Logements

Logement - Sainte-Marie de Ré

Pose de la 1ère pierre symbolique au Fougerou

© Nathalie Vauchez - Le chantier a démarré à l’automne dernier, sur un terrain de 18 311 m2, situé rue des Sensés.
Publié le 18/01/2023

Entre l’idée née en 2015 dans l’esprit de Gisèle Vergnon et le démarrage des travaux du programme de logements sociaux du Fougerou en septembre 2022, en passant par le permis de construire datant d’octobre 2020, se seront écoulées plus de 7 années. C’est donc une Maire émue et fière qui a posé la 1ère pierre symbolique du chantier, mardi 10 janvier 2023, aux côtés de Damien Martineau, directeur de la Cie du Logement et président de Terra Noé.

Ce programme immobilier d’envergure, puisqu’il comprend 48 maisons commercialisées sous le dispositif du bail réel solidaire (BRS) par Maisons Prim’Access et 6 logements locatifs sociaux gérés par Habitat 17, était très attendu.

Le bail réel solidaire, un dispositif innovant

Comme l’a expliqué Ophélie Hilaireau, directrice de Maisons Prim’Access, il s’agit de la troisième opération sur l’île de Ré de ce constructeur engagé en faveur de l’accession sociale à la propriété. En effet, il a déjà livré dans « Le village de La Maladrerie » à La Flotte 19 maisons en location-accession (PSLA) en 2019, puis 5 maisons en bail réel solidaire (BRS) début 2022, les premières de Charente-Maritime. « A l’époque de très nombreux dossiers de candidature avaient été réceptionnés par les équipes de Maisons Prim’Access, témoignant de l’urgente nécessité de proposer davantage de logements abordables sur l’île de Ré », a précisé la directrice. Ainsi près de 200 dossiers de candidature ont été reçus et étudiés par le constructeur pour les 22 logements de la 1ère tranche du lotissement, tous attribués et qui devraient être livrés fin mai 2024.

Une réunion d’information va être organisée en février/mars 2023 par Maisons Prim’Access pour expliquer le dispositif du BRS aux futurs acquéreurs potentiels des maisons des deux autres tranches. La seconde tranche devrait être livrée en novembre 2024 et la troisième tranche fin septembre 2025, « juste avant la fin du mandat » a précisé Madame le Maire.

« Un village » dans le village

Implanté à proximité de la place d’Antioche, non loin des vignes et de l’océan, « Le Fougerou » a été pensé comme un village et s’inscrit dans l’architecture traditionnelle de l’île de Ré. Ayant pour objectif de favoriser la mixité sociale, les différents ilots du programme en BRS proposeront des maisons individuelles, de plainpied et à étage, allant du T3 de 71 m2 habitables au T5 (96 m2) et même une maison T6 (116 m2), l’essentiel de l’offre étant toutefois centré sur des T4 de 81 m2 (32 maisons sur les 48). Chacune aura – tout comme à La Flotte – son petit jardin privatif clôturé et un abri vélo ou garage.

L’ensemble du projet a été élaboré en collaboration entre les cabinets d’architecture Sébastien Pellereau (qui assure aussi la maîtrise d’oeuvre) et Archibal SAS, les équipes de Maisons Prim’Access et les élus de Sainte-Marie de Ré.

© Nathalie Vauchez – Gisèle Vergnon peaufine la pose de l’une des premières pierres symboliques, aux côtés de Lionel Quillet et de plusieurs élus de l’île de Ré.

Dissocier le foncier du bâti

La grande particularité du BRS est de dissocier le foncier du bâti : les acheteurs deviendront propriétaires des murs de leur logement et loueront l’occupation du sol via une redevance mensuelle à Terra Noé, organisme de foncier solidaire créé à l’initiative d’Habitat 17, du Conseil départemental 17 et de la Cie du Logement. Grâce à ce dispositif, les logements ont été commercialisés par exemple à 3073 €/m2 en moyenne pour une maison T4, contre un prix de marché de 6530 €/m2 à Sainte-Marie. Ainsi les T3 sont commercialisés en moyenne à 217 K€ et les T4 à 249 K€. La redevance mensuelle à verser par les accédants à Terra Noé pour leur terrain sera en moyenne de 156€.

Ces prix attractifs des BRS (entre 15 et 40 % moins chers que le marché) sont aussi rendus possibles car le mécanisme est bonifié par des aides publiques, la TVA sur l’acquisition est à 5,5 % et les communes acceptent de céder des terrains à des conditions tarifaires préférentielles.

Outre ces prix d’acquisition très intéressants, les accédants peuvent s’appuyer – en cas d’accident de la vie – sur la Garantie Rachat-Relogement proposée par Maisons Prim’Access (rachat de logement et/ou relogement dans du locatif social).

Les critères d’éligibilité de l’accession sociale en BRS concernent les plafonds de ressources à ne pas dépasser et l’occupation du logement à titre de résidence principale. En cas de revente, le prix est encadré, évitant tout phénomène de spéculation, et le nouvel acquéreur doit répondre à ces mêmes critères d’éligibilité.

Le coût des travaux de l’ensemble de l’opération, hors voirie, représente 8,25 M€.

Une Maire et des élus déterminés

Lors des petits discours ayant suivi la pose symbolique de la 1ère pierre, le président de la CdC de l’île de Ré a salué « l’opiniâtreté et les fins talents de négociatrice de Gisèle Vergnon ». « Ces logements font passer le parc social de l’île au-dessus des 1000 logements », pour sa plus grande satisfaction. Lionel Quillet a souligné « l’aspect très précurseur du BRS, dispositif extrêmement intéressant en termes de solidarité ». Gisèle Vergnon a de son côté rappelé la question obsessionnelle de tout Maire sur l’île de Ré : « Comment fait-on pour que les gens puissent y vivre à l’année », évoquant les rebondissements divers et variés auxquels il a fallu faire face durant toutes ces années et regrettant au passage que ce projet n’ait pas été voté à l’unanimité du Conseil municipal de Sainte-Marie de Ré. Elle a salué l’excellente collaboration avec l’équipe des Maisons Prim’Access et avec les architectes, sans oublier les Entreprises.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires