-chaussée scindée en petits univers de charme, l’autre à l’étage et puis le patio pour lequel on est prêt à n’importe quelle bassesse pour y déjeuner ou y dîner. C’est aussi une équipe jeune, gentiment rigolarde, qui sous la houlette d’Eugène est aux petits soins pour la clientèle qu’elle chouchoute. Ce que l’on croyait au départ une décoration faite de bric et de broc a su, au fi nal, créer son propre style avec, quand vous y regardez de plus près, de très belles pièces venues de tous horizons et plein d’idées déco qu’on se réapproprie. Ouvert dès 9h le matin, on s’y arrête pour un café-croissants, en terrasse s’il fait beau, sinon l’intérieur chaleureux et discret est là pour vous accueillir. À midi et en début de soirée, on y prend l’apéritif en dégustant une chiffonnade de jambon pendant que des messieurs de passage, en compagnie de dames également de passage, profitent du charme du patio pour siroter un martini. C’est cela Les Tilleuls, toujours un coin discret pour déclarer sa flamme ou s’entretenir des prochaines élections municipales.

En dix ans la carte a évolué et l’on est passé d’une crêperie sophistiquée à un petit restaurant dont Franck Gentil, le nouveau chef depuis septembre a totalement changé l’ordinaire et propose d’excellents plats du jour à prix raisonnables ainsi que 4 menus dont le premier démarre à 9,50 €. Qui dit mieux ? Et puis, mais c’est un peu tard pour vous le dire, tous les vendredis soirs ils reçoivent un groupe de jazz-blues. Les Tilleuls sont devenus au fil des années un endroit de vie, différent de ce qu’offre l’Escale, mais très complémentaire.

CB

Les Tilleuls
9 cours des Jarrières – La Noue
Tél. : 05 46 30 02 76

 

Saint-Martin-de-Ré

Sur les hauts de St-Martin : « l’Acropole Bar »

barCréé par Ernest Ferru dans les années 1880, il est probablement le café le plus ancien de Saint-Martin-de-Ré, voire même de l’île de Ré. Situé à l’angle de la place Gambetta et de la rue Bailly d’Aulan, le « Café du Cercle » est resté la propriété de la famille Ferru-Jullié pendant plus d’un siècle. Et bien qu’à deux pas de l’église, on n’y servait pas du vin de messe ! Il devait son nom au fait qu’il était le lieu de réunion de la garnison de Saint-Martin. Encore aux environs des années 1950, le « Café du Cercle » faisait office de tabac et d’épicerie.

De « Café du Cercle », il devint « Café du Centre » et depuis 2011, l’« Acropole Café ». Ses actuels propriétaires, Fabienne et Claude Dhont, successeurs du couple Lelièvre, bien que désireux de changer le nom de l’établissement, n’en n’ont absolument pas changé l’esprit. Bar, snack, tabac, dépositaire de tous les jeux de la Française des Jeux, l’« Acropole Café », ouvert à l’année, est principalement fréquenté par une clientèle rétaise d’habitués.

Ambiance familiale assurée, et avec un patron fan de fleurs et d’oiseaux, couleurs vives et chants d’oiseaux en terrasse ravissent à l’heure du café ou du thé les petites dames du voisinage.

JPP

L’Acropole Bar
2 rue Bailli d’Aulan
17410 Saint-Martin-de-Ré

 

12 ans seulement, mais déjà toute une histoire

Bistro du MarinLe Bistrot Marin », créé en 2001, c’est une histoire de rencontre, d’apéro entre copains.

C’est donc lors d’un apéro que Jean- Claude Arnaud apprend que Patrick Harteveld allait bientôt avoir une maison à vendre sur l’îlot. Ce à quoi il lui répond que le jour venu, il pourrait être intéressé, et ce jour est venu très vite. Jean-Claude a donc acheté la maison, idéalement située sur l’îlot de Saint-Martin, un peu à l’écart de la foule, cela sans trop savoir ce qu’il allait en faire au départ. En apprenant qu’une licence 4 était à vendre dans Saint-Martin, l’idée d’en faire un bistrot a germé. Encore fallait-il avoir l’argent pour l’acquérir.

Parlant de cette opportunité à Pascal Ravigné et à sa compagne Marie, rencontrés lors d’une soirée chez une amie commune, ceux-ci décidèrent de m’aider financièrement. De cette association est donc né « Le Bistrot Marin ». D’accord sur le fait de faire un lieu simple, convivial ; un « bistrot » ayant une âme où l’on ne servirait que des produits frais. Et dieu sait si en matière de bistrots marins, ils s’y connaissent, pour en avoir fréquenté bon nombre, au gré de leurs pérégrinations !

Ils se répartissent les tâches : Pascal est chargé de donner une âme au lieu, ce qu’il fait notamment en accrochant aux murs des tas d’objets hérités de ses aïeux islandais, et tient le bar les premières années, tandis que Jean-Claude se charge de la gestion, de l’intendance et du quotidien, remarquablement aidé alors par Pépette.

Même relooké en 2012, la suite de l’histoire ne varie pas : une fréquentation soutenue hiver comme été, tant par les Rétais que par les vacanciers parisiens « branchés », une ambiance unique dans un cadre authentique et original, bref, un vrai lieu de vie et d’échanges, un lieu désormais « incontournable » de l’île de Ré.

JPP

Le Bistrot Marin
10 quai Nicolas Baudin
17410 Saint-Martin-de-Ré
Tél. : 05 46 68 74 66

 

Une centenaire qui se porte bien : « Les Colonnes »

Les Colonnes à St Martin de RéAu tout début de la longue saga familiale des Cochard, ce qui nous transporte à l’aube du 20e siècle, en 1906, Marcel et Madeleine Cochard décidèrent de venir tenter l’aventure commerciale quai Job Foran à Saint-Martin-de-Ré en achetant le Café des Colonnes.

À cette époque, on était très loin de la physionomie actuelle du port dont l’activité économique s’adresse aujourd’hui plus particulièrement aux vacanciers et touristes de passage. En lieu et place des boutiques, banques et restaurants qui désormais jalonnent les quais se dressaient de nombreux entrepôts liés à une véritable activité portuaire. Manoeuvres du petit train et haquets transportant les fûts de vin participaient à l’animation du port.

Dix-sept années plus tard, en 1923, Madeleine et Marcel saisissent l’occasion d’acheter l’Hôtel de France à la famille Massin, avec déjà probablement en tête l’idée de pouvoir un jour relier leurs deux établissements qu’un entrepôt séparait.

C’est juste avant la guerre, en 1938, qu’ils y parviendront, laissant ainsi à leur fils Jean-Lou et à leur belle-fille Danièle, l’heure de la retraite venue, un complexe hôtelier auquel ils donneront la renommée qu’on lui reconnaît, et ce sans le faste et le bling-bling de certains nouveaux établissements.

Avec l’avènement du 21e siècle, une troisième génération de Cochard a pris la relève de Jean-Lou et de Danièle : leurs deux filles, Sophie et Caroline.

Ainsi, les années, les décennies passant, pas le temps pour Les Colonnes de prendre une quelconque ride. Une gestion familiale qui a fait ses preuves, et qui sait si les générations futures ne continueront pas à faire fructifier ce bel outil de travail que sont Les Colonnes.

JPP

Les Colonnes
19 quai Job Foran
17410 Saint-Martin-de-Ré
Tél. : 05 46 09 21 58

 

100 % soleil

bar à St MartinÀ l’entrée de l’îlot, entre bassin d’échouage et bassin à flot, se dresse, exposé plein sud, « Le Lever du Soleil », un bar quasi centenaire qui, certes, jusque dans les années 40 ne fut qu’un modeste débit de vin.

C’est Denise qui, arrivant dans l’île en 1945, va réellement créer l’établissement.

« Le Lever du Soleil », aurait très bien pu s’appeler « Du Lever au Coucher du Soleil » puisque grâce à sa terrasse, les consommateurs peuvent aussi bien assister au lever qu’au coucher de l’astre solaire. Un plus par rapport à tous les autres établissements ceinturant le port, lesquels ne peuvent offrir que le lever ou bien le coucher ! Pendant bientôt quarante ans, jusqu’en 1983, Denise va régner sur « Le Lever » (comme l’appellent plus communément les habitués) avant de passer la main à Patrick Gousseau et Manu Voillot. Deux hommes à la barre pendant vingt-cinq ans, avant que la maladie n’emporte Patrick en 2008. « On était comme deux frères. Quant on a acquis “Le Lever”, alors que tout le monde se battait pour l’avoir, je n’avais que 23 ans et Patrick 25, c’était comme si nous venions de réaliser un rêve de gosse. On doit un grand merci à tous nos amis du rugby, car sans Vincent Merling (l’actuel président du Stade Rochelais) et son réseau, nous n’aurions jamais pu obtenir le prêt pour pouvoir l’acheter ».

Aujourd’hui, on peut dire, qui du touriste, du Rétais, du marin, etc., ne s’est pas un jour arrêté pour prendre un pot au « Lever » ?

Début juin, « Manu du Lever » a fêté avec tous ses amis ses 30 ans à la tête de l’établissement. Désormais associé à Clémentine, la fille de Patrick, il mène la barque avec à ses côtés son ex-femme et son fils Gabriel. Ainsi, l’histoire du « Lever du Soleil » devrait encore avoir de belles années devant elle.

JPP

Le Lever du Soleil
2 quai de Bernonville
17410 Saint-Martin-de-Ré
Tél. : 05 46 09 21 68

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • DanielleB.
    Publié le 1 mai 2015

    Dés qu’il s’agit de l’Île de Ré je suis toujours attentive à lire toute information donc super idée ce rea lahune !!

    Répondre
  • Docquin
    Publié le 23 mai 2016

    Je recevais la version papier et je découvre avec intérêt la version mail. Donc j’attends votre newsletter impatiemment.

    Répondre
  • ALAIN
    Publié le 4 août 2018

    CAFÉ DU COMMERCE A ARS EN RE
    Nous avions réservé un table de six couverts pour le diner du 25 juillet 2018 au Café du Commerce, réservation confirmée deux fois en quarante-huit heures, table ronde située sur la terrasse face au port.

    A notre arrivée nous nous sommes entendu dire que la table était prise, par le responsable des réservations et de « l’accueil », un homme sans aucune délicatesse, ni politesse vis à vis des clients.

    Il ne nous a proposé aucune solution de rechange, aucune excuse et nous a confirmé que c’était comme cela; sans doute a t’il fait plaisir à des amis plus proches que des touristes sans intérêts qui ne sont que de passage…

    Erreur car nous sommes, enfin étions, des clients fidèles qui à l’avenir passeront leur chemin vers des établissements d’Ars plus accueillant et plus avenant avec leurs clients, il y en a….a L’Océane par exemple qui nous a reçu ensuite, d’une façon excellente.

    Je communiquerais cela à mes nombreux amis sur l’ile de Ré et ailleurs….

    Répondre
  • Benoît
    Publié le 24 décembre 2019

    j’ai eule bonheur de faire partie en 1974, aux côtés de monsieur et madame Henri Bruel, ecploitants du « café du commerce », sous l’oeil éclairé de monsieur Dumontpallier. J’ai ainsi pu faire 5 saisons du 1er juillet au 31 août. A l’époque, nous étions une fameuse équipe de 17 personnes SOUS LA FeRULE DE Iola Bruel, qui entretenait une ambiance quasi-familiale. Que de bons souvenirs!!Mes « vacances » m’ont ainsi permis de financer mes études supérieures. Je chéris mes souvenirs, les excellents rapports que nous entretenions les et les autres. Je me souviens de Alfred Adam qui venait de temps en temps nous saluer.Le mobilier de l’époque de style « début de siècle » attirait des personnalités du spectacle,de mareyeurs, pêcheurs, d’agriculteurs viticulteurs, juillettistes ou aoûtien, de personnes d’horizons bien différentes et qui arrivaient à créer une ambiance que bien des confrères de l’île nous enviait. Avec les photos accompagnant votre article sur « le commerce », vous avez ravivé des souvenirs et je veux vous en remercier.

    Répondre