Culture

Exposition - Musée

Pierre Tardy, auteur mais aussi artiste de la mémoire

© Musée Ernest Cognacq - Pierre Tardy, la plage de l’Aile du Peu aux Portes-en Ré
Publié le 10/11/2021

A découvrir absolument, l’exposition « Pierre Tardy, peintre de la mémoire rétaise » a été inaugurée au Musée Ernest Cognacq le vendredi 22 octobre.

Pour les Rétais, Pierre Tardy est une personnalité d’exception, de ces grandes figures qui impriment leur signature sur un territoire. Du nôtre, si petit, il est l’historien incontesté, témoignant d’un savoir nourri de la rigueur d’un chercheur infatigable. Moins connu, Pierre Tardy le peintre a aussi exprimé, par le pinceau cette fois, tout l’amour qu’il portait à la terre de ses ancêtres.

Un moment particulier

Dans la salle du musée Ernest Cognacq, il flotte en cette fin d’aprèsmidi une atmosphère teintée d’une certaine solennité. Outre la présence du Maire de Saint-Martin, Patrice Déchelette, et de la Directrice du musée, Christelle Rivalland, celle de membres de la famille Tardy, venus participer à l’inauguration de cette exposition hommage, et de nombreux visages connus, pour la plupart adhérents de l’association des Amis du Musée Ernest Cognacq (AAMEC).

Parmi ceux-ci, une autre figure de l’histoire insulaire en la personne de Jacques Boucard, qui a connu personnellement Pierre Tardy.

L’historien « des gens de peu »

Jacques Boucard raconte… sa rencontre avec Pierre Tardy dans les années 1960 à l’occasion de fouilles à Rochefort, leur relation faite d’amitié et d’une grande complicité intellectuelle. Avec admiration et respect, il évoque « la connaissance exceptionnelle du territoire, de son histoire et des gens qui faisaient l’île » d’un homme qui s’intéressait avant tout aux « gens de peu », à une époque où les historiens se centraient principalement sur les grands personnages.

« Il parlait le patois et connaissait intimement la vie des sauniers et des cultivateurs », poursuit Jacques Boucard évoquant la lignée de Pierre Tardy avant de poursuivre sur leur collaboration professionnelle, rappelant qu’il a choisi le sujet de sa thèse (sur les écluses à poissons), en accord avec lui.

L’auteur des cahiers de la mémoire

« Nous avions réfléchi à une histoire de l’Ile de Ré, mais à l’époque nous n’avions pas de matière. Alors nous avons pensé à une revue », explique Jacques Boucard qui va en initier le lancement alors que Pierre Tardy, qui a plus ou moins arrêté d’écrire, ne voulait en faire qu’une. « Finalement, sur les soixante-dix sept numéros, il en a fait cinquante et un », sourit l’historien.

« Il a écrit jusqu’à la fin, quelque chose de formidable sur l’Île de Ré, toujours en mettant en avant ses habitants », souligne Jacques Boucard, autant marqué par les qualités d’historien de Pierre Tardy que par « la générosité et la modestie » de l’homme, ajoutant que « son Histoire de l’Ile de Ré n’aurait pu être aussi complète sans son travail. « On a beaucoup perdu quand il a disparu, il était plus qu’un auteur majeur », seront ses mots de conclusion.

Le peintre d’une île en mutation

« Pierre Tardy est l’historien de l’Ile de Ré alors ses oeuvres artistiques sont souvent une découverte », souligne Christelle Rivalland, « comme si les cinquante dernières années de sa vie avaient occulté les cinquante premières », poursuit la Directrice du musée, en référence à la carrière de professeur de dessin de l’historien, formé à l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs à Paris, et qui a d’ailleurs révélé des talents comme Octave Patureau qui fut son élève.

Mais pour Christelle Rivalland, qui a longuement étudié les oeuvres prêtées par la famille pour nourrir cette exposition, il ne fait guère de doute que l’historien sommeillait derrière l’enseignant. « Il y a déjà me semblet- il une démarche de témoignage », précise-t-elle évoquant deux oeuvres réalisées autour des moulins de Saint- Clément à deux époques différentes. Le témoignage d’une île en pleine mutation, qui voit se transformer des paysages chers au coeur de l’artiste comme à celui de l’historien.

En écho aux propos du Maire Patrice Déchelette, Christelle Rivalland conclut son intervention par de chaleureux remerciements à la famille Tardy, à Jacques Boucard, aux élus, à l’AAMEC mais aussi à son équipe.

Silencieuse et attentive jusqu’alors, l’assistance put ensuite retrouver dans la contemplation des oeuvres de Pierre Tardy les traces d’une personnalité hors du commun, avant de déguster en toute simplicité le verre de l’amitié, témoignage au présent d’une île et d’un musée attachés à leurs traditions de convivialité.

« Pierre Tardy, peintre de la mémoire rétaise »
Exposition
Du 23 octobre 2021 au 6 mars
2022 – Musée Ernest Cognacq à Saint-Martin

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires